Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Action communautaire autonome

Sous-financement des groupes communautaires en défense des droits L’indexation, une question de gros bon sens !

Québec, le 12 décembre 2022 - Les représentant-e-s de groupes en défense collective des droits de la région se sont rassemblés devant le Conseil du Trésor pour dénoncer le refus de la ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, Chantal Rouleau, d’indexer leurs subventions. Alors que l’inflation fait du surplace entre 6 et 7%, les groupes dénoncent une erreur grave qui aurait dû être corrigée dès la mise à jour économique dévoilée la semaine dernière.

Au cours des 5 dernières années, les groupes ont réussi, au prix de fortes mobilisations, à arracher quelques améliorations de leur financement. Les montants très modestes obtenus lors du dépôt du Plan d’action gouvernementale en matière d’action communautaire autonome, ont surtout permis de consolider les conditions salariales qui, malgré ce rattrapage, sont toujours largement en dessous de ce qu’on retrouve dans le secteur public, » dénonce Nicole Dionne du Bureau d’animation et d’information logement du Québec métropolitain.

« Les sommes annoncées en juin dernier ont fondu aussi vite que neige au soleil », ajoute la porte-parole qui dénonce faire face à une hausse importante des prix des locaux, et de toutes les dépenses liées au fonctionnement de l’organisme.

Encore le sous-financement

Le sous-financement chronique a d’importants impacts sur la mission des groupes. En plus de devoir fonctionner avec de minuscules équipes de travail, les groupes consacrent un temps considérable à chercher d’autres sources de financement provenant de projets ponctuels, de fondations, d’organisations privées. « Ce temps perdu, on ne peut pas le consacrer aux personnes dont les droits sont bafoués ni aux actions collectives qui sont au cœur de nos missions, » déplore Selma Lavoie, d’Action Chômage de Québec. « Sans une véritable indexation de nos subventions, on va, dès l’an prochain, se retrouver dans une situation aussi difficile qu’avant. Ce que le gouvernement nous a donné en fin de mandat, il nous le reprend une fois élu, » conclue-t-elle.

Juste le gros bon sens

Le gouvernement a souvent considéré nos demandes comme démesurées, cette fois les groupes en défense collective des droits, rassemblés devant le Conseil du Trésor, lui demandent simplement de ne pas les appauvrir et d’indexer leur subvention comme il le fait pour d’autres secteurs de l’action communautaire autonome.« Il nous semble que François Legault et le Conseil du trésor devraient être à même de faire le calcul qui relève plus du gros bon sens que de la haute finance, conclut Sarah-Jane Ouellet du Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Action communautaire autonome

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...