Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

Gabriel Nadeau-Dubois appelle les syndicats à faire front commun avec le mouvement étudiant...

Le coporte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois, a invité, samedi le 9 juin dernier, au Festival des solidarités tenu à Montréal, les syndicats à faire front commun avec les étudiants dès cet automne. Seul l’élargissement de la lutte pourra donner le souffle nécessaire à casser l’intransigeance du gouvernement Charest à appliquer son agenda néolibéral.

Le mouvement étudiant, le mouvement syndical, le mouvement écologiste, le mouvement populaire et les autres mouvements sociaux sont en effet placés devant un dilemme essentiel. Soit, ils montent au combat de façon isolée au risque de se voir imposer les volontés gouvernementales ; soit, ils élaborent ensemble une plate-forme commune de revendications partagées et un plan d’action de résistance et se donnent des structures de coordination leur permettant de dépasser l’isolement dans lequel le gouvernement Charest voudrait bien les enfoncer. Le mouvement étudiant, le mouvement syndical et les autres mouvements sociaux devront ainsi identifier des revendications communes qui iraient au-delà de la hausse des droits de scolarité, a-t-il soutenu, en citant comme exemple la lutte contre la tarification des services publics et la contestation de la loi 78.

« Une éventuelle victoire n’est possible, selon le co-porte-parole de la CLASSE, que par la consolidation d’un réel front commun entre les organisations partageant une base de principe solide et qui n’ont pas peur de nommer la lutte comme elle doit être nommée, c’est-à-dire, une opposition de principe au néo-libéralisme, une opposition au principe de l’utilisateur payeur ». Il souhaite participer à construire une grève sociale à partir de l’automne. Il a ajouté : « Aller plus loin cet automne, cela voudra dire envisager sérieusement une mobilisation générale de la société. Cela voudra dire organiser concrètement la grève sociale ».

Le président de la CSN, Louis Roy croit qu’il est possible de créer un front commun social, mais il souligne que la mobilisation des membres de sa centrale et des autres restent à faire. Jusqu’ici l’Alliance sociale des centrales syndicales et de la FECQ a bel et bien dénoncé les projets de tarification et de privatisation des services publics. Mais de telles dénonciations sont loin d’être à la hauteur de ce qui sera nécessaire pour faire reculer le gouvernement Charest. La Coalition contre la tarification et la privatisation des services publics a multiplié les initiatives, a accompli un important travail d’élaboration, de formation et de dénonciation des politiques gouvernementales... Mais, le gros des troupes syndicales est resté en marge des mobilisations. Cette situation doit être dépassée et le mouvement syndical, particulièrement le mouvement enseignant qui est le plus directement concerné et dont des secteurs sont mobilisés, doit faire un travail systématique d’implication large et militante dans les mobilisations en cours et plus particulièrement dans la grande manifestation du 22 juin prochain.

L’urgence d’agir devant le rapetissement des droits démocratiques auquel font face le mouvement syndical et l’ensemble des mouvements sociaux

La loi 78 ne fait pas que restreindre le droit de manifester. Cette loi s’attaque d’abord au droit des étudiantes et des étudiants du Québec de s’organiser, d’agir collectivement, de faire grève... Elle s’inscrit dans la tradition de la négation des droits collectifs. Depuis des décennies maintenant, tant le gouvernement fédéral que les gouvernements provinciaux ont rapetissé le droit de grève des travailleurs et des travailleuses et ont placé une multitude d’obstacles au droit d’association. Depuis des décennies, les syndicats du secteur public ont vu leur droit de grève réduit jusqu’à sa caricature. Il ne s’agit plus aujourd’hui que d’un droit virtuel. C’est ainsi que les décrets ont pu succéder aux décrets et que les syndicats ont souvent été réduits à négocier les adoucissements à ces mêmes décrets. C’est ce même genre d’attaque que subit le mouvement étudiant organisé.

Pour les gouvernements néolibéraux qui dominent la vie politique au Canada et au Québec, il s’agit d’abord de réduire les organisations syndicales à l’impuissance pour ensuite tenter d’imposer ses politiques néolibérales. Toute la stratégie de concertation sociale est maintenant dépassée. Vouloir maintenir une telle stratégie, à l’époque de la gestion néolibérale, c’est accepter de servir de courroie de transmission aux intentions des patrons et de leurs gouvernements de faire payer aux travailleuses et aux travailleurs le coût de leur crise.

Pour élaborer une plate-forme commune, des moyens d’action et des perspectives d’action concrètes, des États généraux du mouvement syndical et des mouvements sociaux s’imposent.

Il est maintenant essentiel que s’ouvre dans le mouvement syndical et les mouvements sociaux un vaste débat pour définir les orientations stratégiques de l’action collective, y compris sur les manières de dépasser les limites introduites par le droit au travail. La tenue d’États généraux du mouvement syndical et des mouvements sociaux pourrait être un moment fort de la nécessaire coordination des mouvements sociaux s’ils veulent créer les conditions lui permettant de résister à l’offensive d’envergure dont ils sont l’objet.

Dans le secteur public municipal, une offensive d’ampleur se prépare. Là aussi, c’est la restriction des droits démocratiques des organisations syndicales qui est l’ordre du jour. En effet, les municipalités exigent de plus en plus clairement du gouvernement du Québec que leur soit accordé un droit de lock-out. Dans le secteur privé, comme à Rio Tinto Alcan, le lock out est de plus en plus utilisé comme arme patronale. Les conditions de la convergence dans la lutte sont réunies.

Comment briser l’isolement au moment de la rentrée ?

Comment éviter une résistance isolée et inefficace à la loi 78 ? Quelles tactiques de résistance faut-il mettre au point ? Ne faudrait-il pas mettre sur pied des comités de coordination locaux et régionaux des différents mouvements sociaux pour évaluer collectivement les marges de manoeuvre, les formes d’action et la défense contre la répression policière et les menaces de sanctions ? Comment convaincre la majorité de la population que l’intransigeance gouvernementale empêche de créer les conditions normales d’enseignement ? Quel instrument de communication se donner pour réaliser cette tâche ? Comment assumer collectivement que les enseignantEs syndiquéEs ne soit pas les exécutantEs plus ou moins passifs de cette loi ? Cela ne peut passer que par l’action collective et par une solidarité agissante. Ainsi, le Syndicat des profs de Marie-Victorin (SECMV) indique la voie : on propose que « l’Assemblée générale demande à ses membres d’exprimer leur solidarité avec le Syndicat étudiant et l’ensemble du mouvement étudiant du Québec en s’engageant à refuser d’enseigner sous la contrainte de la loi 12 (projet de loi 78). » C’est élargir la grève étudiante vers le mouvement enseignant. Les fédérations syndicales enseignantes doivent se joindre à un tel mouvement... pour rendre les lois répressives impossibles à appliquer.

La tenue d’États généraux serait un moment de synchronisation des dynamiques de mobilisation des mouvements sociaux et un lieu de détermination des perspectives à déployer dans le sens de nos revendications.

Déployer et concrétiser une telle démarche impliquera des ruptures.

On ne peut compter pour impulser les dynamiques du changement qu’en se basant sur les éléments les plus décidés et les plus mobilisés. Il ne faut surtout pas faire de la mobilisation de tous et de toutes, la condition du développement des initiatives, car on ne saura faire que du sur place. Alors que la crise européenne semble s’approfondir, le projet néolibéral se fera plus dur et plus audacieux contre les acquis de la population et plus dangereux pour l’écrasement des libertés démocratiques, particulièrement celles des mouvements sociaux... La résistance dans cette longue bataille contre le néolibéralisme oblige les mouvements sociaux à repenser l’intégralité de leur stratégie et leurs formes de collaboration.

Bernard Rioux

Militant socialiste depuis le début des années 70, il a été impliqué dans le processus d’unification de la gauche politique. Il a participé à la fondation du Parti de la démocratie socialiste et à celle de l’Union des Forces progressistes. Militant de Québec solidaire, il participe au collectif de Gauche socialiste où il a été longtemps responsable de son site, lagauche.com (maintenant la gauche.ca). Il est un membre fondateur de Presse-toi à gauche.

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...