Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Trump en guerre contre l’environnement

Les incendies qui incinèrent la côte ouest des États-Unis sont le dernier signe que le changement climatique frappe fort aux États-Unis.

photo et article tirés de NPA 29

Ce n’était pas comme ça que ça devait se passer. Lorsque Donald Trump est devenu président, on s’attendait à ce qu’il suive les traces de George W. Bush et de Barack Obama, et permette simplement aux émissions, aux subventions aux combustibles fossiles et aux exportations de pétrole de continuer à augmenter. Ce genre de méchanceté ordinaire a été si normalisé par les deux grands partis.

Mais la méchanceté normale n’était pas suffisante pour Trump. Il n’a donc pas simplement promulgué des politiques encourageant plus d’émissions de carbone et ajouté les subventions aux combustibles fossiles aux factures de réponse à la pandémie.

Il a également supervisé un effort visant à modifier les règles de la politique environnementale et à affaiblir l’activisme climatique à long terme.

Ce changement d’attitude de la reddition passive à la complicité active est plus évident dans le comportement de Trump au cours des six derniers mois.

Le même président qui a rapidement envoyé la police fédérale pour écraser les manifestations de Portland n’a pas levé le petit doigt pour essayer d’aider à éteindre les incendies de forêt qui sévissent maintenant dans la même ville – et cette inaction fédérale s’est produite quelques mois seulement après que les collègues républicains de Trump ont fermé l’Assemblée législative de l’État de l’Oregon afin de bloquer la législation sur le changement climatique.

Selon le Washington Post, l’administration Trump avait prédit une augmentation de sept degrés des températures mondiales dans le cadre de nos politiques actuelles.

Compte tenu du chaos qui se déroule actuellement avec un degré de réchauffement, cette prédiction est une condamnation à mort – mais il ne s’agissait pas d’un cas où Trump se contentait de croire à une calamité.

Au lieu de cela, l’administration a cité cette prédiction comme une éventualité fixe et donc comme une justification pour supprimer les normes d’efficacité énergétique qui pourraient aider à prévenir ce résultat désastreux.

Autre faits
 :

L’année dernière, la Maison Blanche a décidé d’empêcher des États comme la Californie de renforcer les normes d’émissions.
Les régulateurs de la Securities and Exchange Commission dirigée par Trump ont aidé les entreprises à empêcher les actionnaires de voter même sur des résolutions d’entreprise liées au climat.
Au milieu de la saison des incendies d’été, le département du travail de Trump aide les sociétés pétrolières et gazières à rendre plus difficile pour les gestionnaires de pensions, les travailleurs et les retraités de retirer leurs économies des investissements dans les combustibles fossiles.
Devant les tribunaux, les juges aident l’administration Trump à bloquer les affaires climati-ques avant même qu’elles ne soient pleinement litigieuses, ils aident les partisants à l’oléo-duc de l’industrie des combustibles fossiles et ils ont mis fin à l’affaire visant à tenir les sociétés pétrolières responsables d’avoir induit le public en erreur au sujet du dangers des émissions de carbone.
Pendant ce temps, les républicains des législatures des États ont adopté des lois crimina-lisant les manifestations contre Trump qui avait promis de laisser les communautés locales réglementer le développement des combustibles fossiles, son parti a fait le contraire – les législateurs du GOP ont fait pression sur les lois de préemption pour essayer d’ empêcher les villes de restreindre ce développement.
Ces actions sont destinées à changer les règles fondamentales de la politique afin de limiter en permanence le pouvoir démocratique de tout mouvement qui veut lutter contre le changement climatique.

La résistance continue

Rien de tout cela ne veut suggérer que la résistance est vaine ou que l’activisme climatique est une course d’idiot.

Les campagnes contre le développement des pipelines ont remporté des victoires. La pression pour le désinvestissement des combustibles fossiles a fait d’ énormes progrès.
Des groupes comme le Mouvement Sunrise forcent le changement climatique dans le processus politique et remportent les élections. En effet, comme l’ écrivaient récemment le climatologue Peter Kalmus et l’écologiste Natasha Stavros : « Le mouvement climatique de base est devenu si fort que le climat devient rapidement le facteur décisif dans les grandes élections à travers le monde. »

David Sirota, extraits d’un texte paru dans Jacobin, 13 septembre 2020

http://alter.quebec/

https://www.europe-solidaire.org/

David Sirota

Membre de « Campaign for America’s Future », Auteur de « Hostile Takeover », 2006 et « The Uprising », 2008. Son blog :OpenLeft.com Il est reconnu comme un des leaders de la gauche américaine.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...