Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Unifor réclame des changements au nombre d'heures obligatoires pour l'assurance-emploi à la suite des mises à pied massives chez Target

TORONTO, le 15 janv. 2015 - À la lumière des mises à pied massives annoncées aujourd’hui chez Target, Unifor exhorte le ministre fédéral de l’Emploi, Jason Kenney, d’offrir un accès d’urgence aux prestations d’assurance-emploi pour les travailleurs de Target qui ne pourraient y être qualifiés.

« Plusieurs travailleurs chez Target qui viennent tout juste de perdre leur emploi ne seront même pas admissibles à l’assurance-emploi », a déclaré le président national d’Unifor, Jerry Dias.

À l’heure actuelle, le seuil pour se qualifier est aussi élevé que 910 heures de travail sur une période de 52 semaines, selon l’expérience du travailleur et de l’endroit où il vit. Ce seuil est très difficile à atteindre pour les travailleurs à temps partiel ou irréguliers dans le secteur du détail.

« Les travailleurs ont contribué au régime d’assurance-emploi, mais au moment où ils en ont le plus besoin, ils sont outrés de constater qu’ils n’y sont pas admissibles. Le ministre Kenney a le pouvoir de modifier les règles de l’assurance-emploi pour des projets-pilotes et des situations d’urgence, et je l’exhorte à prendre des mesures immédiates pour les travailleurs chez Target. » 

Un accès d’urgence à l’assurance-emploi pour les travailleurs chez Target devrait être suivi de modifications législatives afin de permettre à tous les travailleurs au Canada d’être admissibles aux prestations d’assurance-emploi après un même nombre d’heures, soit 360 heures de travail au cours des 52 semaines précédentes.

C’est la plus grande mise à pied d’un seul coup dans le secteur privé de mémoire récente, a affirmé Jerry Dias. « Le fait que plus de 17 000 personnes vont subitement perdre leur emploi n’est rien de moins qu’une catastrophe. Le gouvernement doit prendre des mesures immédiates pour s’attaquer à ce désastre qui va avoir des répercussions dans tout le pays. »

« La société Target a causé du tort à des milliers de travailleurs canadiens à deux reprises en trois ans seulement. D’abord, en fermant les magasins Zellers et en supprimant les emplois des employés, ensuite en déchirant les conventions collectives », a déclaré Christine Connor, présidente de la section locale 414 d’Unifor qui représente 12 000 membres dans les secteurs du détail et des services.

Target a pu agir ainsi parce qu’il existe une faille dans les règles de succession qui ont permis à l’entreprise d’acheter les magasins de Zellers, de les fermer et ensuite de prétendre créer une nouvelle entreprise au même endroit. Target a fui ses responsabilités à l’égard des travailleurs de Zellers en raison d’une législation défaillante qui permet aux sociétés de faire abstraction des collectivités et des travailleurs, a souligné Christine Connor, présidente aussi du Conseil national du secteur du détail chez Unifor. Le syndicat représentait avant plusieurs travailleurs de Zellers.

Christine Connor a affirmé que les détaillants ont utilisé à plusieurs reprises cette faille pour fermer des magasins, s’esquiver de leur responsabilité à l’égard des conventions collectives et mettre sur pied des détaillants à petit prix, en ajoutant que seules des améliorations aux règles de succession peuvent s’attaquer à de telles situations.
Unifor réclame de tous les gouvernements provinciaux qu’ils établissent des centres d’adaptation spéciaux pour aider les travailleurs de Target nouvellement sans emploi. Le syndicat a travaillé avec les gouvernements provinciaux et les employeurs auparavant pour aider des milliers de travailleurs mis à pied à trouver un nouvel emploi et des possibilités de formation.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...