Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Liberté d’expression

MANIFESTATION CONTRE LA VIOLENCE POLICIÈRE À BRUXELLES

Voici un texte où je compare le déroulement des deux manifestations contre la brutalité policière (Montréal VS Bruxelles). Il est intéressant de comparer les méthodes des policiers et se demander pourquoi celle de Bruxelles s’est mieux terminée. La faute aux méthodes du SPVM ?

Depuis les événements du 11 septembre et la guerre au terrorisme lancée par les États-Unis, les militants ont la vie dure. Par des lois anti-terroristes promulgués dans de nombreux États ou autres projets mis en place pour renforcer la « sécurité » des citoyens, les militants sont victimes d’une grande répression. C’est ce que voulait aussi dénoncer les manifestants ici, à Bruxelles, lors de la journée internationale contre la brutalité policière. C’est ce qu’on appelle le profilage politique et que dénonçait récemment Francis Dupuis-Déri dans une entrevue donné à la presse. Le fait par exemple que les étudiants au Québec en ce moment soient réprimés plus violement non pas à cause de leurs actions en soi, mais bien de leurs convictions et de l’opinion négative qu’ont les forces de police sur ceux-ci. C’est inacceptable.

En Belgique aussi, la manifestation visait à dénoncer ce phénomène ainsi que le profilage raciale dont sont victimes les citoyens des quartiers où il y a une forte présence des minorités visibles. Mais il est intéressant de constater que malgré la colère des manifestants et quelques incidents isolés, la police Bruxelloise a décidé d’agir d’une toute autre façon qu’à Montréal. Au lieu d’intervenir rapidement comme l’a fait le SPVM, ils ont choisi de rester à l’écart de la manifestation afin d’éviter les confrontations et d’attiser la colère des manifestants. L’important déploiement de policiers était donc hors de la vue des manifestants et ils ont pris la décision de ne pas intervenir lorsque 450 manifestants étaient immobiles et bloquaient l’une des plus grandes artères de Bruxelles, près de la bourse. Ainsi, après une heure, la manifestation s’est finalement dispersée d’elle-même, dans le calme, sans arrestation. Pourtant, je suis persuadé que si le SPVM avait été en charge ici, il serait intervenu et que la manifestation se serait très vite transformée en émeute. Après tout, le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière déclarait hier soir en entrevue qu’ils avaient décidé d’intervenir parce que les manifestants bloquaient la rue sherbrooke et qu’ils n’étaient pas en mesure de contrôler la circulation et ainsi, assurer la sécurité des manifestants. La situation est donc similaire entre Montréal et Bruxelles, mais le service de police de Bruxelles a toutefois agi plus intelligemment. Ils auraient très bien pu intervenir avec le même prétexte qu’a exposé Ian Lafrenière hier soir, mais ils ne l’ont pas fait et ce matin, il n’y avait pas une voiture police renversée…

Il faut comprendre que moi-même, de tempérament calme, je m’énerve lorsque le SPVM réprime violement une manifestation. À ce moment-là, je n’ai qu’une envie, c’est de rester là et de continuer à perturber. Je ne comprends pas qu’une société puisse accepter que sa jeunesse soit violentée par des gorilles casqués. Manifester c’est un droit et il devrait être normal d’être traité avec respect et non constamment bousculé, gazé, matraqué et insulté par ceux qui sont supposés « Protéger et servir ». Les méthodes du SPVM relève de la pure provocation.

Lorsque je dis que je suis québécois ici, on me parle du Cirque du soleil, du cinéma québécois, du hockey et je suis fier. Mais malheureusement, je suis un peu moins fier lorsque je constate que la réputation de notre service de police a des échos jusqu’ici et que je suis forcé d’admettre que nous possédons un des services de police ayant le plus souvent recours aux arrestations de masse et effectuant un intense profilage politique.

Thomas Deshaies
Étudiant en science po à l’UQÀM (En échange à l’université libre de Bruxelles)

Sur le même thème : Liberté d’expression

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...