Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Point de mire du 29 octobre 2019

À l'heure des révoltes contre le capitalisme en crise !

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

Cette semaine dans Presse-toi à gauche, Bernard Rioux plaide pour un retour de la stratégie écosocialiste dans les plans de lutte aux changements climatiques, Sébastien Barraud analyse l’instrumentalisation du « droit à l’autodétermination » du Québec que font certain.e.s et les enjeux du débat que traverse Québec solidaire en vue de son prochain congrès et Normand Beaudet soulève plusieurs questions dans le débat sur la future politique de défense d’un éventuel Québec indépendant.
 
Bernard Rioux souhaite que les différents plans de transition et de lutte aux changements climatiques ne fassent pas l’économie de l’identification des obstacles et des résistances à ces changements, au risque de sombrer dans la caricature et les rêves éveillés. Il faut enlever ses lunettes roses et comprendre que des intérêts s’opposent à ces changements et qu’ils mettent tout la gomme à mettre des bâtons dans les roues.
 
Sébastien Barraud fustige la CAQ et son hystérie nationaliste et pointe les risques de débordements des débats sur l’accession à l‘indépendance que connaît Québec solidaire en vue de son congrès de novembre prochain. Il partage l’avis de plusieurs à savoir que l’approche proposée par le collectif Option nationale (rapatriement de la LIT) « pourrait se transformer en gaspillage » et « imposerait aux Premières nations plusieurs faits accomplis ». Puisqu’un éventuel Etat québécois, même dirigé par QS risque d’apparaîre comme un Etat colonial aux yeux des peuples autochtones, il serait préférable de mettre en place « une structure ad hoc pour mener les discussions entre le Québec et les représentant.e.s des premières personnes concernées par l’autodétermination autochtone » afin d’éviter de reproduire une « copie du Canada en plus petit. »
 
Normand Beaudet répond à l’argumentaire des propositions en matière de sécurité et de défense nationale soutenue par le collectif Option nationale. Dans une première partie, l’auteur reprend point par point les arguments de la proposition. Il s’inscrit dans la mouvance pour une défense civile non-violente alors que l’option ON s’appuie davantage sur le modèle traditionnel d’une armée de métier. Il plaide pour l’apparition des masses populaires dans le processus d’accession à l’indépendance comme force de dissuasion et de résistance passive dans la lutte contre une éventuelle occupation du territoire. Dans la deuxième partie, il poursuit en déployant un éventail d’arguments face à l’armée canadienne et son substitut, une défense civile non-violente et met en priorité la définition d’une véritable stratégie de lutte pour l’accession à l’indépendance et souligne que la population civile doit être au centre de cette stratégie de défense.
 
Par la suite, nous poursuivons la publication des textes numéro 9 () et numéro 10 d’Yvan Perrier sur les négociations dans le secteur public et d’Yves Bergeron qui explique les enjeux autour de la lutte pour la qualité de l’air à Rouyn-Noranda et l’implication de la députée solidaire Emilie Lessard-Therrien dans cette bataille.

Sur la scène interntionale

Plusieurs régions du monde sont au prise avec des mobilisations de masses. C’est ce que nous avons voulu illustrer le mieux possible. Nous débutons par une explication générale de toutes ces ébullitions sociales. Nous abordons un sujet spécifique concernant la laïcité et nous terminons avec des descriptions et des analyses de situations concrètes.

Concernant une analyse générale
Crises sociales, crises démocratiques, crise du néolibéralisme

L’article pose dès le départ deux éléments essentielles de tous les mouvements actuels soit « le rejet des inégalités et de la perte de contrôle démocratique. » Il mentionne que ces mouvements ont des spécificités locales mais que ces explications ne sont pas suffisantes pour rendre compte de leur simultarité. « Immanquablement, cet aspect contemporain des révoltes sur les cinq continents amène à penser qu’il existe bien un lien entre elles. » Et où l’auteur trouve-t-il ce lien ? Dans la grande crise de 2007-2008. « Car ce n’est pas une simple crise financière ou économique, c’est la crise d’un mode de gestion du capitalisme, le néolibéralisme, qui se fonde sur la mise au service du capital de l’État, la financiarisation de l’économie et la marchandisation de la société. »

L’article poursuit en expliquant comment le système tente de s’en sortir. D’abord une fuite en avant grâce à l’économie chinoise et ensuite la politique monétaire pour sauver les grands groupes financiers et les multinationales. Avec cette crise se creuse les inégalités sociales et se pose les choix démocratiques .« La crise actuelle du néolibéralisme a donc trois faces : une crise écologique, une crise sociale et une crise démocratique. Le système économique actuel est incapable de répondre à ce qui devient trois exigences profondes. Face à l’urgence écologique, il propose de répondre par les marchés et la répression fiscale de la consommation des plus faibles. Face à l’urgence sociale et démocratique, la réponse est l’indifférence. Car en réalité, répondre à ces demandes supposerait un changement profond de paradigme économique. » Et après avoir analyser ces interrelations arrive la conclusion « Le besoin de stabilité dont le capital a si impérieusement besoin ne pourrait alors être acquis que par une « militarisation » de la société qui accompagnerait sa marchandisation. »

Une autre crise est à venir

Nous avons choisi ce texte parce qu’il attire l’attention sur la problématique des produits chimiques et leur impacts sur la fécondité humaine. C’est l’empoisonnement du genre humain.

« La baisse de la fécondité, y compris la diminution de la qualité et de la quantité de sperme, n’est qu’une des nombreuses tendances préoccupantes pour la santé liées à l’exposition toxique qui persistent car les États n’ont vraiment pas donné la priorité à la prévention de l’exposition », a-t-il ajouté. .Il y est mentionné que ce type de pollution est majeure dans les décès prématurés et certains handicaps.Et il incite les États à agir « Les États doivent s’acquitter de leur devoir de protéger les droits de l’homme face à la pollution et d’autres substances dangereuses. Et le seul moyen de protéger ces droits de l’homme pour tous et d’offrir un recours véritablement efficace est d’éviter toute exposition. »

Concernant la laïcité

Féministes contre les discriminations envers toutes les femmes, avec ou sans voile

Cet article est une réaction à des propos islamophobes . Mais en même temps, il développe un argumentaire pour la diversité et les droits démocratiques. Il se situe dans une analyse féministe « En tant que féministes, nous sommes vigilantes au sujet du contrôle permanent qui est exercé sur nos corps, nos tenues vestimentaires ou sur notre présence dans l’espace public. Nous pensons que la voie de l’émancipation est favorisée par des discussions, ensemble et à égalité, sur notre propre compréhension des oppressions, pour permettre à chacune de construire son propre chemin, pour nous donner la force, » Et il développe et termine sa réflexion sur les dangers possibles de répression, de suspicion et d’exclusion que cultive notre système capitaliste.

Concernant les luttes en cours

Nous sommes avec le peuple chilien

Cette déclaration de la Marche mondiale des femmes se situe en solidarité avec les actions de mobilisation en cours au Chili. Les revendications y sont clairement avancées « Sa rage est née de la hausse des prix de l’eau et des restrictions à son accès, de la loi sur la migration, de l’approbation du TTPP11 et de ses conséquences pour les petits producteurs dans le pillage de leurs territoires aux mains de l’extractivisme, de la non-reconnaissance du droit des femmes de choisir leur corps et de la violence systémique à l’égard des femmes, du peuple Mapuche, des migrants, des étudiants et des travailleurs et travailleuses. » Les politiques néolibérales y sont aussi clairement dénoncées. Et le tout culmine par une dénonciation de la répression à la manière Pinochet.

Bolivie : l’appel de Pablo Solon

L’auteur Pablo Solon dénonce la situation politique actuelle en Bolivie et situe l’origine dans le référendum du 21 février 2016 où le peuple refuse à Evo Morales de s’acquitter d’un autre mandat politique.
L’article détaille toutes les manœuvres du clan Morales pour contourner, minimiser ce référendum et obtenir le droit de se représenter. Les mesures néolibérales sont en tole de fonds mais les droits démocratiques demeurent les raisons principales des manifestations actuelles. Et évidemment la droite tente de profiter de ce mécontentement avec en sous mains les États-Unis. Reste que pour régler la situation, il suffit à Morales de reconnaître le référendum de 2016 et de céder sa place..

Soudan, un mois de sit-in contre l’utilisation du cyanure

Soudan, après l’entente avec le gouvernement, l’actualité internationale ne faisait plus decas de la situation au Soudan. Or voilà une lutte quui montre que rien n’est fini pour les luttes au Soudan. « Les habitants de Talodi (État du Sud Kordofan) commencent leur deuxième mois de sit-in pour exiger la fermeture des entreprises aurifères utilisant du cyanure. » L’article continue de narrer les actions, parle de son extension, des modes d’actions diversifiées, de la répression et de la solidarité. « Ces mobilisations sont parvenues en un mois à politiser la question du cyanure et à la remettre au cœur des mobilisations en cours au Soudan. Le fait que des responsables de services de sécurité,- notamment un d’eux, « Hemedti », propulsé par le processus révolutionnaire à la tête de l’État soudanais après la destitution d’Omar El Béchir -, soient des propriétaires de sociétés d’extraction aurifère (5), fait de cette lutte pour l’environnement un enjeu politique central, et place les forces qui ont mené ce processus devant de nouvelles responsabilités. »

Algérie : Communiqué du Mouvement National de Féministes Algériennes

Ce court texte nous rappelle que rien n’est réglé en Algérie, que la répression se fait plus intense et que la solidarité devient plus que nécessaire pour prisonniers et prisonnières politiques.

Bonne lecture

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...