Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé et sécurité au travail

Deuxième vague de COVID-19 - Les services de garde éducatifs à l'enfance satisfaits de la stratégie déployée par le gouvernement du Québec (FSSS-CSN)

MONTRÉAL, le 27 août 2020 - Le gouvernement du Québec semble avoir entendu la majorité des inquiétudes sur la santé publique de nos 14 000 membres dans le réseau des services de garde éducatifs de la province (CPE et RSG). « Le plan déployé en matière de santé et de financement dans l’éventualité d’une seconde vague de COVID-19 à l’automne est rassurant, se réjouit Lucie Longchamps, vice-présidente à l’exécutif de la FSSS-CSN et responsable des secteurs privés. Le bilan de 123 cas dénombrés en services de garde depuis le début de la pandémie prouve surtout que les importants efforts et le professionnalisme de toutes et tous portent ses fruits. »

Cependant, certaines préoccupations demeurent. « Qu’arrivera-t-il avec la rémunération des travailleuses qui doivent passer un test de dépistage de la COVID-19 et qui sont en attente de résultat ? », questionne Louise Labrie, représentante des CPE à la FSSS-CSN. De plus, le secteur manque cruellement de personnel pour remplacer les travailleuses forcées de s’absenter en raison des enjeux de santé.

Négociation dans les RSG : le gouvernement doit offrir des conditions de travail justes et équitables

Par ailleurs, concernant la négociation, les responsables du réseau des services de garde en milieu familial (RSG) sont moins enthousiastes. « Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, appelle au dialogue pour éviter des bris de service en septembre. Dans les faits, il refuse de reconnaître le véritable travail accompli hebdomadairement. Il maintient les RSG au plus bas niveau de l’échelle salariale, sans tenir compte des exigences, des responsabilités et des tâches ne cessant d’augmenter ! Il refuse de nous rémunérer en conséquence », déplore Karine Morisseau, représentante du secteur des RSG à la FSSS-CSN. « Nous ne voulons pas de conflit de travail ni nuire aux parents. Mais il faut également gagner notre vie décemment », ajoute-t-elle.

Il n’est pas rare qu’une responsable d’un service de garde gagne à peine 27 000 $ par année (après avoir couvert toutes les dépenses) en travaillant 55 heures par semaine minimum. « Avec de telles conditions, le ministre devrait cesser de s’interroger sur les raisons qui poussent les RSG à fermer leurs services de garde », ajoute Karine Morisseau, elle-même possédant son propre service de garde.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé et sécurité au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...