Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

LEAF et la FFQ font valoir à la Cour d'appel du Québec que la loi 21 porte atteinte au droit constitutionnel à l'égalité entre les genres

MONTRÉAL, le 8 nov. 2022 - Du 7 au 10 novembre, la Cour d’appel du Québec entendra les arguments des parties et intervenants dans le cadre de l’affaire Hak et al. c. Procureur général du Québec (Hak et al.). Parmi eux, la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et le Fonds d’action et d’éducation juridique pour les femmes (FAEJ-LEAF) entendent faire reconnaître que la loi 21 est inconstitutionnelle puisqu’elle porte atteinte au droit fondamental d’égalité des genres prévu à l’article 28 de la Charte canadienne des droits et libertés. Cet article vise à garantir que tous les genres jouissent également de tous les droits et libertés garantis par la Charte canadienne.

La loi 21 - mieux connue sous le nom de Loi québécoise sur la laïcité de l’État - interdit, entre autres, aux personnes qui travaillent pour diverses institutions publiques de porter des symboles religieux au travail et de couvrir leurs visages dans l’exercice de leurs fonctions. Celle-ci engendre des impacts discriminatoires disproportionnés sur les femmes musulmanes qui portent le hijab et/ou le niqab au Québec. En ce sens, les deux organisations féministes soulignent l’importance d’adopter une approche intersectionnelle pour l’application de l’article 28 de la Charte. «  En vertu de la loi 21, l’intersection des motifs de discrimination - le genre et la religion - entraîne des conséquences pour les femmes musulmanes qui portent un hijab ou un niqab, conséquences qui n’ont pas, par définition, des impacts sur les hommes ou sur d’autres groupes de femmes. Si les tribunaux n’adoptent pas une approche intersectionnelle, ils ne pourront contrer adéquatement les atteintes au droit à l’égalité qui ont des impacts sur des femmes du Québec !  » explique Mélanie Ederer, présidente de la FFQ.

LEAF et la FFQ présenteront pour la première fois à la Cour d’appel trois critères d’analyse permettant de déterminer si l’article 28 a été enfreint. Les deux organisations soutiennent que si la Cour d’appel adoptait ces critères, elle conclurait que la loi 21 porte atteinte au droit à l’égalité des genres prévu à l’article 28. «  Une loi qui affecte disproportionnellement la jouissance des droits et libertés d’un genre devrait être déclarée inconstitutionnelle. Dans Hak et al., cela implique que la Cour d’appel utilise l’article 28 pour invalider la loi 21, une loi qui discrimine les femmes », souligne Nathalie Léger, porte-parole de la démarche et membre de LEAF.

LEAF et la FFQ remercient leurs avocat∙e∙s de Langlois Avocats, Geneviève Claveau, Sean Griffin, Lana Rackovic, Véronique Roy, et Fady Toban, pour leur représentation pro bono devant la Cour d’appel.  

LEAF et la FFQ remercient également les membres du comité consultatif qui ont aidé à façonner cette intervention : Natasha Bakht, Safa Ben Saad, Dolores Chew, Samaa Elibyari, Nancy Labonté, Laïty Ndiaye, Samira Laouni, Colleen Sheppard, et Sandra Wesley. 

Lien connexe

Mémoire de LEAF et de la FFQ : https://www.leaf.ca/wp-content/uploads/2022/04/59-9550-Argumentation-final-FFQ-FAEJ.pdf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...