Édition du 8 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Darmanin fait le grand ménage en renvoyant les étrangers indesirables chez eux

Le quitus présidentiel dans sa poche, le Ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin est aussitôt allé au chaudron en appliquant les nouvelles dispositions en matière de sécurité et d’accueil des étrangers en France. Désormais, avec la nouvelle politique d’immigration, rien ne sera comme avant.

De Paris Omar HADDADOU

La France change son fusil d’épaule, l’extrême droite sur un nuage !
Héritant d’un portefeuille éminemment sensible, le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en fonctions depuis 2020, s’engage à frapper fort et vite. L’Hexagone, terre d’accueil en passe de devenir le pays le plus hermétique d’Europe, continue à faire face à une série d’attentats, et ce, depuis l’épisode des caricatures blasphématoires de Charlie Hebdo.
D’autres actes aussi violents et meurtriers ont marqué les esprits des français (es).
Le dernier en date, rappelant la prégnance du cauchemar, l’assassinat, le 5 mai, du policier de 36 ans, Éric Masson, tué par balles lors d’une banale intervention sur un point de drogue à Avignon. Tollé au sein de la classe politique qui réclame fermeté et reconduites à la frontière : « Ce qui est à l’origine du drame, c’est l’immigration massive » dénonçait la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen.
Les choses allant de mal en pis, le locataire de la place Beauvau n’a pas le droit à l’erreur et doit à l’Exécutif des gestes forts au risque de compromettre une réélection d’un Président sortant, prêt à tester toutes les potions. Telle de réhabiliter nostalgiquement un Napoléon, qualifié cette semaine, de « criminel » par le journal arabe E’Charq El Awsat, et « d’esclavagiste » par nombre de publications à l’occasion de la commémoration du bicentenaire de la mort de celui qui lors de l’assaut de la campagne d’Egypte, lançait : « Tout fut passé au fil de l’épée ».

A l’apogée de son crime contre l’Humanité, se greffait la prouesse de l’asservissement : « Il est absolument exact que Bonaparte a rétabli l’esclavage » écrivait l’historien Thierry Lentz.
Des mesures diligentes et abruptes

C’est dans ce climat d’altération relationnelle et de regain de violence que le Ministre de l’Intérieur français a annoncé la déchéance des protections d’asile aux étrangers en contradiction avec les valeurs de la République, connus pour des faits de radicalisation ou de troubles à l’ordre public.
Au cours des trois derniers mois, 147 retraits ont été opérés par l’Office Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA). Darmanin brandit, à chaque fois, la statique et la traçabilité, comme pièces à conviction : 1083 étrangers en situation irrégulière sont inscrits au fichiers des signalements pour la prévention de la radicalisation «  Nous appliquons la loi de la République, a fait savoir le Ministre de l’Intérieur, quand une personne est accueillie en France à laquelle elle offre le logement, l’accueil et la protection, et que cette personne commette des actes intolérables dans la République qui relève de la violence, des homicides et du trafic des stupéfiants, il est normal que la France retire sa protection ».
Pour Darmanin, ce coup de tournevis relève de la « politique du bon sens ». Une politique qui a fait ses preuves à travers, des retraits de statut de réfugié, mais aussi des 587 expulsions, des 20.000 refus de titres de séjour depuis le 29 septembre 2020, des 30% d’éloignement forcé de plus que sous les deux précédents quinquennats, et du même pourcentage pour la naturalisation.
La boucle sera bouclée par les 600 expulsions du territoire national des 1200 étrangers sortis de prison, au titre des trafics des stupéfiants. D’autres sont sous le coup de reconduite à la frontière dans les jours à venir (crise sanitaire ayant retardé la procédure d’éloignement).

Sous le feu des critiques de l’opposition depuis plusieurs semaines, le Ministre de l’Intérieur est acculé à répondre à une requête pressante qui impacterait de front l’échéance présidentielle : «  A la demande d’Emmanuel Macron, nous considérons qu’un étranger qui a commis un acte grave, n’a plus sa place en France ».

La réalité sur le terrain dictera sa propre évidence : celle d’un Eldorado toujours attirant au nord, et des candidats résolus, en partance au sud.

O.H 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...