Édition du 31 mars 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Point de mire du 21 janvier 2020

L'espoir est dans la rue !

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

En ce début d’année 2020, la planète est secouée par les mobilisations importantes qui touchent tous les continents alors que le mouvement contre le dérèglement climatique se trouve à la croisée des chemins. Pour cette première édition de Presse-toi à gauche en 2020, nous vous proposons une incursion dans le travail en entrepôt dans la région de Montréal guidée par Alexandra L, un texte d’Yvan Perrier qui situe les négociations du secteur public dans la conjoncture générale et un appel d’Aurélien Boutoud à prendre l’urgence climatique au sérieux et à revoir la stratégie du mouvement écologiste pour lui donner davantage de « mordant » devant l’inertie des gouvernements.

Yvan Perrier souligne que les préliminaires des négociations des conventions collectives dans le secteur public sont maintenant du passé et que nous en sommes à l’étape des négociations proprement dites et le gouvernement Legault impose un cadre financier rigide qui réduit la marge de manœuvre des organisations syndicales à peu de chose. Les directions syndicales hésitent à embarquer dans le bateau de la CAQ et refusent de se présenter aux Forums organisés par Legault. Pour l’auteur, il importe que les organisations syndicales brisent ce plafond que veut imposer la CAQ qui nage dans les surplus.

Le travail en entrepôt est en pleine explosion dans la région de la métropole conséquence de l’expansion du commerce en ligne. Alors que les profits explosent, les conditions de travail se détériorent à vitesse grand V. L’auteure décrit le rôle des agences de placement, la précarité des salarié.e.s, l’anti-syndicalisme qui règne et Amazon qui s’amène à Lachine en 2020. Les conditions de lutte pour de meilleures conditions de travail sont ainsi rendues difficiles mais constituent la seule voie pour obtenir un décret qui permettrait de sortir ces milliers de salarié.e.s des conditions les plus sordides tout en permettant une réelle campagne d’organisation syndicale.

Que nous soyons dans une période d’urgence climatique ne fait l’objet d’aucun doute chez les gens sérieux et pourtant les luttes pour faire reculer les émissions de GES font peu de progrès et ne sont pas à la hauteur des défis qui sont devant nous. Boutoud confirme que la situation est bel et bien urgente, que les mesures adoptées par les gouvernements jusqu’ici sont nettement insuffisantes et qu’il faut donner un coup de barre majeur. Dans ce contexte, l’opposition entre « urgentistes » et « gradualistes » dans le mouvement écologiste tend à donner raison aux premiers qui ont, en quelques mois, réussi à imposer leurs mots d’ordre sans toutefois renverser la situation qualitativement.

Par ailleurs, nous apprenions récemment qu’unedélégation formée de personnalités québecoises s’est rendue au Chili pour constater les nombreuses violations des droits humains qui ont cours dans ce pyas marqué par de massives mobilisations populaires.

La pénurie de logement sévit de nouveau et le FRAPRU dénonce l’explosion des prix des loyers, le bas taux d’inoccupation et appelle à multiplier la construction de logements sociaux.

Enfin, des organisations communautaires refusent de baisser les bras et se mobilisent afin de dénoncer le sous-financement des leurs organisations et demandent à la réduction des inégalités.

Sur la scène internationale

La situation internationale est marquée par des bouleversements et des mobilisations à peu près partout dans le monde. Nous avons choisi trois pays : Algérie, Haïti et Iran et une analyse plus globale de ces mouvements sociaux.

Concernant l’Algérie

Algérie : Le 48e vendredi du mouvement populaire : « Non à l’état policier ! »

Nous en sommes à la 48e semaine de mobilisation en Algérie. Presqu’un an de manifestation et le gouvernement ne lâche pas prise. Au contraire, il commence à durcir le ton. Et la présence policière et les arrestations sont de plus en plus à l’ordre du jour. Policiers et agents en civil traquent les personnes manifestantes et font des arrestations arbitraires. Mais les manifestants et manifestantes s’organisent : « Si ce premier tour de chauffe n’a pas pu se tenir, en revanche, on pouvait voir de petits groupes de discussion fleurir un peu partout. »

Et le débat sur comment gagner ou avons-nous perdu fait rage. Les analyses prennent toutes sortes de formes : « il y a deux opérations parallèles : il y a un processus politique de normalisation avec le régime, et il y a un processus sécuritaire visant à étouffer physiquement le hirak », décrypte un manifestant visionnaire. » Cet article est intéressant à lire parce qu’en décrivant le processus de mobilisation des masses, l’auteur nous en fait vivre toute l’effervescence.

Concernant Haïti
Coopération et solidarité internationales québécoises en Haïti

Haïti revient dans l’actualité de bien triste façon. C’est la commémoration de 10 ans du terrible tremblement de terre. Et dix ans après le constat est lourd...rien n’a changé. « Haïti est le pays le plus pauvre des Amériques. Plus de six millions de personnes y vivent sous le seuil de la pauvreté et une personne sur trois se trouve en situation d’insécurité alimentaire ».

Cet article décrit le travail d’une organisation québécoise en Haïti soit l’Association québécoise des organismes de coopération internationale. Ce qui en fait l’intérêt c’est le souci de partenariat : « Pour les OCI du Québec, l’amélioration des conditions de vie des populations passe par la solidarité, c’est-à-dire la création de liens permanents et généralisés entre les peuples, sur la base de l’égalité, du partage, de la réciprocité et du respect mutuel. Cette solidarité exclut toutes les formes d’action qui ont pour effet d’accroître la dépendance des pays du Sud envers les pays du Nord. »

À l’heure de l’expansion impérialiste et coloniale, cet article nous amène un autre point de vue sur la coopération internationale.

Concernant l’Iran
Assassinat du général Soleimani

L’auteur débute son texte avec une mise ne situation du personnage de Soleimani. Il poursuit avec les forces en présence.

L’article apporte au débat deux éléments importants. Le premier est une prise de positon claire à la fois sur le jeu des États-Unis et de celui de l’Iran : « Nous devons dire, haut et fort, notre condamnation de l’assassinat de Soleimani, notre opposition aux aventures militaires meurtrières de Trump et de ses alliés, dont la France, et exiger qu’ils stoppent toutes leurs interventions et ingérences militaires dans la région. Ce qui ne doit pas nous amener, toutefois, à repeindre l’Iran en force anti-impérialiste, avec un Soleimani érigé en martyr et ami des peuples opprimés. Ce dernier est en effet, entre autres faits d’armes peu glorieux, celui qui a dirigé l’intervention iranienne en Syrie, destinée à détruire, au côté des forces russes, le soulèvement anti-Assad, avec pour résultat des centaines de milliers de mortEs et des millions de réfugiéEs et déplacéEs. » Tout n’est donc pas noir ou blanc. Il n’y a pas de bons et de méchants dans l’analyse.

Le deuxième élément important c’est celui de tenir compte des mobilisations des masses. : « Ainsi, l’une des conséquences de l’assassinat de Soleimani pourrait être l’affaiblissement du mouvement populaire en Irak, au nom de l’unité nationale, de la solidarité avec l’Iran et de l’opposition aux USA. Sans même parler des forces progressistes iraniennes, moins de deux mois après le soulèvement contre la vie chère et contre le régime, réprimé dans le sang. Et l’auteur de citer l’Alliance des socialistes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pour conclure :

« L’opposition aux bombardements et aux menaces de guerre de l’impérialisme US contre l’Iran ne peut être effective que si elle s’inscrit en solidarité avec les forces progressistes et révolutionnaires de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord, et en totale opposition aux gouvernements autoritaires et aux pouvoirs impérialistes régionaux »

Concernant une analyse globale des mobilisations
L’espoir est dans la rue

Cette analyse est importante. D’abord parce que la période des fêtes n’a pas permis à tout le monde de suivre l’actualité des mobilisations et surtout de bien les comprendre.

Ensuite parce que ce tour d’horizon est assez complet et clairement explicatif. Et finalement parce que l’auteur parle en termes de lueur d’espoir et de processus démocratiques contre l’autoritarisme et la répression. D’emblée la table est mise : « il est évident maintenant que nous assistons à une grave crise mondiale du stade néolibéral du capitalisme... » Ett les États-Unis sont pointés du doigt : « Nous serions négligents de ne pas souligner le rôle de la politique impériale américaine dans toutes les parties de la crise mondiale »

S’en suit une analyse de la situation en Amérique Latine : Bolivie, Colombie,Chili et Argentine. « Les contradictions amères et les enjeux croissants des affrontements sont particulièrement évidents en Amérique latine » L’auteur poursuit son analyse en abordant le Proche-Orient : Liban, Irak et Iran en précisant les spécificités de la région.« Comme le note l’analyste Gilbert Achcar, « les événements dans la région arabe s’inscrivent dans (la) crise mondiale générale, bien sûr. Mais il y a quelque chose de spécifique dans ce bouleversement régional » — le contexte qu’il appelle le « patrimonialisme », où« les familles dirigeantes sont propriétaires de l’État, qu’elles le possèdent par la loi dans des conditions absolutistes ou simplement en fait » et le considèrent comme leur propriété privée. »

Cette réflexion est intéressante parce qu’on peut voir que les privations économiques , la négligence gouvernementale et la corruption sont des éléments déclencheurs des insatisfactions sociales et des mobilisations populaires.

Bonne lecture

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...