Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Apparaitre – Disparaître De Isabelle Hayeur

Apparaître – Disparaître
Bénédicte Ramade commissaire/curator
Fondation Grantham pour l’art et l’environnement

Pour cette exposition inaugurale à La Fondation Grantham pour l’art et l’environnement, je présente deux photographies et une vidéo, dont une grande image aquatique de la série Underworlds, ainsi que la vidéo experimentale Castaway (2012). Ces travaux explorent notre rapport à l’eau, tout en soulignant son importance vitale et en évoquant les cas toujours plus fréquents de désastres écologiques.

Murs aveugles
Cabinet des censuré.e.s

Murs aveugles (2014)


Dans le cadre de l’exposition Cabinet des censuré.e.s présentée à Folie/Culture (Québec) du 19 au 29 septembre, je présente une documentation vidéo de l’oeuvre in situ Murs Aveugles. Cette exposition, tenue sous le commissariat de Julia Roberge Van Der Donckt (Montréal), propose de considérer ce que la censure fait aux artistes. Le cabinet des censuré.e.s est l’occasion d’explorer, à travers témoignages, œuvres et performances, la dimension psychologique d’une telle situation. Projets avortés faute d’appui de la part des diffuseurs, œuvres retirées sans préavis, interventions in situ jugées inopportunes, voilà autant de manifestations d’un phénomène qui opère souvent de manière insidieuse. Dans un cas comme dans l’autre, l’objectif est le même : recontextualiser des œuvres censurées et réactiver leur potentiel déstabilisateur. Murs aveugles était une projection architecturale présentée sur un édifice jouxtant la station de métro Saint-Laurent de Montréal. L’œuvre s’inspirait du mouvement de contestation pacifique Occupy et trace un portrait de notre horizon politique actuel. Elle avait été commandée par la Biennale de Montréal. L’oeuvre a été censurée et retirée de la Biennale en octobre 2014. Dans les deux textes qui suivent, j’explique ce qui est arrivé : Pourquoi je poursuis la Biennale de Montréal et Isabelle Hayeur contre Biennale de Montréal : retour sur le jugement et quelques considérations entourant cet événement.


Dépayser
Strangeland

Dépayser/Strangeland (2019)

Dépayser... Dérouter, leurrer une personne de façon à ce qu’elle ne sache plus très bien où elle est... Faire sortir quelqu’un d’un pays pour qu’il en habite un autre... Le livre-photographie « Dépayser/Strangeland » porte un regard critique sur les paysages de l’hydroélectricité et témoigne des luttes citoyennes liées au développement de cette industrie. Ce projet d’artiste regroupe des photographies réalisées de 2016 à 2018. Mise en page et édition par Isabelle Hayeur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...