Édition du 21 mai 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Burqa, laïcité ou le « choc des civilisations » à la française

Un mot est en train de devenir pour Sarkozy et l’UMP un des axes majeurs de 2012. Il ne s’agit pas bien évidemment d’un vrai problème, du type nucléaire, chômage, crise économique… Non, il s’agit du mot «  laïcité  ».

Ce faux débat est monté en épingle par tout le gouvernement, repris par la plupart des médias. Il ne sert qu’à viser une partie de la population, les musulmanEs, et à propager le racisme, sur lequel le FN prospère.

Il existe une forme d’hystérie médiatique et politique qui vise à alimenter l’idée que l’islam constitue une menace pour « nos valeurs républicaines ». Depuis que Marine Le Pen a lancé le débat pour interdire les prières des musulmans dans la rue, la surenchère est permanente, avec encore cette semaine la sortie puante de Guéant, pour qui « l’accroissement du nombre des fidèles » musulmans et « un certain nombre de comportements posent problème ».

L’application à partir du 11 avril de la loi « antiburqa » le montre bien. C’est une mesure discriminatoire, qui va aboutir à un harcèlement policier de quelques milliers de femmes. Loin de les « libérer », la loi va restreindre leurs sorties. L’idéologie dominante instrumentalise les valeurs républicaines qui deviennent le paravent d’une campagne islamophobe.

Pour Sarkozy, cette politique a un double intérêt. Premièrement, diviser la population tout en soudant une partie des classes populaires sur le thème de « l’identité nationale ». Deuxièmement, cela affaiblit la gauche car une grande partie tombe dans le panneau de « l’union nationale » et du soutien aux valeurs républicaines face à la « menace islamiste ». Lors du vote en 2010, seuls le NPA et les Verts se sont opposés à la loi. Le PS l’a soutenue. Mélenchon s’est prononcé « pour une loi interdisant la burqa » et contre les prières dans la rue. Le PCF s’est abstenu, et n’a pas exclu Gerin qui s’était rangé du côté des plus islamophobes. La gauche est donc profondément divisée sur cette question de la laïcité et la droite cherche à en profiter.

Il y a fort à craindre que la loi contre le niqab ne soit qu’une première étape vers l’interdiction plus générale du « foulard islamique ». Le 11 avril, le gouvernement a sorti 100 000 affiches et 400 000 tracts « la République se vit à visage découvert » afin de relayer sa campagne raciste contre les femmes musulmanes portant le foulard, avec l’interdiction d’accompagner les sorties scolaires. Les 26 propositions de l’UMP sur la laïcité vont dans ce sens. L’objectif affiché est de « rédiger un code [de la laïcité] au sens strict du terme » afin de passer « d’un islam en France à un islam de France ». Organisé et dirigé par l’État français ! Le document de l’UMP est digne des codes de l’indigénat colonial. Une des propositions signifie l’interdiction du foulard islamique dans les lieux publics : « consacrer, par voie législative, l’interdiction faite à quiconque de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers ».

Ne laissons pas faire, refusons la logique de stigmatisation, qui fait des musulman.e.s les boucs émissaires de la crise. Il y a urgence à ne pas tomber dans le piège d’un « choc des civilisations » à la française.


* Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 98 (14/04/11).

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...