Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Immigration

Des groupes communautaires réclament une meilleure protection envers les travailleurs précaires

MONTRÉAL, le 4 avril 2013 - Lors d’une assemblée publique qui se tiendra ce vendredi 5 avril, le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) et leurs groupes communautaires partenaires mettront de l’avant plusieurs demandes liées à un éventuel projet de loi provincial qui viserait à protéger les travailleurs en situation de précarité. Rassemblés sous une bannière commune, les travailleuses domestiques, les travailleurs étrangers temporaires, les travailleurs temporaires d’agences de placement ainsi que les travailleurs sans papiers présenteront leurs revendications, incluant parmi elles la couverture des travailleuses domestiques par la CSST, la coresponsabilité des agences de placement et de leurs entreprises, ainsi qu’une meilleure protection des travailleurs étrangers temporaires, tout statut confondu. Les groupes présents voudront également voir le taux provincial du salaire minimum augmenter à douze dollars de l’heure.

Après que l’invitation à participer à une assemblée publique ait été déclinée par Mme Agnès Maltais, ministre du Travail, les groupes en question ont gardé leur position et ont convenu que cet événement public aurait tout de même lieu. Les travailleurs du Québec qui sont concernés par le travail précaire partageront leurs expériences personnelles, soulignant la nécessité que les changements réclamés surviennent.

Neil Ladode, du comité des travailleurs étrangers temporaires formé par le CTI, croit qu’une partie du rôle du ministre du Travail soit d’être à l’écoute des travailleurs précaires. Originaire d’Indonésie, monsieur Ladode s’est retrouvé dans une situation d’exploitation à son arrivée au Québec alors qu’il œuvrait comme cuisiner dans un restaurant de Montréal.

« La ministre Maltais ne devrait pas ignorer les voix des travailleurs migrants », dit monsieur Ladode. « C’est à la ministre que revient la responsabilité d’éliminer toute barrière à nos droits, afin de respecter et de protéger tous les travailleurs au Québec ».

Une coalition formée pour cette présente campagne a été initiée par le CTI, supporté par les groupes suivants : l’Organisation des femmes Philippines du Québec (PINAY), l’Association des travailleurs temporaires d’agences de placement (ATTAP), les Mexicain unis pour la régularisation (MUR) ainsi que Dignidad Migrante. Le CTI a regroupé ses alliés lorsqu’il a été mis au courant d’un possible projet de loi du gouvernement Marois autour du travail précaire.

« Ça fait des mois que nous entendons des rumeurs que le gouvernement provincial discute d’un éventuel projet de loi sur le travail précaire », explique Jasmin de la Calzada de l’organisation PINAY, qui regroupe majoritairement des travailleuses domestiques en provenance des Philippines.

« Nous voulions être proactifs dans ce processus », a déclaré madame de la Calzada. « Les gens qui sont directement touchés par cette situation se doivent de s’exprimer et de proposer des lois innovatrices qui protègeraient mieux nos droits collectifs en tant que société démocratique ».

L’assemblée publique se tiendra donc le vendredi 5 avril à 18 h, au Centre des travailleurs et travailleuses immigrants, au 4755 rue Van Horne, bureau 110, métro Plamondon. Les travailleurs migrants, les travailleuses domestiques et les travailleurs temporaires d’agences de placement seront disponibles sur place pour des interviews avec les médias.

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI)

http://iwc-cti.ca/

Le Centre de Travailleurs et Travailleuse Immigrant-e-s (CTI) défend les droits des immigrant-e-s dans leurs lieux de travail et se bat pour la dignité, le respect et la justice. Quelques-uns de nos objectifs principaux sont :

• Promouvoir l’éducation populaire, particulièrement en ce qui a trait aux droits des travailleurs et travailleuses
• L’amélioration des conditions de travail pour les travailleurs et travailleuses immigrants
• Organiser une mobilisation autour des problèmes reliés aux conditions de travail, incluant par exemple : les accidents au travail, le harcèlement, les salaires impayés, les heures supplémentaires, le congé de maternité, etc.
• Offrir un espace qui permet aux travailleurs et travailleuses immigrant-e-s de recevoir de l’information, des ressources, et des références.
Nous offrons ces ressources et références en plusieurs langues (Anglais, Français, Espagnol, Hindi, Arabe, Iranien, Bengali, etc.) Joignez-vous à nous pour connaitre vos droits, acquérir les outils qui vous permettrons d’améliorer vos conditions au travail, et pour promouvoir un mouvement pour la justice économique et sociale.

Sur le même thème : Immigration

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...