Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres et revues

Alors que le GIEC publiera en avril son rapport sur les solutions à privilégier pour réduire les gaz à effets de serre, Hugo Séguin nous invite dès maintenant à faire place à des idées nouvelles, et surtout radicales

Le livre Lettre aux écolos impatients et à ceux qui trouvent qu’ils exagèrent, de l’environnementaliste Hugo Séguin, paraîtra en librairie le 6 avril prochain.

On ne négocie pas avec le climat. On fait ce qu’il faut ou on échoue. Nous avons tant tardé à agir, nous dit Hugo Séguin, qu’il nous faut maintenant faire place à des idées nouvelles et radicales. Pour obtenir enfin les résultats attendus, il nous faut faire des choses que nous n’avons jamais faites.

À propos du livre

Pour Hugo Séguin, le mouvement environnemental a perdu ses repères. Devant l’urgence climatique, plusieurs s’accrochent à des solutions qui livrent trop peu, trop tard, alors que d’autres délaissent les instances de décision et se replient sur l’action hyper locale. Le temps presse et aucune des solutions déployées jusqu’à maintenant ne donnent les résultats escomptés. Or pour obtenir des résultats que nous n’avons jamais connus, il faut maintenant faire des choses que nous n’avons jamais faites.

Droit de vote des femmes, mariage entre personnes de même sexe, mise sur pause de l’économie pour cause de pandémie  : montrant à quel point nous baignons dans des idées qui hier nous paraissaient radicales, mais qui aujourd’hui semblent tout à fait normales, l’auteur identifie les mécanismes qui étouffent leur diffusion en tant que sources d’innovations bénéfiques. Séguin fait ainsi le pari que nos sociétés gagneraient à discuter sérieusement d’idées aujourd’hui considérées radicales comme la décroissance, l’octroi d’une personnalité juridique aux cours d’eau et à d’autres entités naturelles, de même que la nationalisation du secteur des hydrocarbures. Se définissant comme un environnementaliste plutôt conservateur, son cheminement vers l’accueil de propositions qui s’attaquent à la racine du problème témoigne en soi de l’urgence de la situation.

Prônant un renforcement du dialogue social, il lance un appel au rapprochement entre environnementalistes réformateurs, qu’il invite à s’ouvrir aux idées nouvelles, et radicaux, à qui il propose le beau risque de réinvestir les structures de pouvoir. Il interpelle finalement décideurs et influenceurs à s’ouvrir aux porteurs de solutions innovantes qui frappent aujourd’hui à leurs portes. Nous ne pourrons être à la hauteur de la crise, nous dit-il, que si nous facilitons collectivement la diffusion et l’adoption d’une toute nouvelle génération d’idées radicales.

À propos de l’auteur

Hugo Séguin œuvre dans le milieu environnemental depuis plus de 20 ans, notamment à Greenpeace, Équiterre, Ecojustice, Climate Action Network International et au Réseau Action Climat, qu’il a présidé. Conseiller chez COPTICOM, il est Fellow du CÉRIUM et enseigne à l’Université de Sherbrooke.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres et revues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...