Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Biden visite à la frontière mais ne rencontre pas les demandeurs d’asile alors que son administration sévit contre l’immigration

Les groupes de défense des droits des immigrants dénoncent la récente annonce du président Biden selon laquelle les États-Unis commenceront à empêcher les migrants d’Haïti, du Nicaragua et de Cuba de demander l’asile s’ils sont appréhendés en traversant la frontière américano-mexicaine. Cette décision est une extension de la politique contestée de l’ère Trump durant lar la pandémie (Titre 42) qui doit être examinée par la Cour suprême. Au cours du week-end, Biden s’est rendu à El Paso, l’un des postes frontaliers les plus fréquentés du pays, lors de sa première visite à la frontière en tant que président. Il n’aurait rencontré ni vu de migrant-e-s au cours de sa visite de quatre heures. Pour en savoir plus, nous parlons avec deux militants des droits des immigrants qui ont exhorté l’administration Biden à abandonner le titre 42 et à créer l’infrastructure nécessaire pour accueillir les demandeurs d’asile : Guerline Jozef, directrice exécutive de Haitian Bridge Alliance, et Fernando García, directeur exécutif du Border Network for Human Rights, basé à El Paso, au Texas.

9 janvier 2023 | tiré de Democracy now !
https://www.democracynow.org/2023/1/9/biden_border_visit_texas_mexico_immigration

AMY GOODMAN : Le président Biden est à Mexico pour le Sommet des leaders nord-américains avec le président mexicain Andrés Manuel López Obrador et le premier ministre canadien, Justin Trudeau. Après l’annonce de Biden, des agents ont expulsé vendredi des dizaines de migrant-e-s vénézuéliens vers Ciudad Juárez au Mexique, en face de la ville américaine d’El Paso. Il s’agit du demandeur d’asile vénézuélien Jonatan Tovar.

JONATAN TOVAR : Peu importe où ils m’expulsent. Je reviendrai, parce que je veux le bien-être de mes enfants, je veux qu’ils puissent étudier, qu’ils aient l’éducation que je n’ai jamais eue. Je veux que le président des États-Unis me donne l’occasion d’être ici.

AMY GOODMAN : [Avant que Biden ne se rende] au Mexique, il s’est rendu à El Paso, qui est l’un des postes frontaliers les plus fréquentés du pays, lors de sa première visite à la frontière depuis son entrée en fonction il y a deux ans. Avant son arrivée, les agents frontaliers et la police ont arrêté des migrants dormant devant le refuge de l’église catholique du Sacré-Cœur. Des soldats de l’État patrouillent dans les rues d’El Paso depuis que la ville a publié une déclaration de catastrophe le mois dernier pour répondre aux centaines de demandeurs d’asile et de réfugiés ayant besoin d’aide.
Au cours de la visite de quatre heures de Biden à El Paso, il a visité un poste frontalier, a marché le long d’une clôture frontalière métallique, s’est arrêté au centre de services aux migrants du comté d’El Paso, mais n’aurait rencontré aucun migrant.
Pour en savoir plus, nous sommes rejoints par deux invités. Guerline Jozef est directrice générale de l’Haitian Bridge Alliance, un groupe de défense des immigrants qui fournit une aide humanitaire aux Haïtiens et aux autres immigrants noirs des Caraïbes et d’Afrique. Et à El Paso, nous sommes rejoints par Fernando García. Il est directeur exécutif du Border Network for Human Rights, basé à El Paso.
Nous vous souhaitons la bienvenue à tous les deux à Democracy Now ! Fernando, commençons par vous. Pouvez-vous décrire cette première visite du président Joe Biden à la frontière depuis son entrée en fonction, les personnes qu’il a rencontrées et, surtout, celles qu’il n’a pas rencontrées ?

FERNANDO GARCÍA : Salut, Amy. Bonjour.
Écoutez, je pense qu’il y a un grand niveau de déception dans la région d’El Paso, mais pas seulement au sein des communautés mais aussi des ONG, non seulement parce que c’était un très court voyage – je pense que cela a duré – la visite a duré moins de trois heures – mais aussi dans le contexte où cela se produit. Je veux dire, comme vous l’avez déjà mentionné, il y a une annonce du président 񁩫ffirmant qu’il mettra en œuvre cette extension de cette disposition anti-immigrés, qu’on appelle le titre 42, qui expulse beaucoup de migrants illégalement. Maintenant, il l’étend aux Nicaraguayens, aux Cubains et aux Haïtiens, ainsi qu’aux Vénézuéliens.
Donc, je pense que, dans ce contexte, il vient à El Paso, et il n’a rencontré aucune de ces communautés touchées. Il y a beaucoup de Vénézuéliens dans le centre-ville d’El Paso désireux de se voir offrir une solution. Je veux dire, nous avons des centaines de familles là-bas qui attendaient une sorte de réponse à leur demande, de se voir offrir un processus d’asile ou de refuge. Donc, cela ne s’est pas produit. Je pense donc qu’il y a un niveau de frustration, d’ indignation provoquée par le fait que le président a promis une approche différente de l’immigration et de l’application de la loi sur l’immigration, mais maintenant il utilise des stratégies trumpistes pour continuer à expulser les gens. Je pense donc que personne n’est heureux ici à El Paso.

AMY GOODMAN : Donc, l’administration a dit que, même s’il était dans ce centre de secours aux réfugiés, il n’y avait tout simplement pas de réfugiés là-bas à ce moment-là. Parlez de la crise à la frontière en ce moment, et de l’accent qu’il a mis sur l’application de la loi, qu’il a dit qu’il allait souligner auparavant, sur l’application de la loi, par opposition au genre de travail que vous faites pour aider les gens, et rencontrer — eh bien, avez-vous rencontré le président Biden ?

FERNANDO GARCÍA : Non, nous ne l’avons pas fait. Et en fait, peu de gens ont pu se rencontrer. Je veux dire, quand je dis que « pas beaucoup de monde », ce n’est pas que beaucoup de parties prenantes ont pu rencontrer le président.
Je pense qu’il a fait exactement le contraire de ce à quoi nous nous attendions, parce que nous nous attendions à ce qu’il vienne visiter El Paso, où il était le bienvenu — nous nous attendions à ce qu’il vienne rencontrer des organismes communautaires, des familles. Je veux dire, il y avait des familles, des réfugiés au centre-ville d’El Paso, qui sont exposés à c򂂴des conditions glaciales en ce moment. Je veux dire, ils vivent dans un environnement très difficile. Ils sont très visibles, je veux dire, dans – surtout il y a cette église qui s’appelle Sacred Heart, au centre-ville d’El Paso, où ils sont là, en fait dans les rues. Donc, le président aurait dû juste – probablement juste passer par cette rue, le long de cette église, et il aurait vu toutes ces situations qui illustrent réellement la crise humanitaire à la frontière. Et je pense que soit il voulait l’ignorer, soit il ne se souciait pas de ces familles du centre-ville d’El Paso. Je pense donc que le président n’a pas eu l’occasion de vraiment communiquer avec les résidents frontaliers et les migrants, dans ce qui n’était qu’une séance de photos, je veux dire, juste pour cocher la liste de contrôle qu’il a déjà visité la frontière. Mais je ne pense pas que cette visite ait été substantielle et utile.

AMY GOODMAN : Et que lui auriez-vous dit si vous l’aviez rencontré, Fernando García ?

FERNANDO GARCÍA : La première chose est que, s’il vous plaît, Monsieur le Président, vous n’êtes pas — ce que nous croyons, c’est que vous n’êtes pas raciste, vous n’êtes pas anti-immigrés. N’utilisez pas le titre 42. Ne l’étendez pas. Vous étiez contre. Vous l’avez déjà critiqué. Et maintenant, vous l’étendez. Et maintenant, vous partez à expulser des milliers et des milliers de personnes vers le Mexique, où il y a beaucoup de violence.

Deuxièmement, donner aux gens qui sont déjà ici, qui sont déjà de l’autre côté de la frontière, l’occasion de trouver un processus pour eux, je veux dire, parce que vous les avez laissés dans les limbes. Je veux dire, vous ne faites que leur offrir des expulsions. Et il y a beaucoup de familles, beaucoup d’enfants, qui n’ont nulle part où aller. Et ils souffrent d’une politique très dure que vous, Monsieur le Président, adoptez.

Et troisièmement, je pense qu’il est très important que le président comprenne que nous avons besoin d’une infrastructure plus accueillante à la frontière, car tout ce que nous faisons sur le terrain – ONG, églises, villes locales – n’est pas suffisant et n’est pas durable. C’est quelque chose que le gouvernement fédéral a brisé. Je veux dire, non seulement cette administration, mais les administrations précédentes, Elles ont brisé le système. Elles doivent donc y remédier.

AMY GOODMAN : Je veux faire participer Guerline Jozef à cette conversation, directrice exécutive de l’Haitian Bridge Alliance. Et je veux vous poser des questions sur ce programme qu’ils ont dit avoir élargi ces derniers jours, l’appelant le programme de libération conditionnelle humanitaire, disant qu’ils accepteraient jusqu’à 30 000 migrants par mois de Cuba, d’Haïti, du Nicaragua et du Venezuela. Mais ce dont on n’a pas beaucoup parlé, c’est qu’ils expulsent jusqu’à 30 000 migrants par mois qui traversent la frontière sans postuler au titre de demandeurs d’asile. Pouvez-vous nous dire ce que cela signifie exactement ?

GUERLINE JOZEF : Bonjour. Merci beaucoup, Amy, de m’avoir de nouveau invitée.
Honnêtement, c’est là que nous voyons encore une fois qu’ils apportent un programme qui est censé accueillir environ 30 000 personnes des quatre pays que vous avez mentionnés — Haïti, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela — mais, en réalité, cela cause beaucoup de confusion, parce qu’en même temps, l’accord entre les États-Unis et le Mexique prévoit le renvoi de 30 000 personnes de ces pays au Mexique si elles tentent de demander l’asile, s’ils essaient de demander une protection, en dehors de ces paramètres. Et nous voyons cela comme une extension du Titre 42 contre lequel nous nous sommes battus très durement. Donc, maintenant, nous avons cette petite carotte, où ils disent : « OK, nous allons autoriser 30 000 personnes », mais en même temps, ce que fait cette politique, c’est qu’elle ferme toutes les autres voies pour que les gens viennent demander l’asile.

AMY GOODMAN : Enfin –je voulais vous demander – vous êtes à Mexico en ce moment ? Pouvez-vous parler de — oh, pas à Mexico en ce moment, mais vous y passez beaucoup de temps. Et vous avez examiné les effets de cette politique, en particulier sur les Haïtiens. Vous êtes l’une des seules organisations dirigées par des Noirs qui s’occupe des réfugiés noirs, en particulier des Haïtiens, qui traversent la frontière. Pouvez-vous nous parler de ceux qui sont laissés pour compte au Mexique et de ce qui leur arrive ?

GUERLINE JOZEF : À l’heure actuelle, si vous êtes au Mexique en provenance de l’un de ces quatre pays et que vous essayez d’entrer aux États-Unis en dehors de ce programme de libération conditionnelle, vous serez interdit d’entrer. Vous serez renvoyé au Mexique et il vous sera interdit de tenter à l’avenir d’ obtenir la protection que vous recherchez. Donc, ce que le président a dit, c’est d’attendre et de rester où vous êtes. Mais la réalité, c’est que lorsque vous avez une femme qui a été violée collectivement dans un pays comme Haïti ou qui fuit Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, elle n’a absolument aucun moyen d’obtenir une protection, parce que ce qui est nécessaire pour elle, c’est d’avoir un passeport. En plus d’avoir un passeport, elle doit avoir un parrain aux États-Unis qui accepte de les parrainer. La réalité, c’est que ce programme serait fermé aux personnes les plus vulnérables, en particulier celles qui sont en déplacement, qu’elles soient dans la forêt de Darién en train de mourir en ce moment ou au Guatemala ou ailleurs, parce que si elles essaient de traverser d’autres pays pour se rendre aux États-Unis, elles ne pourront même pas participer à l’obtention de tout type de protection.

AMY GOODMAN : Eh bien, Guerline Jozef, nous tenons à vous remercier d’être avec nous, directrice exécutive de l’Haitian Bridge Alliance. Et merci à Fernando García. Fernando, si vous êtes toujours là, j’ai une dernière question, et c’est que, oui, le président Biden rencontre maintenant AMLO, le président mexicain et le premier ministre canadien lors d’une conférence des leaders nord-américains en ce moment à Mexico. Que pensez-vous que le Mexique doit faire et qu’est-ce que les États-Unis devraient proposer au Mexique en ce moment ?

FERNANDO GARCÍA : Vous savez, je suis très sûr que le Mexique n’a pas à faire le sale boulot d’application de la loi sur l’immigration des États-Unis. Je veux dire, cette idée que nous allons avoir 30 000 réfugiés et migrants envoyés au Mexique chaque mois au milieu de cette violence – je veux dire, vous avez entendu dire qu’il y a cette violence à Juárez, à Sinaloa, même à Mexico. Donc, juste l’idée que nous envoyons des migrants dans une situation très violente, ce n’est pas une solution. Je pense que le Mexique devrait en fait tenir bon et dire : « Nous n’accepterons rien qui viole les droits de l’homme internationaux, qui viole le droit fondamental de demander l’asile », ce que les États-Unis ont violé. Donc, je pense que les États-Unis doivent adhérer et faire respecter les lois sur l’asile qu’ils enfreignent en ce moment.

AMY GOODMAN : Je tiens à vous remercier, Fernando García, directeur exécutif du Border Network for Human Rights, qui nous a parlé d’El Paso, au Texas, où le président Biden s’est rendu hier, pour la première fois en tant que président, à la frontière sud. Demain, nous parlerons de sa rencontre au Mexique. Nous vous remercions tous les deux d’être avec nous.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...