Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé et sécurité au travail

Projet de loi 59 - Québec solidaire réclame une meilleure reconnaissance des maladies psychologiques

MONTRÉAL, le 23 janv. 2021 - Le député d’Hochelaga-Maisonneuve et responsable pour Québec solidaire en matière de travail, Alexandre Leduc, demande au ministre Jean Boulet de s’engager à inscrire les troubles d’adaptation et de dépression découlant d’un épuisement professionnel à la liste des maladies faisant l’objet d’une présomption professionnelle dans le cadre du projet de loi 59, qui vise à moderniser le régime de santé et de sécurité au travail.

« Le Québec vit une véritable crise de santé mentale actuellement, mais dans le réseau de la santé et de l’éducation, cette crise existait déjà bien avant la pandémie. Comment ça se fait que les maladies psychologiques liées à l’épuisement professionnel ne sont pas davantage reconnues dans la réforme que nous propose la CAQ ? Si on veut vraiment dépoussiérer la loi sur la santé et la sécurité au travail, il faut l’adapter à la réalité du 21e siècle. Le ministre Boulet doit reconnaître ce que tout le monde sur le terrain reconnaît déjà : la surcharge de travail dans le réseau de la santé et de l’éducation met la santé de nos professionnelles en danger », s’inquiète M. Leduc.

Lors des consultations publiques entourant le projet de loi 59, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a ouvert la porte à ce que le comité scientifique sur les maladies professionnelles se penche sur les maladies psychologiques. Pour le député solidaire, il s’agit d’un signal encourageant, mais le gouvernement de la CAQ doit aller plus loin.

« Ce n’est plus un secret pour personne que les conditions de travail imposées aux professionnelles en soins, qu’on pense au temps supplémentaire obligatoire, aux ratios non sécuritaires et à tous les défis amenés par la pandémie de la COVID-19, les exposent à des risques accrus de développer des maladies psychologiques. Le bien-être des travailleurs et des travailleuses, qu’ils œuvrent dans le réseau de la santé ou ailleurs, doit figurer au rang des priorités absolues dans la nouvelle mouture de la Loi sur les accidents de travail et les maladies professionnelles », conclut Alexandre Leduc.

Rappelons que plusieurs groupes entendus lors des consultations ont plaidé en faveur d’une meilleure reconnaissance des maladies psychologiques, notamment la FIQ, qui recommandait dans son mémoire que les diagnostics de trouble d’adaptation et de dépression soient ajoutés à la liste des maladies présumées professionnelles.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé et sécurité au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...