Édition du 26 septembre 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

La CSN, accréditée au dépanneur Couche-Tard de Boisbriand - Une autre victoire pour les syndiqué-es des Couche-Tard

BOISBRIAND, QC, le 12 oct. 2012 - La Commission des relations du travail (CRT) accrédite le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des Couche-Tard des Laurentides-CSN afin de représenter les salarié-es du dépanneur Couche-Tard situé 1000, Grande-Allée à Boisbriand.

Pour les sept salarié-es de ce dépanneur, qui comprend des postes d’essence, les négociations pour une première convention collective pourront maintenant débuter. Rappelons que trois dépanneurs Couche-Tard mènent actuellement des négociations soit les établissements syndiqués de Saint-Liboire, en Montérégie, de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil et du quartier Pierrefonds, à Montréal. Plus tôt cette semaine, la CSN a également été accréditée dans un autre dépanneur Couche-Tard, à Victoriaville.

Pour un des employés du Couche-Tard de Boisbriand, Gabriel Boyer-Maillé, la syndicalisation est apparue aux yeux des salarié-es comme le seul outils efficace pour défendre leurs droits face à une entreprise qui tolère difficilement les critiques de ses employé-es lorsqu’il est question de conditions de travail. « L’un des objectifs majeurs que nous visons en nous syndiquant est de nous assurer que les normes du travail seront rigoureusement respectées ici, par exemple en ce qui a trait aux pauses. Nous aurons non seulement une meilleure connaissance de nos droits mais aussi davantage de moyens pour les défendre . »

Le vice-président de la Fédération du commerce CSN, David Bergeron-Cyr souhaite la bienvenue à ces salarié-es au sein de la fédération. « Si les employé-es de Couche-Tard se syndiquent, c’est pour se donner les moyens de se faire respecter par l’entreprise. À la CSN, nous avons rigoureusement évalué la situation de l’entreprise avant d’accueillir ces salarié-es. Il n’y a aucun doute quant à nous, Couche-Tard est capable de faire beaucoup plus pour assurer des conditions de travail dignes à ses employé-es. »

La CSN représente actuellement près de 100 employé-es dans 7 dépanneurs Couche-Tard.

Revendications

Les travailleuses et les travailleurs syndiqué-es des Couche-Tard réclament le respect de leurs droits, notamment ceux prévus aux normes du travail. Ils recherchent également des améliorations aux conditions de santé de sécurité au travail, des augmentations de salaire allant jusqu’à 12,80 $ l’heure, pour les préposé-es, ainsi que quatre journées de maladie payées, puisqu’ils n’en ont aucune actuellement.

Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, rappelle qu’au cours de la dernière année, les profits de Couche-Tard se sont chiffrés à 457 millions $, une augmentation de 24 % en un an. « C’est grâce au travail de ses salarié-es québécois que Couche-Tard a pu acquérir de nouveaux dépanneurs un peu partout dans le monde, dont les établissements syndiqués de la chaine Statoil, en Norvège, où les syndicats sont représentés au conseil d’administration de la filiale. Il est grand temps pour Couche-Tard de reconnaître les droits de ses employé-es et de les respecter ».

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...