Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Mots du 6 décembre 2018

Le décembre 2018, une marche silencieuse a été organisée à Québec pour lutter contre les violences faites aux femmes. Voici un des discours prononcés lors de cette action.

D’abord, un immense merci à la Coalition régionale de la Marche Mondiale des femmes pour l’organisation de cette action si importante pour préserver notre mémoire féministe collective.

Je prends la parole au nom du Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale.

Plus que jamais, les voix de femmes se font entendre partout à travers la planète ! Nous occupons l’espace public pour dénoncer les multiples violences faites aux femmes par une société patriarcale qui a pour objectifs de maintenir les privilèges des hommes. Les politiques de droite mettent à mal la sécurité des femmes particulièrement les femmes multi-discriminées. Pensons aux femmes autochtones, les femmes immigrantes, les femmes trans, les femmes en situation de pauvreté, les femmes handicapées, les femmes itinérantes, les femmes ainées, les femmes en contexte de guerre, les femmes lesbiennes, pour ne donner que quelques exemples. Le ressac auquel nous sommes confrontées actuellement est terrifiant ! Les violences faites aux femmes, sous toutes leurs formes, servent d’armes pour le maintien des inégalités qui profitent aux différents systèmes d’oppression.

À cet effet, nous ne pouvons passer sous silence le traitement totalement injuste qu’inflige le Séminaire des Pères Maristes à des jeunes filles qui ont eu le courage de dénoncer la violence sexuelle dont elles étaient victimes. À la rentrée scolaire, le Regroupement des groupes de femmes avait organisé une chaîne humaine de solidarité pour la jeune étudiante qui devait quotidiennement croiser ses agresseurs (qui ont reconnu leur culpabilité il y a peu de temps). Après cette reconnaissance de culpabilité, les garçons demeurent étudiants au Séminaire !

Le Regroupement des groupes de femmes demande au SPM d’être cohérent avec leurs valeurs décrites sur leur site Internet. Vous y dites notamment que pour devenir un adulte heureux la personne doit évoluer dans un environnement où l’amour, la confiance, l’autonomie, le respect, le dépassement et la spiritualité sont valorisés. Vous dites également que pour devenir un adulte adapté il est important de développer un esprit ouvert où l’entraide, la coopération, l’engagement, l’ouverture, la persévérance et l’intégrité sont privilégiés. » Laisser
le soin aux familles des jeunes filles de vous parler de respect, d’amour et de confiance. Laisser les jeunes filles vous parler d’intégrité et de persévérance, vous comprendrez ce que ces termes veulent vraiment dire.

En terminant, nous avons une profonde admiration pour le courage des familles et des jeunes filles qui vivent cette situation depuis trop longtemps, dans l’espoir de voir se pointer le nez de la justice qu’elles méritent.

Oui la honte doit changer de camp et oui la honte va changer de camp !

Merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...