Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

Matricule 728 – Un cas isolé ou qu’on tente d’isoler ?

Ironie du sort. Le mouvement étudiant a été la cible de plus de 3400 arrestations, sans compter des dizaines de blessures graves et des insultes. Les autorités n’ont présenté aucune excuse, ni rapporté aucune sanction. Or voilà que l’agente 728 Stéfanie Trudeau est réprimandée pour un geste qui n’a rien à voir avec la grève étudiante. En apparence.

Une simple intervention pour une bouteille de bière sur un trottoir, qui se termine par une course poursuite dans un appartement, l’arrestation brutale de quatre personnes et la communication de l’agente avec son supérieur, captée à son insu, et rendue publique par les médias. On parle d’un cas isolé. Mais des indices laissent penser que l’agente 728 agit dans un environnement au mieux indifférent, au pire complice face à ses préjugés et sa manière d’intervenir.

Discrimination et profilage

Les spécialistes qui étudient les interventions policières savent que la police n’est pas neutre et impartiale. Comme tout le monde, la police tend à classer les individus dans des catégories, identifiant des individus comme plus respectables que d’autres, certains comme tout simplement méprisables. Le danger de tels préjugés chez la police, c’est qu’elle est armée, formée au combat, et qu’elle procède à des arrestations et porte des accusations.

Si la police vous classe dans une mauvaise catégorie raciale, sociale ou politique, vous êtes plus à risque d’être interpelé, arrêté et brutalisé même si vous n’avez commis aucun méfait, ou pour un méfait insignifiant qui ne devrait pas nécessiter une arrestation. Au contraire, la police sera très tolérante et pourra fermer les yeux sur des méfaits, si vous êtes à ses yeux un citoyen respectable.

Cette discrimination, ou profilage, peut être de type racial, social et politique. Or l’agente 728 a amalgamé de manière très imagée le profilage social et politique en quelques mots. « Toutes les rats […] les gratteux de guitares, toutes des osties de carrés rouges, toutes des artistes astie […], en tous cas des mangeux de marde », a-t-elle dit à son superviseur, au sujet de quatre personnes qu’elle venait d’arrêter à leur domicile pour cette affaire de bière sur le trottoir.

Il y a donc aux yeux de la policière 728 des catégories d’individus méprisables et qu’on peut comparer à des « rats », en raison de leur statut social (artistes) ou de leur identité politique (« carrés rouges »). À noter qu’il y a plusieurs années, la commission de la déontologie avait disculpé la même agente 728 d’avoir traité une femme de « grosse noire salope » (« fat black bitch »). Considérant sa façon imagée de s’exprimer aujourd’hui, on peut se demander si elle n’avait pas bel et bien utilisé cette insulte raciste, malgré les doutes à l’époque du commissaire à la déontologie. Si c’est le cas, elle pratiquerait en plus le profilage racial…

Pas d’excuses pour l’inconduite

Certes, elle est maintenant réprimandée et le chef de la police, Marc Parent, a exprimé des excuses publiques. C’est que la police ne peut plus excuser platement les abus en évoquant l’épuisement des troupes, comme il était d’usage pendant la grève étudiante. Cette justification évitait de prendre au sérieux les abus en question, qui restaient pourtant des abus selon la loi, malgré la fatigue alléguée... Y compris lorsque l’agente 728 avait poivré sans raison des étudiants dans la rue.

Aucune réprimande, aucune excuse publique, aucune enquête disciplinaire. Elle était sans doute simplement fatiguée. Je crois pour ma part que la fatigue n’y était pour rien, et qu’elle était convaincue que ces étudiants méritaient bien d’être poivrés. Non pas en raison de ce qu’ils faisaient (ils avaient l’air calme et paisible, sur la vidéo), mais en raison de qui ils étaient : des « carrés rouges », des « mangeux de marde », des « rats ».

Et ses collègues ?

Avec la mention des fameux « carrés rouges » lors de son intervention pour une bouteille de bière, l’agente 728 nous ramène quelques mois plus tôt, au cœur de la grève étudiante. Il y a eu là aussi de multiples expressions du mépris des policiers à l’égard des étudiantes et des étudiants. Professeur au collège de Rosemont, Benoit Jutras présentait dans Le Devoir (2 juin 2012) quelques insultes lancées par des policiers, glanées lors des manifestations étudiantes : « ostie d’vidange », « calisse de chienne sale », « crisse de tapette », « ostie d’lesbienne laide », « crottés d’ostie d’communistes », « gros tas d’marde », « ti-crisse d’obèse », « ostie d’vieille peau ». L’homophobie s’ajoute ici au profilage social et politique.

Une journaliste de La Presse ayant rencontré des enquêteurs du SPVM constatait qu’ils « haïssent [d’]une haine profonde » le porte parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, et qu’ils partageaient de lourds préjugés envers les étudiants. Enfin, dans le reportage « Les radicaux libres », qui revenait sur les groupes radicaux lors de la grève étudiante (émission Enquête, Radio-Canada, 27 septembre 2012), on apprenait qu’un policier traitait un militant communiste de « crotté », par écrit dans son rapport d’événement, suite à une altercation dans une manifestation.

Peut-on sérieusement penser qu’avec un tel état d’esprit et une telle perception dénigrante des citoyens qui manifestaient devant eux, les policiers intervenaient de manière raisonnable pendant la grève étudiante, dans le respect des normes et du droit ? Bien au contraire, ces insultes révèlent un mépris profond qui n’a pu qu’influencer la manière d’intervenir face au mouvement étudiant, soit avec moins de tolérance, plus rapidement et plus brutalement, et sans ce soucier d’éventuels abus commis par des collègues.

Un cas isolé ?

On comprend alors que l’agente 728 n’est pas un cas isolé. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’elle s’exprime aussi librement sur le réseau de communication du SPVM, et qu’elle se sent légitime de partager son mépris avec son superviseur. S’il s’agissait réellement d’un cas isolé, elle n’aurait pas osé s’exprimer ainsi devant ses collègues et son supérieur. Dire maintenant qu’il s’agit d’un cas isolé, c’est encore une fois chercher à se défiler. C’est surtout tenter d’isoler ce cas, pour ne pas qu’il éclabousse l’ensemble du corps policier. Or ce cas vient rappeler douloureusement les nombreux abus commis par la police pendant la grève étudiante, mais aussi et surtout l’impunité dont jouissaient alors les policiers, malgré des cas d’abus avérés.

Ce cas « isolé » confirme en fait le besoin urgent d’une commission d’enquête publique sur l’ensemble des opérations policières, pendant le mouvement étudiant. Nous avions demandé une telle commission, avec plus de 130 professeurs et chargés de cours de diverses universités, dans une lettre parue dans Le Devoir (19 septembre). Cette demande est maintenant portée par plus de 180 professeurs et chargés de cours, mais également par Québec solidaire, par plusieurs syndicats de professeurs et d’enseignants (Association canadienne des professeurs d’Université [ACPU], Syndicat des professeur-e-s de l’Université du Québec à Montréal [SPUQ], Syndicat des professeur-e-s de l’Université du Québec en Outaouais [SPUQO]), par des collectifs militants dont Mères en colère et Têtes blanches carré rouge, par des organismes de défense des droits, dont Amnistie Internationale et la Ligue des droits et libertés et par l’Association des juristes progressistes, sans compter une pétition de 11 000 signatures en mai 2012, et une autre qui compte maintenant plus de 3 000 signatures. Le gouvernement n’a toujours pas réagi. En attendant, qui nous protège de la police ?

Francis Dupuis-Déri

Professeur de science politique à l’UQAM et auteur de L’armée canadienne n’est pas l’Armée du Salut (Lux, 2010) et de L’éthique du vampire. De la guerre d’Afghanistan et quelques horreurs du temps présent (Lux, 2007)

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...