Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Forum social mondial 2016 à Montréal

Grandes conférences du FSM 2016

Au-delà de la haine : acquis et luttes à venir de la communauté LGBT

La conférence « Au-delà de la haine : acquis et luttes à venir de la communauté LGBT », a rassemblé, jeudi le 11 août au Complexe Desjardins, plusieurs activistes de différents pays luttant pour les droits de la communauté LGBT dans leurs pays respectifs. 

Rami Ayari, membre fondateur de Without Restrictions, organisme qui oeuvre pour la défense des droits LGBT en Tunisie, Maurice Tomlinson, avocat jamaïcain spécialisé dans les droits des personnes LGBT, et Kamoga Hassan, réalisateur et activiste ougandais ont pris la parole chacun leur tour pour discuter de la réalité des personnes LGBT, en Tunisie, en Jamaïque et en Ouganda. Par la suite, la réalisatrice montréalaise Karin Hazé a expliqué ses projets avec certains des conférenciers.

Rami Ayari a rappelé qu’il était toujours illégal d’être homosexuel en Tunisie, selon l’article 230 du Code pénal et qu’avant 2011, il n’existait aucun groupe de soutien aux personnes LGBT en Tunisie. La révolution a, selon lui, un peu amélioré les choses, mais beaucoup de progrès reste à faire. En 2015, a eu lieu la première manifestation homosexuelle en Tunisie, mais le gouvernement a empêché les médias locaux de couvrir l’évènement. Il a rappelé que les homosexuels en Tunisie faisaient face à d’atroces violences quotidiennement.  

Maurice Tomlinson a, de son côté, présenté un récent sondage qui estimait que 81 % de la population en Jamaïque considère toujours l’homosexualité comme quelque chose d’immoral. Selon lui, l’influence de la religion dans le pays y est pour beaucoup, mais aussi l’influence de la culture. « De nombreuses chansons locales sont anti-gay et à force d’écouter ça à longueur de journée, ça a certainement une influence », a-t-il expliqué. Il a parlé des conséquences de l’homophobie et de la difficulté à faire changer les lois là-bas, puisque le gouvernement est fortement contrôlé par l’Église.  

Kamoga Hassan, tant qu’à lui, se prépare à tenir un premier festival de film queer en Ouganda. Pour lui se sera une façon d’éduquer les gens. Il a expliqué qu’en Ouganda il était toujours criminalisé d’être homosexuel, et qu’il serait difficile de faire son projet puisque les autorités pourraient demander à voir les films qui y seraient présentés. 

La dernière intervenante à prendre la parole fut Karin Hazé, réalisatrice montréalaise a été inspirée du parcours de ses collègues, M. Tomlinson et M. Hassan, elle a pris un moment pour expliquer à la foule ses rencontres avec eux et comment elle comptait soutenir leurs projets respectifs.

La conférence s’est terminé avec une période de question. « Qu’en est-il de la situation des lesbiennes ? », a demandé une femme du public. Du côté de M. Tomlinson, il a mentionné que même si les rapports sexuels entre femmes ne sont pas criminalisés comme c’est le cas pour les hommes en Jamaïque, les lesbiennes font face à des violences et sont, elles aussi rejetées de la société. Alors que Rami Ayari a soulevé que c’était peut-être même pire pour les femmes homosexuelles en Tunisie, puisque les femmes n’ont pas d’indépendance tant qu’elles ne sont pas mariées, alors que les gays au moins sont libres de se promener et de faire comme s’il n’était que des hommes pas mariés encore. 

Alors que Fierté Montréal a eu lieu cette semaine, cette conférence rappelle qu’il y a encore énormément de travail à faire pour lutter pour les droits des personnes LGBT partout dans le monde.

Forum social mondial 2016

Soutenue par plus de 200 organisations de la société civile québécoise, canadienne et mondiale, la candidature de Montréal pour recevoir le FSM 2016 a été officiellement acceptée par le Conseil international des FSM, lors du dernier Forum mondial qui s’est déroulé en Tunisie en mars 2015.

L’objectif est de rassembler entre 50 et 80 000 personnes au Centre-Ville de Montréal du 9 au 14 août 2016, dont les représentantEs de 5000 organisations de la société civile locale et mondiale, pour participer à plus de 1500 activités autogérées par les participants eux-mêmes (voir le détail de la programmation dans la section consacrée) Des activités seront aussi organisées partout dans le monde, et les gens pourront interagir via Internet.

Le site du FSM 2016 : www.fsm2016.org

Sur le même thème : Forum social mondial 2016 à Montréal

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...