Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Lucidité, unité, démocratie

Dans cette période politique complexe, brouillée, défiante, Clémentine Autain, « animée par l’obsession d’éviter un scénario Le Pen-Macronie en 2027 », appelle à la responsabilité historique de rechercher inlassablement l’union, d’apparaître comme un pôle rationnel, dont le fil à plomb doit être l’approfondissement de la démocratie.

27 novembre 2023 | tiré du site regards.fr
https://regards.fr/lucidite-unite-democratie/

À la veille de l’assemblée représentative de La France Insoumise du 16 décembre, et alors que les groupes d’action se réunissent pour débattre de l’orientation de notre mouvement, je veux contribuer par ce texte à éclairer les enjeux qui sont devant nous. À celles et ceux qui auraient préféré une contribution à usage interne, qu’ils sachent que moi aussi mais il n’existe pas de moyen de le faire au sein de LFI. Je ne peux pas m’adresser aux militants insoumis autrement que sur mon blog ou dans les médias.

Dans un paysage politique toujours plus éclaté, brouillé et désormais tripolarisé, notre responsabilité historique est de rechercher inlassablement l’union des forces d’alternative sociale et écologiste. Avec un projet qui transforme en profondeur notre pays, l’objectif est de construire un rassemblement majoritaire pour en finir avec les choix néolibéraux et productivistes des dernières décennies et porter le partage des richesses, des pouvoirs, des savoirs et des temps de la vie.

Dans un moment de trumpisation de la vie médiatique, notre tâche est d’apparaître comme un pôle rationnel – conformément à notre histoire issue des Lumières –, solide sur tous ses principes1, rassurant dans son profil pour donner confiance à une part croissante de nos concitoyen.nes.

Dans une période aussi complexe et de défiance à l’égard des politiques, notre fil à plomb doit être l’approfondissement de la démocratie, entre nous – parce que c’est plus efficace – et pour donner à voir comment nous ferons quand nous gouvernerons la France.

Lucidité

À LFI, nous avons indéniablement l’optimisme de la volonté chère à Gramsci. C’est même l’une des marques de fabrique à laquelle je suis très attachée. Cet optimisme permet de voir « les chances non réalisées qui sommeillent dans les replis du présent », pour reprendre les jolis mots du père de l’écologie politique André Gorz. Heureusement que plusieurs fois dans l’histoire récente où notre gauche était en berne, nous avons gardé confiance dans nos capacités à déjouer les pronostics. Mais ne perdons pas de vue l’autre partie de l’adage gramscien : le pessimisme de l’intelligence. Car si, par optimisme forcené, nous abandonnons la lucidité sur le réel, alors nous ne réussirons pas à nous orienter correctement pour gagner. De la même manière, si nous refusons toute critique sur nous-mêmes au nom du fameux « faire bloc » face à nos nombreux adversaires, nous risquons de perdre gros en intelligence collective.

Première lucidité : la percée de l’extrême droite, qui dit la gravité de la situation et l’ampleur de la responsabilité qui est la nôtre. La victoire de Javier Milei en Argentine et celle de Geert Wilders aux Pays-Bas viennent de donner une sinistre note d’ambiance… De dimension internationale, cette ascension n’épargne malheureusement pas notre pays. Notre tâche, c’est de combattre les politiques macronistes tout en gagnant la course de vitesse engagée avec Marine le Pen.

Certains d’entre nous ont expliqué que la quête de respectabilité du RN les conduirait à la défaite. Qu’avec leurs cravates et leur institutionnalisation, ils perdraient leur électorat populaire séduit par l’expression bruyante de la colère et le côté « hors système ». Le nouveau profil du RN n’infléchit pas ses courbes de popularité, d’adhésion et d’intention de vote, globalement plutôt à la hausse depuis un an. Il faut dire que cette nouvelle posture est facilitée de manière inouïe par la Macronie, qui lui a déroulé le tapis rouge à l’Assemblée nationale et lui a offert sur un plateau une légitimité dans le combat contre l’antisémitisme. En attendant, alors que sur le fond les lepénistes conservent leurs marqueurs autoritaires, xénophobes et sexistes, ils étendent leur influence. L’extrême droite est en train de siphonner la droite. Et son plafond de verre explose.

En face, méfions-nous du refrain « RN et Renaissance, c’est bonnet blanc et blanc bonnet ». Oui, la Macronie est dans une dérive folle qui l’amène à briser bien des principes républicains et à valider, parfois concrètement comme avec la loi Immigration, les partis pris de l’extrême droite. Mais confondre l’un avec l’autre, c’est factuellement faux et politiquement dangereux. Que les uns et les autres soient acquis aux intérêts des plus riches et à la réduction de la dépense publique, c’est l’évidence. Mais, avec le RN au pouvoir, nous franchirions un cap autrement plus dangereux en matière de politique autoritaire, surtout après le travail si bien préparé par la Macronie. Les conditions de la contestation sociale et politique seraient encore plus sévèrement dégradées. Nous prendrions un immense risque pour les droits des femmes : si Renaissance ne considère pas sérieusement, notamment dans ses politiques publiques, le combat pour l’émancipation des femmes, il ne porte pas un projet réactionnaire, ouvertement sexiste et familialiste. Et que penser du sort qui serait fait aux immigrés et aux populations issues de l’immigration ? L’instrumentalisation sur le thème du « choc des civilisations » de l’insupportable mort de Thomas à Crépol donne à voir le potentiel de guerre civile de l’extrême droite. Surtout, il ne faut jamais oublier, comme le rappellent les travaux d’Ugo Palheta2, que, ripolinée ou pas, l’extrême droite porte en germe le fascisme.

Pour autant, la Macronie se droitisant à la vitesse de l’éclair, ce ne sont pas les différences entre le RN et Renaissance qui apparaissent aujourd’hui éclatantes : c’est le rapprochement qui sidère. C’est là que nous avons une responsabilité en matière d’éducation populaire, notamment à l’égard des jeunes générations. Je ne parle pas ici de consigne de vote dans un éventuel second tour entre Le Pen et un représentant de la Macronie. Mon propos n’est animé que par l’obsession d’éviter un tel scénario en 2027. Je parle de notre discours aujourd’hui. Marteler qu’il y aurait un tout homogène RN/LR/Renaissance, c’est contribuer au brouillage des repères. Et « à la fin », si ça se termine « entre eux et nous », pour reprendre la formule de Jean-Luc Mélenchon, quel intérêt avons-nous à associer le RN avec tout le reste de l’échiquier politique ?

Unité

La lucidité impose également de ne jamais perdre de vue cette réalité nouvelle : la tripolarisation de la vie politique – Macronie/extrême droite/Nupes. Deux pôles sur trois sont de droite : c’est dire l’ampleur de notre tâche. Pour atteindre le second tour de la présidentielle, il nous faut donc construire sans relâche le rassemblement de la gauche et des écologistes. Pour l’emporter au second, nous devons éviter de constituer un plafond de béton qui nous laisserait seuls avec un petit tiers de l’électorat et le reste vent debout contre nous. C’est pourquoi la logique du « socle » à conforter contre le reste du monde me paraît contre-productive dans le contexte. Nous devons conforter et élargir l’électorat des 22% de la présidentielle, et non seulement renforcer l’adhésion d’une (petite) partie de ce socle. Les abstentionnistes de la partie populaire la plus proche de nos idées se mobiliseront si nous apparaissons en capacité de gagner. C’est pourquoi fédérer le peuple impose de chercher ce qui relie ses différentes composantes, et non d’appuyer avant tout sur ce qui les clive. Fédérer le peuple passe surtout par la contagion en positif d’une espérance. Fédérer le peuple suppose enfin de travailler les différentes médiations à même de nous légitimer à ses yeux.

C’est dans cet état d’esprit qu’avec François Ruffin, Alexis Corbière, Raquel Garrido, Danièle Simonnet, Hendrik Davi et d’autres, nous plaidons pour maintenir un horizon d’union à gauche et pour affirmer un profil plus rassembleur dans notre pays, un ton, une attitude, des mots moins clivants. Il n’est pas question d’en rabattre sur la nature du projet. La radicalité ne se mesure ni à la virulence des mots, ni au nombre de décibels ou de clashs, ni aux formules chocs sur Twitter.

Pour ma part, et n’ayant contrairement à d’autres à LFI jamais milité au parti socialiste ou soutenu un quelconque gouvernement à l’eau de rose, je n’ai pas décidé de changer de gauche. Depuis vingt-cinq ans, ma constance à défendre une gauche franche et l’union du rouge et du vert est totale. Et ma boussole toujours la même : que la gauche d’alternative prenne le leadership au sein des gauches et des écologistes, condition d’un changement véritable pour les Français. C’est précisément ce que nous avons fait avec la création de la Nupes. Et je m’en félicite.

Mais j’affirme que nous avons être vigilants car ce leadership conquis de haute lutte, grâce à notre détermination depuis la création du Front de Gauche et aux scores de notre candidat Jean-Luc Mélenchon, nous pouvons le perdre. Si nous nous rabougrissons, si nous tournons le dos à l’union, si nous nous renfermons dans une logique de citadelle assiégée, nous prenons le risque de laisser le champ libre à la résurgence d’une social-démocratie relookée. Et alors nous ferions, au fond, défaut à notre cause, défaut au monde populaire que nous voulons défendre, défaut à nous-mêmes. Cette fenêtre historique qui s’est ouverte en 2022, nous avons la responsabilité de ne pas la refermer.

En disant cela, je reste parfaitement lucide sur le jeu et les offensives de certains au PS, à EELV ou au PCF qui rêvent sans doute de prendre ou reprendre la main à gauche. Je vois bien les attitudes et les mots qui divisent. Je pense en revanche que, puisque nous sommes le fer de lance de l’union, nous devons en être les plus ardents défenseurs. Si nous trouvons inacceptable (et à raison) que l’un de nos partenaires puisse dire que nous serions les « idiots utiles du Hamas », ne faut-il pas alors, de notre côté, éviter d’écrire que ceux qui manifestent contre l’antisémitisme soutiennent tous les crimes de Netanyahou ? Car ce n’est pas simplement en répétant que nous voulons l’union que nous l’aurons, c’est aussi et peut-être avant tout en respectant nos partenaires, en leur laissant la possibilité d’avoir leurs spécificités, et donc des désaccords avec nous, et en remettant sans cesse l’ouvrage sur l’établi. C’est au fond porter la responsabilité de la victoire. L’union n’est pas simplement un combat, elle est une culture3. Et la Nupes, c’est nous qui y avons le plus intérêt. C’est pourquoi je ne me résous pas à l’abandonner ou à faire mine de la faire vivre sans les partenaires.

Pensons-nous vraiment que c’est uniquement à cause de nos partenaires que la Nupes s’est délitée ? N’avons-nous, en tant que « fer de lance » de cette coalition, aucune responsabilité dans cet éclatement ? Au lieu de se renvoyer la faute à coups de polémiques, nous ferions mieux d’œuvrer concrètement pour qu’elle ne se fracasse pas définitivement. Là se joue notre responsabilité historique, et notamment en vue de la présidentielle de 2027 qui, ayons-en bien conscience, ne sera pas la reproduction du schéma de 2022 où la question était de savoir qui allait affronter Emmanuel Macron.

Oui, c’est dur. Oui, nous en avons parfois gros sur le cœur et la raison devant l’attitude de tel ou tel de nos partenaires. Mais l’union est un combat. Et la Nupes, « le plus court chemin pour gagner », comme l’ont dit Jean-Luc Mélenchon ou Manuel Bompard. Souvenons-nous que la réalisation de l’union à gauche fut toujours douloureuse, en 1936, en 1972… Aujourd’hui, nous devons nous interroger sur les actes et les mots à poser pour la faire vivre. Soyons honnêtes, un courrier ou deux ne suffiront pas. Si nous n’avons malheureusement pas réussi à convaincre d’une liste d’union aux européennes, nous devrons remettre l’ouvrage sur l’établi et non fermer le rideau. Il en va de notre capacité à gagner pour améliorer le quotidien de millions de nos concitoyen.nes.

Lucide, je le suis aussi sur le piège médiatico-politique qui nous est en permanence tendu, et qui me révolte autant que chaque insoumis. Bien sûr que le pouvoir en place a compris que nous étions une menace et qu’il fallait donc nous rendre infréquentables. D’où cette question qui nous est posée : quelle attitude devons-nous adopter devant ce déferlement contre nous ? S’en moquer, renchérir dans le bruit et la fureur, ou s’en inquiéter, modifier notre profil pour emmener toujours plus de Français avec nous ? Dans les dernières secousses que nous avons traversées, ce n’est pas seulement avec les « gens du système » que nous avons clivé. Ce sont nos amis, notre propre électorat, nos partenaires que nous avons braqués. Plusieurs enquêtes d’opinion donnent à voir que, depuis un an, nous perdons en attractivité, que la dynamique de LFI est plutôt descendante4. On peut ne pas les regarder, continuer tout droit, dire que les sondages ne nous intéressent que quand ils sont bons. Pour ma part, je pense que nous avons le devoir de regarder la réalité en face : si nous ne changeons pas de braquet, c’est la possibilité même d’une victoire sur la base de notre projet, celui qui prend à la racine les problèmes, qui s’éloigne.

Certes, comme il faut imaginer Sisyphe heureux, nous pouvons toujours faire le dos rond, en attendant les jours meilleurs. Après tout, la dégringolade, nous l’avons déjà connue sous le précédent quinquennat après les perquisitions et le parti pris populiste qui a suivi. Et nous avons su remonter la pente.Mais avons-nous songé à ce qui se serait passé si nous avions tendu la main à gauche au soir des 19% de Jean-Luc Mélenchon en 2017 et si nous avions réussi ensuite à progresser, au lieu de reculer, pour partir de plus haut au début de la campagne présidentielle de 2022 ? Le profil qui permet la remontada dans la campagne présidentielle m’allait d’autant mieux que c’est celui que j’appelais, avec d’autres, de mes vœux depuis longtemps. Quand Mélenchon passe de 10% dans les sondages au début de la campagne à 22% à la fin de la présidentielle, il le fait sur la base d’un discours très à gauche, calme, pédagogique, rassembleur. Et il apparaît donc alors le plus crédible aux yeux du grand nombre. En a-t-il rabattu sur le fond à ce moment-là ? Je pense qu’aucun insoumis ne le dirait. En revanche, nous dirions toutes et tous que c’était une réussite. Avec d’autres, je plaide donc pour poursuivre dans cette veine qui me paraît la meilleure, la plus propulsive.

Démocratie

Le débat sur notre orientation me paraît essentiel d’autant que la période est complexe, mouvante, incertaine. Comme je l’ai souvent dit, je regrette infiniment que nous n’ayons pas les cadres de discussion et de délibération ad hoc au sein de LFI. Car de tels espaces permettent de faire vivre le pluralisme des approches et des sensibilités – qui font la richesse de LFI – et de trancher nos débats par des majorités5. Je me félicite d’une petite avancée : des amendements sur le texte de la direction pourront être déposés par les Groupes d’Action et les boucles départementales.

Je ne défends pas la démocratie seulement par principe et pour donner à voir ce que nous voulons pour le pays tout entier avec la VIème république. Elle représente un atout pour bien s’orienter et pour emmener toujours plus de forces avec nous. Je suis certaine que de la discussion naît une analyse plus fine de la situation, et donc de meilleures décisions. C’est à partir de la diversité de ce que nous sommes, de nos histoires, de nos réalités quotidiennes, de nos références intellectuelles et militantes que nous serons les mieux à même de grandir et de gagner. Je crois aux vertus de la dialectique qui élève les militants et affine le positionnement collectif.

La critique du fonctionnement gazeux, je l’ai portée publiquement, et avec d’autres. On nous a beaucoup opposé qu’il faut laver son linge sale en famille. Mais « où est la buanderie ? », a rétorqué fort justement mon collègue et ami Alexis Corbière. Nous ne l’avons toujours pas trouvée. C’est même à un raidissement de l‘appareil que nous assistons. Des réponses bureaucratiques ou méprisantes, voire psychologisantes, sont apportées aux enjeux de fond et d’orientation que nous soulevons. La sanction contre Raquel Garrido en est un triste exemple.

Je formule le vœu que les militants réussissent à mieux porter cette exigence de pluralisme et de démocratie au sein de LFI. Même s’il n’y a aucun moyen de le vérifier, je crois cette aspiration majoritaire dans notre mouvement.

Pour conclure, ce qu’il nous faut combler, c’est le décalage entre la forte adhésion des Français à une grande part de nos idées et propositions, d’une part, et une adhésion plus restreinte à notre force politique, d’autre part. Pour combler cet écart, nous avons des raisons d’être optimistes : le mouvement des retraites a donné à voir la combativité sociale, les idées d’égalité et de justice arrivent en belles positions dans l’enquête Ipsos « Fractures françaises », les propositions de notre niche parlementaire cartonnent chez les Français6, les préoccupations écologistes sont de plus en plus partagées… Mais encore faut-il bien saisir que ni l’accumulation de propositions, ni même leur assemblage en programme ne peuvent se substituer au projet qui leur donne sens, ni à la majorité qui les porte. C’est pourquoi l’orientation, le récit, le profil sont essentiels, et avec eux, la démocratie pour dénouer les nœuds et l’union pour se donner les moyens de gagner… en jetant les rancœurs à la poubelle.

1. Voir ma note de blog « Tenir bon sur tous nos principes » ↩︎
2. Voir notamment Ugo Palheta, La possibilité du fascisme. La trajectoire du désastre, La Découverte, 2018. ↩︎
3. Voir ma note de blog « L’union est un combat et une culture » ↩︎
4. On ne peut pas seulement regarder les quelques sondages relativement rassurants et mettre de côté la masse de ceux qui ne le sont pas. Il ne faut pas ignorer que notre mouvement LFI et notre candidat à la présidentielle par trois fois, Jean-Luc Mélenchon, cumulent des taux de répulsion parmi les plus importants du paysage politique français. Comment construire une majorité pour gouverner avec une telle image ? Cela doit nous préoccuper et contribuer à nous orienter. Dans un grand nombre de sondages, Marine Le Pen et le RN apparaissent comme moins inquiétants, plus démocratiques et sur de nombreux sujets, plus crédibles que nous. C’est à peine croyable mais c’est une photo du réel que nous devons regarder en face et chercher à renverser. ↩︎
5. Voir ma note de blog « LFI : franchir un cap pour gagner » ↩︎
6. Article de l’Insoumission « Sondage Propositions insoumises » ↩︎

Clémentine Autain

******

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...