Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Discrimination systémique Les femmes toujours désavantagées dans le secteur public

Malgré les avancées réalisées quant aux droits des femmes, une discrimination systémique perdure à leur endroit dans le secteur public québécois. Encore aujourd’hui, elles ont moins d’argent dans leurs poches que leurs collègues masculins.

En raison des mesures d’austérité instaurées au Québec depuis plus de 15 ans, le pouvoir d’achat des employés de l’administration québécoise accuse un recul d’environ 1,2 % depuis l’an 2000, selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). Or, la proportion de femmes (72 %) au sein de l’administration québécoise y est grandement supérieure par rapport aux autres secteurs (entreprises publiques, universités, municipalités et entreprises de 200 employés et plus). Au cours de la même période, le pouvoir d’achat des salariés des autres secteurs a grimpé de 11 % en moyenne.

Toujours selon l’IRIS, l’écart de rémunération entre l’administration québécoise et les entreprises publiques est de 24 % en moyenne. L’employeur est pourtant le même, soit le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT). Les employés des entreprises publiques sont toutefois majoritairement des hommes, contrairement à ceux de l’administration québécoise. Cet écart est inacceptable !

Les employés de l’administration québécoise, en grande majorité des femmes, subissent de la discrimi­nation systémique fondée sur le sexe, conclut l’IRIS. L’Institut propose notamment de modifier la Loi sur l’équité salariale en permettant la mise sur pied de programmes d’équité salariale entre différents secteurs de l’économie québécoise.

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec a réalisé une analyse complémentaire à celle de l’IRIS. Le syndicat a constaté qu’il existe également une discrimination salariale systémique au sein des entreprises publiques.

En 2017, pour plusieurs catégories d’emploi de professionnels, les organisations à majorité masculine sont plus nombreuses à offrir des salaires élevés que les organisations à majorité féminine. Les écarts peuvent être importants entre les organisations. À titre d’exemple, chez Hydro-Québec, où la plupart des employés sont des hommes, les salaires sont supérieurs de 12 000 $ à ceux offerts dans des organisations à majorité féminine comme le Musée de la civilisation, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, le Musée national des beaux-arts du Québec, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, et Revenu Québec.

Les différences salariales des catégories d’emploi des professionnels entre les organisations reposent peut-être sur les exigences des emplois. Cependant, les emplois analysés étaient variés, plusieurs postes étaient similaires d’une organisation à l’autre, et ils nécessitaient généralement une formation universitaire. Les écarts portent donc probablement sur d’autres facteurs tels que les priorités gouvernementales, les facteurs historiques, la capacité de négociation des organisations, etc. Or, si les différences salariales des emplois des professionnels entre les organisations ne reposent pas sur les exigences des emplois, cela confirme l’existence d’une discrimination salariale systémique fondée sur le sexe au sein des entreprises publiques. Encore une fois, les femmes en sortent grandes perdantes.

Cette discrimination n’apparaît pas au sein de chaque entreprise publique entre les hommes et les femmes, mais plutôt entre les catégories d’emploi des professionnels des différentes entreprises publiques. Un ajustement à la Loi sur l’équité salariale serait donc nécessaire afin de pouvoir comparer les salaires d’emplois équivalents entre les entreprises publiques.

Jessica Bourque
Deuxième vice-présidente du SPGQ

À propos du SPGQ
Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente près de 28 000 spécialistes, dont environ 20 000 dans la fonction publique, 5 050 à l’Agence du revenu du Québec et 2 950 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État.

Source
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...