Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Etats-Unis. Le budget de Biden prévoit une augmentation des dépenses militaires, y compris des fonds pour l’Ukraine

Déclaration de Bernie Sanders

Le président Biden a demandé le plus haut niveau de dépenses militaires jamais atteint et un financement accru pour le maintien de l’ordre dans le projet de budget de 2023 de 5800 milliards de dollars, réduisant ses propositions d’expansion des programmes sociaux et favorisant le soutien d’initiatives généralement défendues par des élus centristes [incluant des républicains].

30 mars 2022 | tiré du site alencontre.org

Le budget, publié lundi 28 mars, prévoit également une augmentation des impôts sur les entreprises et les Américains les plus riches, dans le cadre d’une réduction du déficit fédéral qui s’écarte du budget de l’année dernière qui prévoyait des augmentations de dépenses ambitieuses.

Ce changement intervient alors que Joe Biden a eu du mal à faire passer une grande partie de son programme au Congrès. L’invasion de l’Ukraine par la Russie, la baisse de Joe Biden dans les sondages d’opinion et l’inflation élevée [7,5% en janvier 2022 et 7,9% en février] depuis longtemps se sont combinées pour pousser de nombreux démocrates vers des thèmes qu’ils considèrent comme ayant un meilleur écho auprès des électeurs.

« Voici à quoi tout cela aboutit : une réduction historique du déficit, un investissement historique dans notre sécurité à l’intérieur et à l’extérieur du pays en modernisant nos capacités dans ces deux domaines et un engagement sans précédent à construire une économie où chacun a une chance de réussir », a déclaré Joe Biden, dans ses remarques faites lundi 28 mars, à propos de son projet de budget.

Les démocrates ont un contrôle réduit de la Chambre des représentants et du Sénat (50-50), et les républicains se sont opposés à de nombreuses propositions de l’administration Biden. Les démocrates se préparent à perdre le contrôle de l’une ou des deux chambres du Congrès lors des élections de mi-mandat de l’automne.

***

L’administration cherche à obtenir 813 milliards de dollars pour les dépenses militaires au cours de l’année fiscale 2023, qui commence le 1er octobre, soit une augmentation d’environ 4% par rapport aux 782 milliards de dollars votés pour cette année fiscale [octobre 2021-octobre 2022]. Les chiffres du budget ne sont pas ajustés en fonction de l’inflation.

L’augmentation demandée est plus du double de l’augmentation de 1,6% que l’administration a proposé pour les dépenses militaires dans le budget de l’année dernière. La proposition prévoit un financement de 682 millions de dollars pour l’Ukraine afin de contrer la Russie et de renforcer sa sécurité et ses intérêts économiques.

Les dépenses militaires proposées seraient les plus importantes jamais engagées, si elles sont adoptées, mais il ne s’agirait pas de la plus forte augmentation annuelle si on la compare à certaines années précédentes, lors des guerres en Irak et en Afghanistan. Les Etats-Unis ont mis fin à leur guerre de 20 ans en Afghanistan en août 2021, mais s’efforcent maintenant de faire face à la crise en Europe.

Les dépenses militaires américaines nécessiteront aussi probablement des investissements supplémentaires à long terme, en particulier dans la marine, afin de rester concentrés sur la Chine, qui constitue la menace la plus importante et la plus stratégique à laquelle les Etats-Unis sont confrontés. Selon les responsables, les investissements dans les missiles hypersoniques, l’apprentissage-machine, l’intelligence artificielle et d’autres capacités militaires appropriées pour affronter la Chine nécessiteront des milliards de dollars de nouveaux investissements au fil du temps.

Si les principaux démocrates ont applaudi la demande de l’administration Biden, certains législateurs se sont montrés critiques, notamment le sénateur Bernie Sanders (Indépendant du Vermont), président de la commission du budget du Sénat, qui se range du côté des démocrates.

« A une époque où nous dépensons déjà plus pour l’armée que les 11 pays suivants réunis, non nous n’avons pas besoin d’une augmentation massive du budget de la défense », a déclaré Bernie Sanders [voir sa déclaration ci-dessous].

Le chef de la minorité sénatoriale, Mitch McConnell (républicain, Kentucky), a déclaré que l’augmentation du financement militaire proposée par l’administration était inadéquate car elle ne suit pas le taux d’inflation, qui a augmenté de près de 8% par rapport à l’année précédente en février.

« La Maison Blanche tente désespérément de qualifier ce budget de centriste, mais il n’y a rien de modéré dans ce qu’il contient », a-t-il déclaré, en soulignant les augmentations de financement pour les agences non liées à la défense telles que l’Agence de protection de l’environnement.

Dans un entretien, la secrétaire adjointe à la Défense Kathleen Hicks a déclaré que les hypothèses sur l’inflation pourraient ne pas être exactes dans les prochains mois. « Nous avons élaboré ce budget sur la base des meilleures informations sur l’inflation dont nous disposions au moment où nous l’avons élaboré, à la fin de l’année 2021 », a-t-elle déclaré, ajoutant que certaines dispositions ont été intégrées au budget pour le rendre « résistant à l’inflation ». Le budget, a-t-elle dit, reflète également la démarche depuis la première invasion de l’Ukraine par la Russie, en 2014.

Le budget de Joe Biden cherche également à obtenir plus d’argent pour la sécurité intérieure. Il propose 17,4 milliards de dollars au ministère de la Justice pour assurer l’ordre, dont 1,7 milliard de dollars pour lutter contre le trafic d’armes à feu et pour d’autres efforts liés aux armes à feu. Il prévoit des fonds pour les U.S. Marshals (agence de police du gouvernement fédéral dépendant du département de la Justice) et le Federal Bureau of Investigation (FBI) pour lutter contre les crimes violents. Il prévoit également le financement de 300 postes supplémentaires d’agents de patrouille frontalière.

***

Dans l’ensemble, le projet de budget vise à obtenir 769 milliards de dollars pour les dépenses non liées à la défense et le programme de soins médicaux du ministère des anciens combattants pour l’exercice 2023, par rapport aux 691 milliards de dollars que le Congrès a adoptés pour ces postes pour l’année fiscale en cours.

L’administration prévoit une baisse sur l’année d’environ 50% du déficit américain au cours de l’exercice 2022, à 1400 milliards de dollars, car les dépenses pour les programmes d’aide Covid-19 diminuent et une économie plus forte assure davantage de recettes fiscales.

Les plans budgétaires réduiraient le déficit de plus de 1000 milliards de dollars par rapport à ce qu’il serait sur une décennie selon la loi actuelle. Le budget prévoit que la dette détenue par le public [soit les détenteurs d’obligations] tomberait à 101,8% du PIB des Etats-Unis au cours de l’exercice 2023, alors que la Maison-Blanche prévoit 102,4% pour l’année en cours. La dette devrait augmenter au cours des années suivantes pour atteindre 106,7% du PIB en 2032.

Le budget prévoit « même selon ses propres chiffres, que la dette détenue par le public, qui est historiquement à un niveau élevé actuellement, à près de 100%, va continuer à augmenter », a déclaré William Hoagland, premier vice-président du Bipartisan Policy Center et ancien conseiller budgétaire républicain au Congrès.

Ces dernières semaines, Joe Biden et d’autres démocrates de premier plan ont parlé du travail du parti pour réduire le déficit, alors qu’ils cherchent à obtenir le soutien du sénateur Joe Manchin (démocrate, Virginie-Occidentale – représentant entre autres du lobby pétrolier) pour leur programme économique qui est au point mort.

Les démocrates n’en sont qu’aux premiers stades de la réflexion sur la manière de ressusciter ce programme – initialement appelé Build Back Better – de manière à obtenir le soutien de centristes tels que Joe Manchin, qui a fait échouer au Sénat la version de la Chambre des représentants. Joe Manchin a déclaré qu’il ne soutiendrait qu’un projet de budget qui réduit le déficit, une mesure qu’il considère comme un moyen de lutter contre l’inflation. (Extrait de l’article publié par le Wall Street Journal, le 28 mars 2022 ; traduction rédaction A l’Encontre)

*****

Déclaration de Bernie Sanders
« Je remercie le président d’avoir soumis sa proposition de budget au Congrès et j’ai hâte de l’examiner de près. A l’heure où les entreprises réalisent des bénéfices obscènes en facturant des prix outrageusement élevés pour l’essence, la nourriture et le loyer, nous avons besoin d’un budget qui s’attaque à la cupidité sans précédent des entreprises en Amérique aujourd’hui en promulguant un impôt sur les bénéfices exceptionnels et en empêchant les entreprises d’arnaquer les familles de travailleurs et travailleuses.

A l’heure où plus de 700 milliardaires américains se sont enrichis de près de 2000 milliards de dollars pendant la pandémie, alors que des dizaines de millions de personnes continuent de lutter, nous avons besoin d’un budget qui exige que les Américains les plus riches paient leur juste part d’impôts et qui améliore considérablement la vie des familles de travailleurs avec enfants, des personnes âgées, des malades et des pauvres.

A l’heure où nous devons faire face à une urgence climatique, nous avons besoin d’un budget qui crée des millions d’emplois bien rémunérés pour transformer notre système énergétique en abandonnant les combustibles fossiles au profit de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

A une époque où nous dépensons déjà plus pour l’armée que les 11 pays suivants réunis, non, nous n’avons pas besoin d’une augmentation massive du budget de la défense. […] » (Déclaration publiée sur le site de Bernie Sanders, le 28 mars 2022 ; traduction rédaction A l’Encontre)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...