Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

Pourquoi Québec solidaire appuiera le Bateau canadien pour Gaza

La situation insoutenable des Palestinien-ne-s qui vivent à Gaza a amené Québec solidaire à sensibiliser l’opinion publique québécoise face à un siège totalement illégal exercé par le gouvernement israélien depuis près de 5 ans. Pour répondre à cette injustice, un navire de 25 mètres, qui pourra transporter 50 personnes, a été affrété : le Bateau canadien pour Gaza.

Il est le fruit d’une initiative de la société civile canadienne et québécoise qui vise, par l’action directe non-violente, à mettre fin au blocus israélien. Les Solidaires appuient ce projet et y enverront une représentante : Manon Massé, candidate de Québec solidaire dans Sainte-Marie Saint-Jacques.

Baptisé Tahrir (libération en arabe), ce bateau sera rejoint à la fin du mois de juin dans la flottille par des navires venus de France, des États-Unis, d’Irlande, d’Espagne, de Suisse, de Grèce et de Turquie, entre autres.

De l’urgence d’aider la population civile de Gaza

Sur le terrain, les civils gazaouis voient chaque jour leurs droits fondamentaux bafoués. Depuis 2007, le gouvernement israélien leur impose un blocus illégal et inhumain. Il est important de rappeler que Gaza est la plus grande prison à ciel ouvert au monde. S’y trouvent enfermés 1,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants dont 80% survit grâce à l’aide alimentaire internationale qui est acheminée au compte-goutte.

Concrètement, ce blocus empêche l’approvisionnement mais aussi l’exportation de la production de ce territoire. L’économie est donc au point mort et les manques de produits de première nécessité sont une réalité quotidienne. Grâce aux bateaux, de l’aide humanitaire tentera d’être acheminée et des produits gazaouis seront ramenés. En posant ce geste symbolique, nous voulons reconnaître le droit des Palestinien-ne-s de commercer avec le monde et de jouir pleinement de leurs libertés.

L’urgence est telle que nous ne pouvons plus simplement appuyer le seul processus de paix, au point mort depuis bien trop longtemps, il faut agir par tous les moyens pacifiques, y compris le boycott, pour que le gouvernement israélien change de comportement. La société civile doit se mobiliser à l’instar de l’appel de Shirin Ebadi, Jody Williams, Mairead Maguire et Rigoberta Menchú, quatre anciennes prix Nobels de la paix, qui ont manifesté leur soutien à cette démarche.

Le gouvernement Harper, allié indéfectible du gouvernement Netanyahou

Le gouvernement canadien a aussi une responsabilité importante mais il déçoit lamentablement. Son appui inconditionnel au gouvernement Netanyahou l’empêche d’agir dans l’intérêt des civils palestiniens mais également israéliens. Un changement de politique est nécessaire car il en va de la vie, de la sécurité et de la dignité d’un million et demi de personnes.

Québec solidaire déplore toutes les victimes de ce conflit. La population israélienne a aussi droit à la sécurité. Mais le siège de Gaza, les bombardements répétés de zones habitées qui ont fait des centaines de morts et furent qualifiés de criminels par un comité d’enquête des Nations- Unies , sont une véritable politique de punition collective contre toute une population civile. Au lieu d’appuyer aveuglement tout ce que fait le gouvernement israélien, le gouvernement canadien doit promouvoir une paix durable par un règlement juste et équitable entre Palestiniens et Israéliens.

Gaza est une prison à ciel ouvert qui rappelle le triste précédent de l’embargo des Nations Unies contre l’Irak il y a quelques années. Ce dernier a eu des effets dévastateurs sur la société irakienne. On ne peut se permettre de perpétuer la même erreur à Gaza.

À l’heure où le monde arabo-musulman connaît des révolutions démocratiques sans précédents, il faut favoriser un mouvement de soulèvement populaire similaire. Les gouvernements occidentaux ont soutenu et salué ces mouvements non-violents qui se sont élevés pour plus de liberté en Égypte, en Iran ou en Syrie. Pourquoi la Palestine ferait-elle exception ? Monsieur Netanyahou doit comprendre qu’il a tout à gagner du développement d’un mouvement populaire et démocratique en Palestine, lui qui se gargarise d’être à la tête du seul État démocratique de la région.

Nous pensons que cette flottille constitue une étape essentielle pour atteindre cet objectif de libération du peuple gazaoui car il s’agit d’une opération pacifique et non-violente. Nous sommes donc fiers de pouvoir prendre part à cette initiative historique qui s’accorde merveilleusement avec les valeurs que partage Québec solidaire.

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...