Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

De loin, la pire chose que Trump ait faite a été de flirter avec la guerre nucléaire avec la Corée du Nord

Les actions de Trump sur cette question l’emportent sur tout le reste, mais elles ont reçu moins d’attention que nombre de ses tweets. Mais c’était une possibilité réelle en 2017 et au début de 2018, la première année de mandat de Trump, lorsqu’il a rapproché les États-Unis d’un conflit nucléaire avec la Corée du Nord bien plus que la plupart des Américains ne l’imaginaient. Mais incroyablement, l’establishment de la politique étrangère américaine semblait à l’époque considérer ce risque avec sérénité et semble maintenant l’avoir complétement oubli

20 janvier 2021 | The intercept
https://theintercept.com/2021/01/20/biden-inauguration-trump-north-korea/?utm_medium=email&utm_source=The%20Intercept%20Newsletter

Jon Schwarz
, 11h55

é.

L’importance des actions de Trump dans cette question l’emporte sur tous les autres aspects de ces années au pouvoir, y compris sur sa réponse à la pandémie de coronavirus. Un conflit avec la Corée du Nord aurait pu entraîner la mort de millions, de dizaines de millions, voire plus. Pourtant, il a reçu moins d’attention que beaucoup de ses tweets.

Voici ce qui s’est passé et pourquoi le comportement de Trump était extrêmement dangereux.

La Corée du Nord a testé avec succès une arme nucléaire pour la première fois en 2006. Au moment où Trump est entré en fonction en janvier 2017, le pays avait effectué quatre autres tests. Les analystes américains ont conclu que le pays disposait d’un stock de dizaines d’appareils. La Corée du Nord a affirmé qu’elle avait produit des armes nucléaires suffisamment petites pour être portées par des missiles balistiques. Son militaire a effectué des essais de lancement de quatre de ces missiles ce mars et dès juillet 2017 il avait testé avec succès des missiles balistiques intercontinentaux qui pourraient vraisemblablement atteindre la zone continentale des États-Unis.

C’est ce qui a poussé Trump à déclarer le 8 août, lors d’un événement sans rapport avec son club de golf du New Jersey, que « la Corée du Nord ferait mieux de ne plus menacer les États-Unis. Ils seront confrontés à un tel feu et à une telle fureur que le monde n’en a jamais vu ». Le mois prochain aux Nations Unies, Trump a également déclaré que « les États-Unis ont beaucoup de force et de patience, mais s’ils sont forcés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. Le Rocket Man est en mission suicide. »

Il s’agirait en toutes circonstances de déclarations dangereusement imprudentes de la part d’un président américain, mais en particulier compte tenu de l’histoire des relations américano-coréennes. Au cours de la Guerre de Corée des années 50, l’armée américaine a largué un plus grand tonnage de bombes sur la Corée qu’elle n’en avait utilisé sur le théâtre du Pacifique pendant toute la Seconde Guerre mondiale. Selon Curtis LeMay, chef du Commandement aérien stratégique pendant la guerre de Corée, les États-Unis ont tué « vingt pour cent de la population coréenne - victimes directes de la guerre, de famine ou d’exposition ».

Plus récemment, le régime nord-coréen a pris acte de ce qui est arrivé aux dirigeants d’autres pays lorsqu’ils ont abandonné leurs programmes d’armes nucléaires à la demande des États-Unis. L’Irak est venu assez près de la construction d’un dispositif nucléaire dans les années 1980, mais a tout cédé au cours des années 1990. Puis les États-Unis l’ont envahi en 2003 et Saddam Hussein a été pendu. Mouammar Kadhafi a révélé le programme nucléaire à peine existant de la Libye la même année. En 2011, les États-Unis ont contribué à renverser son gouvernement. Kadhafi a été sodomisé à la baïonnette.

Même Dan Coats, le premier directeur du renseignement national de Trump, a dit la vérité en 2017 sur ce que tout cela signifiait pour le dictateur nord-coréen Kim Jong-un : « Il y a une certaine justification à ses actions - il s’agit de la survie - survie de son régime et de son pays. … La leçon que nous avons tirées de l’abandon de ses armes nucléaires par la Libye… est, malheureusement : « Si vous avez des armes nucléaires, ne les abandonnez jamais. »

Pendant ce temps, la motivation des États-Unis était claire. Nous n’avions en effet pas peur qu’un régime nord-coréen se lance dans une première frappe nucléaire suicidaire contre les E-U. Comme la dit un haut analyste de la CIA, « La dernière personne qui désire le conflit est Kim Jong-un. … [Kim] n’a aucun intérêt à affronter [les États-Unis] ». Au lieu de cela, notre préoccupation, comme l’a expliqué le Ministère de la Défense, était que les armes nucléaires « pourraient offrir une plus grande liberté d’action pour l’agression ou la coercition nord-coréenne contre ses voisins. ».

En d’autres termes, la Corée du Nord ne nous attaquerait pas, mais grâce à ces ICBM qui pourraient atteindre l’Amérique, elle pourrait peut-être nous dissuader de gérer complètement la région nous-mêmes. Ce n’est pas une perspective irrationnelle : si la Corée du Nord développe cette capacité, la Corée du Sud et le Japon pourraient décider qu’ils ne peuvent plus compter sur la protection américaine et doivent se procurer eux-mêmes des armes nucléaires. Cependant, peu de gens aux États-Unis ou sur la planète pensent qu’il vaut la peine de risquer une guerre nucléaire pour que les États-Unis puissent maintenir ces pays comme des États vassaux.

Cependant c’est exactement ce que Trump a fait. Il n’a pas simplement menacé d’attaquer la Corée du Nord si elle possédait la capacité de frapper les États-Unis. Il a ordonné au Pentagone de développer de nouveaux plans, malgré la résistance du secrétaire à la Défense de l’époque, James Mattis, pour le faire. Comme le rapporte Fred Kaplan dans son livre The Bomb, les chefs de l’État-major interarmé ont créé de nouveaux plans de guerre « basés sur la supposition que les États-Unis porteraient le premier coup ».

La première étape de ces plans n’était pas une guerre totale, mais généralement le bombardement des rampes de lancement nord-coréennes lorsqu’un lancement de missile était détecté comme étant imminent. Mais le Pentagone pensait que cela pourrait facilement devenir incontrôlable. Kaplan écrit : « Les chefs de l’État-major interarmé ont exhorté le président à ne prendre aucune mesure à moins et jusqu’à ce qu’il soit prêt à parcourir toute la distance, bombes-H incluses.

Et Mattis avait le pouvoir d’ordonner le bombardement des sites de lancement nord-coréens - c’est-à-dire de déclencher une escalade qui pourrait conduire à une guerre nucléaire - sans l’approbation du Congrès, ni même de Trump. Bien que cela ait été peu remarqué aux États-Unis, Mattis a en fait approuvé le tir d’un missile américain comme un avertissement après l’un des tests de missiles de la Corée du Nord en juillet, mais seulement dans la mer.

Le plus grand risque, cependant, n’était pas que les États-Unis déclenchent exprès une guerre, mais que la situation devienne incontrôlable en raison d’une erreur de calcul des deux côtés. Jeffrey Lewis, expert en contrôle des armements, professeur à l’Institut Middlebury d’études internationales de Monterey, était tellement préoccupé par cela qu’il a écrit un roman imaginant comment cela pourrait arriver.

Lewis dit qu’il croit que Trump « dans sa base est un lâche. Il adorait parler dur. C’est quelqu’un qui croit qu’en intimidant, il peut obtenir ce qu’il veut. Mais ce n’est pas une personne qui risquera délibérément un échange nucléaire. » Cependant, « ne pas vouloir faire la guerre ne signifie pas nécessairement que vous n’aurez pas de guerre. Vous ne pouvez flirter avec la catastrophe que pour vous rendre compte que la situation est devenue incontrôlable et que vous avez une véritable catastrophe. »

Cela semblait particulièrement plausible au début de 2018. Trump a tweeté le 2 janvier : « Moi aussi, j’ai un bouton nucléaire. Mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que celui de [Kim Jong-un], et mon bouton fonctionne ! » Plusieurs semaines plus tard, comme le rapporte le livre Trump et ses généraux de Peter Bergen, Trump a informé son personnel de sécurité nationale qu’il souhaitait ordonner l’évacuation de tous les civils américains de Corée du Sud. Un responsable a déclaré à Trump : « Eh bien, monsieur, si vous essayez de signaler que vous êtes prêt à frapper et à déclencher une guerre… c’est bien la façon de le faire. »

Trump leur a néanmoins ordonné d’aller de l’avant - mais semble ensuite l’avoir oublié. Mais si cela s’était produit, le régime nord-coréen aurait reçu le signal haut et fort. Et comme le dit Lewis, « Ils ne savent peut-être pas que Trump est un lâche. » Il est facile d’imaginer des situations dans lesquelles les dirigeants nord-coréens auraient cru qu’ils devaient prévenir une attaque des États-Unis, que Trump en ait en fait préparé une ou non.

Quand on met tout cela ensemble, on comprend de nombreuses personnalités politiques de premier plan pensaient que le risque de guerre extrêmement élevé. Le sénateur républicain Lindsey Graham de Caroline du Sud, un confident constant de Trump, a déclaré qu’il avait existé 30% de chances que les États-Unis entament une guerre avec la Corée du Nord. L’amiral à la retraite James Stavridis, qui dirigeait autrefois l’OTAN, estimait les chances d’une guerre nucléaire à 10%, avec 20 à 30% de chances supplémentaires d’une guerre conventionnelle qui aurait tué plus d’un million de personnes.

De même, John Brennan, chef de la CIA sous le président Barack Obama, a déclaré que la probabilité d’une guerre était de 20 à 25%. Joel Wit, un des meilleurs experts universitaires de la Corée du Nord, a déclaré que c’était 40%. Richard Haass, président du Council on Foreign Relations, a estimé que c’était 50%. Le Bulletin des scientifiques atomiques a réglé sa célèbre horloge de la fin du monde entre deux minutes et minuit, aussi proche qu’elle l’avait jamais été, cela en grande partie grâce à la crise nord-coréenne.

Pourtant, tout ela était essentiellement inconnu des citoyens ordinaires. Comme l’écrivait le journaliste Bob Woodward dans son livre Rage, « le peuple américain n’avait guère idée » que cette période « avait été si dangereuse ».

Et la raison en est simple : l’establishment américain de la politique étrangère n’a tout simplement communiqué aucun sentiment d’alarme clair par rapport à ce qui se passait parce qu’il ne semblait pas alarmé. Graham lui-même a dit qu’il y aurait de lourdes pertes, mais « s’il devait y avoir une guerre… ce sera là-bas. … On ne mourra pas ici. » Le sénateur Jim Risch, sénateur républicain de l’Idaho, a déclaré à un public en Allemagne que Trump se préparait à déclencher « l’un des pires événements catastrophiques de l’histoire de notre civilisation. Ce sera très, très bref. Cela causera des pertes massives que la planète n’a jamais vues. Ce sera des proportions bibliques. » Mais il n’avait aucune proposition pour l’empêcher et il ne semblait même pas croire que c’était une mauvaise idée. Quelques mandarins murmuraient de la désapprobation, mais pas à un niveau de volume qu’on pouvait entendre. D’autres sont restés discrètement silencieux.

Ensuite, bien sûr, Trump a fait un volte-face, franchissant une étape historique avec la Corée du Nord, déclarant finalement que lui et Kim Jong-un étaient « tombés amoureux ». Trump n’a obtenu aucun désarmement de la Corée du Nord, mais cela est beaucoup moins important que le fait qu’il n’a pas tué des millions de personnes, accidentellement ou exprès. Et comme le dit Jessica Lee, experte en Asie au Quincy Institute for Responsible Statecraft, il y avait une bonne chose dans cette affaire de de Trump et de la Corée du Nord : Trump a certainement « accru à la fois la visibilité de la Corée du Nord en tant que question urgente et le soutien du public américain pour une résolution pacifique sur laquelle l’administration Biden peut désormais s’appuyer. »

Nous pouvons donc maintenant revenir au risque normal de guerre nucléaire - déjà très élevé - et être tout simplement contents que Trump soit parti. Alors que Trump était au milieu de sa diplomatie bizarre avec Kim Jong-un, il a dit quelque chose d’hilarant sans le comprendre : « En ce qui concerne le risque d’avoir affaire à un fou, c’est son problème, pas le mien. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...