Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique municipale

Le président du syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec répond aux attaques du maire de Québec parues dans Le Soileil du dimanche 3 avril 2011

Québec, le 4 avril 2011 – Le maire Régis Labeaume a déclaré dans Le Soleil du 3 avril 2011 : « c’est toujours le même chef syndical qui se pête la tête après les murs et parle d’apocalypse. Mais ça on peut rien faire. Ça se soigne, ça ».

Le président du syndicat, Jean Gagnon, prend l’attaque du maire avec humour et affirme que les agissements du maire sont en train de guérir ceux qui étaient « fou » de lui.

Les exemples de « Labeaumeries » sont nombreux En voici quelques-unes :

- L’affaire Clotaire Rapaille : il a trouvé un champion qui aurait coûté un minimum de 300 000$ aux citoyens de la Ville de Québec avec rien en retour ;

- « La politique c’est juste de la magouille » a t-il dit alors qu’il est lui-même en politique depuuis des décennies ;

- Il en rajoute en déclarant que J’ai été assez longtemps en affaires pour savoir que l’on peut faire ce que l’on veut avec les chiffres ;

- Il prétend qu’il a négocié de façon très serrée avec Pierre-Karl Péladeau. Cependant, maintenant que le ministre Lessard est dans le dossier, ce n’est plus lui qui a négocvié mais Yvon Charest. D’ailleurs après avoir prétendu que les entreprises se bousculaient pour s’associer au projet de Colisée, il s’est repris en disant que c’est plutôt lui qui a dû faire des téléphones de sollicitation ;

- Le maire a dit à propos de l’installation de GPS dans les véhicules de la Ville que ce n’était pas pour « chequer le monde » alors que quelques jours plus tard, il mentionne que « s’il y en a cinq au Tim Horton, on va les poigner » ;

- Dans la même veine, il a déclaré, à prtopos de sa façon de gérer les employés de la Ville : « quand j’ai pas de raison de péter une coche, je m’en trouve une » ;

- Après avoir déclaré qu’il se trouvait surexposé dans les médias, il est allé à Montréal servir de modèle pour une marionnette à son effigie pour l’émission de Laflaque ;

- Régis Labeaume, c’est le gars qui se chicane avec tous ceux et celles qui divergent d’opinion avec lui. Que ce soit les conservateurs, le maire de l’Ancienne-Lorette, la mairesse de Lévis, l’Union des municipalités, le commissaire à l’éthique, Desnis De Belleval, ainsi que les journalistes pour ne donner que quelques exemples ;

- C’est encore le même gars qui a mentionné à la population que le Forum mondial des cultures serait aussi gros que les Fêtes du 400e anniversaires de la Ville de Québec.Encore une fois, des centaines de milliers de dollars dilapidés avant de changer d’idée ;

- Il a également changé d’idée sur le tramway : alors qu’il a fait sa campagne électorale en étant contre, il est maintenant en faveur du projet.

Le président Jean Gagnon mentionne que la liste des « Labeaumeries » est encore longue et déclare que l’administration Labeaume est furieuse contre lui principalement parce qu’il a dévoilé les très généreuses conditions de travail des élus municipaux dans un bulletin InfoFlash spécial.

Sur le même thème : Politique municipale

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...