Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique canadienne

Le Canada n’est plus le “plus meilleur pays du monde” pour les droits humains.

“Tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit” dit l’article 1 de la Charte des droits de l’homme” adoptée le 10 décembre 1948.
Le 10 décembre 2002, Mohamed Harkat est arrêté et mis en prison en vertu des Certificats de sécurité, prétendument pour terrorisme, sans que ni lui ni ses avocats n’aient accès à aucune des preuves servant à justifier son arrestation. Après huit ans de détention, c’est toujours le cas.

“Tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit” est-il écrit....
 
M. Harkat a contesté la validité de la loi sur les Certificats de Sécurité et a eu gain de cause. La Cour suprême l’a déclaré illégale et ordonné au gouvernement de refaire ses devoirs. L’ONU également a condamné les certificats de sécurité. (1)

 
Le 10 décembre 2010, le juge Simon Noël estime que cette nouvelle loi sur les certificats de sécurité, adoptée par Ottawa en 2008, respecte la Constitution, et déclare M. Harkat coupable et ce toujours sans que M. Harkat ou ses avocats n’aient accès à la preuve, sous prétexte de sécurité nationale. Il est condamné à être expulsé dans son pays où il risque d’être torturé. M. Harkat fait appel.

 
Peut-on s’étonner de ce jugement ? Connaissant le bilan du gouvernement Harper et son peu de respect des droits humains, il était prévisible que sous son gouvernement, sa révision de la loi sur les certificats de sécurité cherche à se conformer à la lettre sans respecter l’esprit de la Charte des Droits. 

 
M. Harkat est-il innocent ou coupable ? Je n’en sais strictement rien. Ce que je sais par contre, c’est que condamner quelqu’un sans qu’il ne connaisse et ne puisse contester les preuves servant a sa condamnation ne respecte pas la Charte des Droits humains.

 
Le Canada n’est plus le “plus meilleur pays du monde” pour les droits humains. Non seulement M. Harkat, mais quatre autres personnes ont dû subir les affres de l’injustice des Certificats de Sécurité. A cela s’ajoute le comportement complice du gouvernement Harper devant le traitement infligé au jeune Omar Khadr, devant la torture probable de prisonniers afghans, devant les injustices flagrantes d’Israël, etc

 
Et ce n’est qu’un début. Dans un monde où prévaut la loi du profit à tout prix il faut s’attendre à ce que ceux qui dénoncent la soumission de nos politiciens au néolibéralisme et réclament une économie qui tienne compte des droits sociaux et de l’environnement, soient avec le temps, traités comme des hors-la-loi et voient leurs droits bafoués. C’est d’ailleurs déjà commencé. Le G 20 à Toronto, ça vous rappelle quelque chose ?...

 
Bien sûr ce n’est pas demain que la GRC va venir nous sortir de notre lit en pleine nuit.... ( c’est pourtant déjà arrivé à bien des jeunes manifestants à Toronto) mais la montée de l’intolérance est palpable alors que l’assaut sur le bien commun se fait sur tous les fronts et les combats à mener innombrables.

 
« Bah ! Cela ne me concerne pas » diront certains... Rappelons-nous ces paroles du théologien allemand Martin Niemöller, qui fut prisonnier à Dachau :

 
"En Allemagne, ils ont d’abord arrêté les communistes, et je n’ai pas protesté parce que je n’étais pas communiste.
Ils ont ensuite arrêté les Juifs, et je n’ai pas protesté parce que je n’étais pas juif.
Ils ont ensuite arrêté les syndicalistes, et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas syndicaliste.
Ils ont ensuite arrêté les catholiques, et je n’ai rien dit parce que j’étais protestant.
Puis ils sont venus m’arrêter, et il ne restait plus personne pour protester."
Important de rester vigilant et solidaire dans la mesure de nos moyens, face à ces entorses aux droits humains qui se passent non pas en Arabie saoudite, en Chine, mais bien chez nous.
 

 
(1) Pour en savoir plus : http://liguedesdroits.ca/assets/files/publications/fascicules/FAS-2008-01-00-Certificats_de_securite.pdf

Françoise Breault

Après une carrière en enseignement, dont un an avec les Échanges France-Québec, j’ai poursuivi en travail social auprès des familles. Vers l’âge de cinq ans, je me demandais pourquoi il y avait des pauvres et ce que je pouvais faire. Sans en prendre pleinement conscience, cette interrogation m’a habité toute ma vie. Une année en Amérique du Sud ne m’avait toujours pas apporté de réponse. Cela m’a pris du temps à voir clair... Maintenant que la lumière est allumée, je ne peux et ne veux la refermer... Tous les faits, toutes mes lectures me confirment comment le système économique actuel contribue à ce fossé grandissant entre riches et pauvres. Me voici maintenant à ma 3e carrière, celle où je peux mettre tout mon temps et énergie à sensibiliser les gens aux graves enjeux d’aujourd’hui, afin de vivre dans un monde plus juste... « mais nous, nous serons morts mon frère... ».

Sur le même thème : Politique canadienne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...