Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie québécoise

État des finances publiques - Un exercice comptable d'une froideur indécente, dénonce Vincent Marissal

MONTRÉAL, le 19 juin 2020 - Le député de Rosemont et responsable pour Québec solidaire en matière de justice économique et fiscale, Vincent Marissal, invite le gouvernement de la CAQ à mettre son obsession pour l’équilibre budgétaire de côté et à se concentrer sur l’essentiel : renforcer nos services publics en prévision de la deuxième vague et aider les petites entreprises à traverser la crise.

« C’est profondément indécent de la part de la CAQ de recommencer à parler d’équilibre budgétaire alors que les décès quotidiens se comptent encore par dizaines au Québec. C’est un exercice comptable d’une froideur sans nom. Après la crise monumentale qu’on vient de vivre dans nos CHSLD et dans nos hôpitaux, est-ce qu’on peut s’entendre que le retour à l’équilibre budgétaire, c’est loin d’être la priorité ? L’heure est à s’assurer qu’on sorte de la crise sanitaire sans trop de dégâts, pas de penser à l’état de nos finances publiques dans cinq ans alors que c’est à peu près impossible à prévoir dans la conjoncture actuelle », martèle M. Marissal.

Pour le député solidaire, la priorité du gouvernement de la CAQ doit être de réinvestir dans les services publics afin de mieux faire face à une potentielle deuxième vague.

« Quoi que le ministre des Finances en dise, si on conjugue son intention de revenir à l’équilibre budgétaire d’ici cinq ans et son intention de ne pas hausser les impôts, on doit comprendre entre les lignes qu’il y aura austérité si la récession persiste. Or, si la crise nous a bien prouvé une chose, c’est qu’on a besoin de services publics forts et efficaces pour protéger notre monde. Il est hors de question que le Québec rejoue dans le film de l’austérité. On connaît la fin de ce film-là : des milliers de morts qui auraient pu être évitées, des familles endeuillées et du personnel soignant au bout du rouleau », déplore M. Marissal.

Pas de plan pour les travailleurs et les petites entreprises

Pour le député de Rosemont, l’annonce du ministre Girard est une grande boîte vide : non seulement on n’y apprend rien de nouveau sur l’état de nos finances publiques, mais il n’y a aucun plan sur la table pour offrir une aide directe aux très petites entreprises pour leur permettre de passer à travers la crise.

« M. Girard assure que le gouvernement sera présent pour les entrepreneurs et les travailleurs, mais dans les faits, il n’y a aucune nouvelle mesure d’aide financière sur la table pour les prestataires d’aide de dernier recours, les travailleurs autonomes et le milieu culturel, qui sont complètement laissés pour compte. Il n’y a rien non plus pour aider les très petites entreprises qui en arrachent. M. Girard n’a pas perdu ses bonnes habitudes de banquier : il n’offre que des prêts et des reports de paiement au lieu de donner des aides directes adaptées aux petits entrepreneurs dont la survie est menacée. Pour un gouvernement qui prétend être au service des entrepreneurs, le gouvernement de la CAQ est cheap », conclut M. Marissal.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Economie québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...