Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

TÉMOIGNAGE

Avortement aux États-Unis : « Je n’attendrai pas les prochaines élections pour défendre mes droits »

Alors que le projet de la Cour Suprême des États-Unis de supprimer l’arrêt Roe V. Wade compromet l’accès à l’IVG dans plusieurs États, des manifestations ont lieu dans tout le pays. Une militante de Détroit, Rebecca Paris, a prononcé le discours suivant lors d’un rassemblement. Nous le retranscrivons ici.

10 mai 2022 | tiré de Left Voice - US | traduction publiée dans Révolution permanente | Photo : © Hilary Swift/NYT
https://www.revolutionpermanente.fr/Avortement-aux-Etats-Unis-Je-n-attendrai-pas-les-prochaines-elections-pour-defendre-mes-droits

En octobre, nous avons défilé dans la rue pour nous opposer à l’interdiction de l’avortement au Texas et dans le Mississipi. Nous savions que ces menaces s’opposaient à la loi Roe V. Wade. Aujourd’hui, je me tiens ici après la fuite des documents sur la décision de la Cour Suprême de renverser cette loi. Je savais que ce jour arriverait, mais je ne peux pas m’y faire. Je suis tellement en colère. Je me sens trahie, impuissante.

En 2007, pendant qu’il tenait un discours, Obama a dit, je cite, « La première chose que je ferais en tant que Président est de signer la liberté de ces choix. » Deux ans plus tard, en 2009, quand la question a été remise sur la table, il déclare « Maintenant, la loi sur la liberté de choix n’est plus ma plus grande priorité. Je pense que les femmes devraient avoir le droit de choisir. Mais… »

J’avais 8 ans lorsque Obama a été élu pour la première fois, 12 quand il fût réélu, et 16 quand Trump a été élu. Je vais bientôt avoir 22 ans.
Je viens de Linvingston Contry, donc j’ai toujours compris ce que représentaient les Républicains. Mais même avant que je puisse voter, la réalisation viscérale que les Démocrates avaient échoué m’a durement frappé.

Je ne devrais pas être ici à défendre le droit à l’avortement alors que la loi Roe V. Wade a été voté en 1973.

Carter avait la majorité ce qui lui à obtenu un droit de véto de 1977 à 1979, et avait la majorité Démocrate au Sénat de 1979 à 1981. Clinton avait la majorité des Démocrates au Sénat de 1993 à 1995. Obama avait la grande majorité en 2009 et aujourd’hui Biden a la majorité au Sénat. Depuis 1973, les Démocrates ont eu 4 présidents, 4 opportunités de légaliser et de dépénaliser l’avortement.

Comment pourrions-nous croire les Démocrates quand, dans nos heures les plus désespérées, ils nous poussent à leur donner le pouvoir qu’ils refusent de nous céder ? Toute ma vie, c’est ce qu’ils ont fait, et je serais stupide de penser que c’est une coïncidence parce que ce n’en est pas une. Les Démocrates brandissent régulièrement la menace des Républicains pour obtenir plus de votes mais une fois au pouvoir, ils se retournent contre nous et votent pour tout ce qui se retrouve dans leurs poches.

Comment est-il possible que Nancy Pelosi et Jim Clyburn plaident leur soutien au démocrate pro-vie Henry Cuellar au lieu de son jeune adversaire progressiste ? C’est du cinéma politique pour eux, pendant que nous, nous nous battons avec la violence structurelle de cet État capitaliste. Permettre aux conservateurs d’assujettir nos corps comme des vaisseaux de reproductions alors que les Démocrates sont au pouvoir, c’est de la lutte de classes.

L’AVORTEMENT ÉTAIT ACCEPTÉ, SÛR, ET PRATIQUÉ LÉGALEMENT AUX ÉTATS-UNIS. LES LOIS OFFICIELLES SUR L’AVORTEMENT NE SONT APPARUES DANS LES LIVRES QU’À PARTIR DE 1821.

Si une femme vivant en Nouvelle-Angleterre aux 17ème 18ème siècles voulait avorter, aucune force légale, religieuse ou sociale ne l’en aurait empêché. Partout dans le monde, les gens ont toujours utilisé l’avortement pour contrôler leur reproduction tout au long de l’histoire, et dans toutes les société connues, indépendamment de sa légalité.

Les procureurs du Michigan ont déclaré qu’ils n’appliquerons pas la loi anti-avortement de 1931 quand la loi Roe V. Wade sera renversée, mais cette promesse ne signifie rien si on ne se mobilise pas pour s’assurer qu’ils la tiennent. On ne peut pas rester dans une position passive comme l’ont fait les Démocrates depuis 50 ans, eux qui ont laissé les Républicains attaquer nos droits. Donc, si nous voulons réellement gagner, nous devons nous mobiliser nous-même, par tous les moyens nécessaires, jusqu’à la victoire. Les Démocrates doivent fermer la législature jusqu’à ce que l’avortement soit légal et si ce n’est pas le cas, nous la fermerons nous-même. Nous ne transigerons pas sur une interdiction qui concerne nos corps. Nous devons défendre et garder les centres d’avortements ouverts. Nous devons interrompre la fonction de notre establishment politique antidémocratique, au niveau fédéral et national, et nous devons cibler stratégiquement les entreprises qui financent les lois anti-avortement. Cela va être un travail difficile, mais les classes ouvrières sont en danger et je n’attendrai pas les élections de novembre [élections de mi-mandat] pour garantir mes droits, ils ont 50 ans. Nous devons exiger un avortement gratuit, sûr, et légal, sur demande, sans excuses, MAINTENANT !

Article paru sur LeftVoice

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...