Édition du 7 février 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Exploration pétrolifère sur Anticosti - « Monsieur Heurtel, dites-vous la même chose à l'industrie ? », Manon Massé

MONTRÉAL, le 17 déc. 2015 - La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacque et porte-parole de Québec solidaire en matière environnementale et changements climatiques, Manon Massé, se demande pourquoi le forage sur Anticosti continue alors que le ministre de l’Environnement et le premier ministre Couillard émettent publiquement des réserves sur ce projet. « Depuis la COP21 à Paris, M. Couillard et M. Heurtel semblent être tombés dans un baril vert ! C’est pratique alors que le prix du baril de pétrole noir ne cesse de descendre. Pourtant, le gouvernement affirme malgré tout devoir continuer le forage d’exploration sur Anticosti car il est lié par un contrat.

Quelles sont les clauses de ce fameux contrat que M. Couillard refuse de dévoiler ? La population du Québec a le droit de savoir quelles sont les clauses de retrait d’un investissement public qui se chiffre à 57 millions de $. Le 4 décembre, j’ai d’ailleurs demandé en chambre au premier ministre s’il était prêt à suspendre le projet et à tenir un BAPE avant que ne débute les forages », déclare la députée, qui est allée représenter un autre point de vue à la COP21.

Le premier ministre Couillard a affirmé à Paris que l’avenir du Québec n’est pas dans les hydrocarbures, en plus de se dissocier du projet d’exploration sur Anticosti. Mme Massé a alors interpellé directement le gouvernement afin que soient dévoilés les détails du contrat qui le lie au projet d’exploration d’Anticosti. Rappelons que Ressources Québec, filiale d’Investissement Québec, est actionnaire à 35% de ce projet et a injecté des millions en fonds publics. « Si le gouvernement est sérieux avec ces dernières déclarations sur Anticosti, qu’il nous le montre, ce fameux contrat. Qu’a-t-il à cacher ? Qu’a-t-il promis à l’industrie ? », continue Mme Massé.

Québec solidaire presse le gouvernement du Québec de désinvestir dans les énergies sales. « Ressources Québec devrait investir dans les énergies renouvelables. Ça serait un vrai coup de barre permettant de respecter les engagements de Paris ! De plus, la Caisse de dépôt et de placement trempe jusqu’au cou dans les hydrocarbures et finance des compagnies comme Enbridge, Suncore, Valero et TransCanada. Il faut miser sur l’avenir ! », conclut Mme Massé.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...