Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Réaction du président du syndicat des employés municipaux de la Ville de Québec à la mise en demeure du Maire Labeaume

Objet : tolérence zéro et mise en demeure
Réaction du président du syndicat des employés municipaux de la Ville de Québec

Mesdames,
Messieurs,

Quelques heures avant la séance du conseil de lundi dernier (21 février NDLR), je recevais une mise en demeure me reprochant des propos tenus lors d’une conférence de presse tenue le 16 février 2011.

À l’occasion de son mot d’ouverture, le Maire, dans une envolée intitulée Tolérance zéro, affirme, en parlant de mes propos, « qu’il s’agit de très graves allégations qui laissent croire que les élus d’Équipe Labeaume sont malhonnêtes ». Il ajoute également que ces allégations « laissent croire que les élus d’Équipe Labeaume sont malhonnêtes et n’agissent qu’en fonction de leurs propres intérêts ou celui de leur parti ». Rappelons les faits : Nous avons tenu une conférence de presse dans un contexte où le Maire déclare que des suppressions de 500 emplois à la Ville de Québec serviront à financer le nouvel amphithéâtre.

En tant que président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec (FISA) représentant de plus de 2 000 fonctionnaires cols blancs ainsi que 150 employés d’ExpoCité et en tant que président de la FISA qui représente également des employés de ce secteur, je me devais de réagir.

Or, lorsque je déclare : il va falloir s’assurer que ce qu’on coupe, on ne l’envoie pas dans la colonne des contrats, j’assume pleinement mon rôle de protection et de défense des droits des travailleurs que je représente.

Quant à la partie de ma déclaration où je dis « que les contrats, vous savez ça sert à quoi : ça sert à remplir les caisses électorales. C’est juste à ça que ça sert, les osties de contrats », j’exprime l’opinion que la grande majorité des contribuables exprime, à tort ou à raison, concernant les politiciens fédéraux, provinciaux et municipaux, et encore plus présentement vu le contexte social connu. Le choix des mots aurait pu être différent mais le fond reste le même.

Lorsque je me suis exprimé, jamais je n’ai mentionné l’Équipe Labeaume, ni aucun nom d’élu de cette « équipe ». Mon analyse était beaucoup plus large, et c’est la raison pour laquelle j’ai ajouté que « tant qu’on va être dans ce système de financement des partis politiques, ça va être : tu me grattes le dos, j’vais te gratter le dos », propos cités par le Maire au conseil, mais étrangement absents de la mise en demeure qui m’a été envoyée, faisant en sorte de sortir mes propos de leur contexte.

D’ailleurs, n’est-ce pas la pensée de Régis Labeaume lui-même, lorsque lors d’un voyage à Paris pour vendre le Québec, il a affirmé « les partis politiques, c’est rien que de la magouille » (Journal de Québec, vendredi 4 août 2008).

Vous comprendrez que dans ce contexte, il est hors de question de s’excuser pour les mots reprochés par le Maire, D’ailleurs, c’est plutôt inquiétant de constater qu’en une seule soirée, le Maire tente de museler un membre de l’opposition, un président de syndicat et les médias. M. Richard Côté a également renchéri en déclarant que la politique de tolérance zéro va s’appliquer aux dirigeants syndicaux. Le syndicat n’a pas l’intention de se laisser diriger ou museler par le Maire de Québec ou le parti Labeaume.

Cette façon d’agir ne respecte pas l’immunité relative que le Code du travail confère aux représentants syndicaux. De plus, nous sommes à analyser les conséquences de ce positionnement patronal, qui contrevient également aux articles 12 et suivants du Code du travail.

Les rôles de président de syndicat et de président de fédération que j’assume font en sorte que jamais je n’hésiterez à commenter l’actualité municipale ou provinciale, lorsqu’il en va de la défense des droits et des intérêts des personnes que je représente.

Le Maire ne peut quand même pas souhaiter la construction d’un amphithéâtre et garder toute la glace pour lui.

Jeran Gagnon
Président, 23 février 2011

Jean Gagnon

Syndicat des fonctionnaires municipaux de la Ville de Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...