Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les fusillades de masse, aux USA, ont une chose en commun : les armes à feu Crédit Photo

Plus de 600 fusillades de masse ont eu lieu aux États-Unis depuis le début de l’année, causant la mort d’au moins 637 personnes.

Hebdo L’Anticapitaliste - 639 (01/12/2022)

Par Dan La Botz

L’autre soir, je suis allé avec une partie de ma famille voir la pièce de Tom Stoppard, Leopoldstadt, qui traite de l’Holocauste. Après la représentation, alors que nous marchions au milieu de la foule dense sur Broadway en direction du métro, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’à tout moment, un homme armé pourrait se mettre à tirer. Il y a eu trois fusillades de ce type au cours des dix derniers jours en Amérique. Il peut s’agir d’un homme en colère et en voulant au monde entier, d’un malade mental ou d’une personne ayant un grief politique ; il y a après tout beaucoup de malades et de personnes en colère dans notre société comme dans n’importe quelle autre. La différence est que dans mon pays, aux États-Unis, cette personne perturbée ou furieuse peut toujours se procurer une arme.

607 fusillades de masse cette année

Durant la semaine précédant les vacances de Thanksgiving, nous avons eu trois fusillades de masse aux États-Unis. La première, à Philadelphie, a impliqué un tireur à bord d’un SUV qui passait par là et qui a tiré sur deux filles de 15 ans et deux garçons de 16 ans qui se trouvaient devant un salon de beauté et qui ont tous dû être hospitalisés. À Philadelphie, il y a eu 1 688 fusillades non mortelles et 435 mortelles depuis le début de l’année. La seconde était une fusillade dans un lieu de rencontre LGBT, le Club Q à Colorado Springs, où le tireur a tué cinq personnes et en a blessé 18 autres. Cet événement a eu lieu un jour avant la journée de commémoration des transgenres qui pleure les personnes trans assassinées, comme certaines des 49 personnes tuées lors du massacre du club Pulse en 2016 à Orlando, en Floride. Le tireur s’est identifié comme étant non-binaire. Enfin, un contremaître de magasin Walmart s’est rendu au travail avec un pistolet récemment acheté et a tué six employés qu’il supervisait, laissant une note disant qu’ils s’étaient moqués de lui.

Nous avons eu 607 fusillades de masse (1) cette année, au cours desquelles 3 179 personnes ont été visées, et 637 tuées. Parmi elles, 291 étaient des enfants. 638 personnes ont été blessés. Les études les plus exhaustives sur ces fusillades ont montré que la seule chose en commun entre elles est la disponibilité des armes à feu.

415 millions d’armes à feu pour 331,9 millions d’habitantEs

Les armes occupent bien sûr une place particulière dans la culture aux États-Unis. Les films de type western sont des films remplis d’armes à feu, et certains incluent des fusillades de masse. Lorsque j’étais enfant, dans les années 1950, en Californie, les gens conduisaient des camionnettes avec des porte-fusils à l’arrière de leur voiture. Ils s’arrêtaient pour tirer sur les panneaux d’autoroute.

Aujourd’hui, nous sommes inondés d’armes à feu. Les AméricainEs représentent 4,4 % de la population mondiale, mais nous possédons 42 % des armes à feu. Nous avons 331,9 millions d’habitantEs, mais nous avons 415 millions d’armes à feu. Il y a environ 10,3 millions de chasseurs, dont 90 % sont des hommes. 20 autres millions sont des tireurs sur cible. Cela signifie que nous avons des dizaines de millions de personnes qui possèdent des armes pour ce qu’ils appellent l’autodéfense. Ces armes sont détenues par des personnes de toute origine et de tout genre. Quelque 34,3 % des Blancs possèdent des armes, 28,3 % des Hispaniques, 25,4 % des Afro-Américains et 19,4 % des Asiatiques.

À bien des égards, le meurtre de masse semble ainsi être assez démocratique. Des personnes de toute origine et religion peuvent tuer en masse, mais on note que 95 % des auteurs sont des hommes et 73 % des blancs.

Les conservateurs à l’offensive

Si les propriétaires d’armes à feu sont divers, les défenseurs des armes à feu et les partisans de la déréglementation des armes à feu sont en grande majorité conservateurs. Les États-Unis sont l’un des trois pays (avec le Mexique et le Guatemala) dont les lois stipulent que tout le monde a le droit de posséder une arme, un sentiment d’être dans son bon droit renforcé par les décisions de la Cour suprême. Dans plus de la moitié des États, la loi autorise les gens à porter des armes à feu de manière ostensible. Pendant des décennies, les conservateurs ont soutenu que l’on avait le droit de posséder une arme pour protéger son foyer et sa famille. Aujourd’hui, ils affirment que l’on doit avoir une arme parce qu’elle pourrait être nécessaire pour renverser le gouvernement qu’ils considèrent comme socialiste, anti-américain et anti-blanc. La droite a organisé des centaines de marches où elle porte des armes de poing, des armes d’épaule et des armes automatiques. Lors de la tentative de coup d’État du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis, les conspirateurs de droite avaient apporté beaucoup d’armes à feu.

Le président Joe Biden a demandé des restrictions sur les armes d’assaut. De manière générale, les Socialistes démocratiques d’Amérique (DSA) soutiennent le contrôle des armes à feu. Mais nous ne gagnons pas et, pendant ce temps, les massacres continuent.

Traduction J.S.

1. Aux États-Unis, on parle de fusillade de masse lorsqu’au moins quatre personnes sont visées.

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...