Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Entente entre le STTP et Foodora Canada

OTTAWA, ON, le 25 août 2020 - Une entente de 3,46 millions de dollars a été conclue à l’intention des livreurs et livreuses de Foodora de l’ensemble du pays. En avril dernier, l’entreprise a déclaré faillite et a mis fin à ses activités au Canada.

Le règlement a été conclu entre le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et Delivery Hero, société mère de Foodora Canada.

« Cette entente illustre bien ce qui se passe quand un syndicat se bat pour les travailleurs et travailleuses », déclare Jan Simpson, présidente nationale du STTP. Perdre son emploi en temps de pandémie mondiale est stressant, mais c’est vraiment terrifiant de le perdre quand on fait partie de l’économie des petits boulots, sans accès garanti aux programmes d’aide du gouvernement. Le STTP est heureux d’être parvenu à un règlement qui permettra d’atténuer le stress financier imposé aux livreurs et livreuses de Foodora. »

Iván Ostos, livreur chez Foodora et organisateur syndical, est ravi de voir que Foodora reconnaît la nécessité d’un règlement. « C’est un grand changement pour les travailleurs et travailleuses de l’économie des petits boulots. Si un employeur estime qu’il ne vaut pas la peine de faire des affaires ici, nous allons nous battre pour nous assurer que les travailleurs et travailleuses obtiennent ce qui leur est dû. »

L’année a été riche en rebondissements. En février dernier, la Commission des relations de travail de l’Ontario (CRTO) accordait aux livreurs et livreuses de Toronto et de Mississauga le droit de se syndiquer. Elle déclarait qu’ils étaient des entrepreneurs dépendants, et non des entrepreneurs indépendants, comme le soutenait l’entreprise Foodora.

La décision de la Commission permettait enfin de prendre connaissance du résultat du vote d’accréditation, dont les bulletins étaient scellés depuis août 2019. L’annonce du résultat a eu lieu en juin dernier : près de 90 % des livreurs et livreuses de Foodora ont dit oui au STTP. Ils devenaient ainsi les premiers travailleurs et travailleuses, dont le travail est régi par une application mobile, à se syndiquer.

« Foodora a peut-être quitté le Canada, mais ses travailleurs et travailleuses font partie du STTP, affirme Mme Simpson. Nous allons continuer de défendre leurs droits, comme le démontre la négociation de ce règlement, sinon ce sera par la négociation collective avec un nouvel employeur. Cette lutte, nous la menons tous ensemble. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...