Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

France Mobilisation anti-Zemmour

Zemmour, combattu de front

Des milliers de manifestants (es) ont défilé, ce dimanche 5 décembre, à Barbes (Paris), contre le désormais candidat de l’extrême droite à la présidentielle 2022, Éric Zemmour, qui tenait son 1er meeting à Villepinte. Les 22000 opposants déployaient une forte résistance au pourvoyeur du racisme.

De Paris, Omar HADDADOU

Quand le mal se veut un choix thérapeutique !

Zemmour, au faîte de son exultation entretenue par les garants de son empire (Bolloré, les Magnats des affaires, les Transfuges de poids, les Experts en communication à la solde de la Finance, les Banquiers véreux, les Journalistes à l’âme vendue, les Adeptes de la France apurée, et les hommes politiques vidés de leur dignité), a déclaré lors de son meeting devant 13 000 sympathisants, ce dimanche à Villepinte, qu’il sera candidat à l’élection présidentielle française de 2022.

Encore une fadaise pour l’Humanité !

En vertu d’une démocratie appuyée sur des atèles asymétriques et des libertés bradées au rabais, le pire, nourri de discours haineux, est à venir, pour une France dépourvue de moult brides.

Eric Zemmour se projette, à corps perdu, dans le costume d’un Président autocrate, avant de l’être : « Ne faisant pas de fausse modestie ! tonne le polémiste à Villepinte, ce dimanche, impossible n’est pas français. L’enjeu est immense. Si je gagne cette élection, ce sera le début de la reconquête…Il faut réparer les erreurs. Economie, pouvoir d’achat, insécurité, immigration… ! ». (Je la voyais venir, celle-là). Et dire que sa mayonnaise, gorgée de condiments insalubres, a pris formidablement. Mais je ne perds point contenance en assistant à cette chienlit qui n’a rien à envier aux « Guignols de l’info ». Et si tout cela, n’est que du remplissage ? Avec un saltimbanque tiré, in extrémis, par les cheveux ?

Dans la salle où le tribun est venu haranguer ses supporters, il y a déjà du sang ! Une militante de SOS Racisme et ses collègues ont fait les frais de leur lutte, en fustigeant pacifiquement la tenue de l’événement. Pas de panique, Zemmour sème, lui aussi, à tout vent ! Pas le savoir, mais l’hostilité.

A peine le premier pas de la campagne imprimé, ce dimanche, et c’est la Justice qui s’y colle. Oui, le danger reste omniprésent, malgré la dynamique baissière observée, le créditant à plus de 13% d’intentions de vote, derrière marine le Pen.
La riposte de Barbes
Face au péril insidieux et la montée en puissance du ressentiment chez les zemmouriens, à l’échelle nationale, la mobilisation rythmée par les tambours, slogans tonitruants, poings levés, applaudissements et fumigènes, à laquelle ont pris part les 50 organisations syndicales, (la CGT comme fer de lance), Solidaires, Associations et partis politiques, sur le tracé Barbès- Porte de la Villette, a rassemblé quelques 22.000 manifestants. Objectif : dénoncer la candidature de l’ancien Chroniqueur et Essayiste qui se voit d’ores et déjà aux affaires. L’indignation que nous avons pu consigner, in situ, au milieu de cette possession d’opposants farouches, en dit long sur ses velléités. Vincent, militant de la CGT Paris, est furax : «  Aujourd’hui, on est là contre Eric Zemmour, parce que c’est un ennemi des ouvriers, des travailleurs, hommes ou femmes, des immigrés et personnes en précarité. Il est gravement raciste ! C’est la raison pour laquelle notre organisation se joint à ce combat  ».

Mis à rude épreuve, les porte-voix et les sonos crachotaient, sans répit, les ires de la masse en lutte. Le dispositif de sécurité est sommé d’encadrer la marche avec rigueur. Cordons de CRS, fourgons, camions chasse-neige, unités motorisées, agents discrets, accompagnent la manif en prévision de quelque débordement. Reprenant en chœur une interjection, la foule entonne : «  Paris, Paris, anti-fa ! », « A bas, à bas, le Front national » « Le fascisme, la gangrène, on l’élimine ou on en crève », « Ils sont racistes, ils sont fascistes, et font la chasse aux femmes voilées, les fachos… ».

Pour la Coordination des sans-papiers, en majorité des Africains présents à la manif - avec quelques familles bousculées dans l’incertitude ténébreuse de l’exil- le cri de détresse tient en deux clameurs : «  Et Zemmour y en a marre ! » « Libérez les sans-papiers, expulsez Zemmour ! » sur fond d’un tamtam déchaîné.

Arrivées en force pour battre le bitume parisien, les étudiantes déployaient une énergie et une hargne démesurées, lors de cette sortie rugissante. Preuve d’une prise de conscience collective, face aux idées obscurantistes et iniques des oublieux de leur propre mauvaise passe et leurs origines.

Les murs tagués du boulevard du 18ème, ce jour, témoignent de l’inquiétude qui étreint nombre de citoyens (es) et étrangers sur le sol français, soumis à un avant-goût des projections des dépositaires du néonazisme !

Gageons qu’au lendemain du 25 avril 2022, les éboueurs honoreront leurs obligations matinales d’évacuer les poubelles. Dans le cas contraire, sachez que Zemmour est passé !

O.H

NB : La force syndicale l’en empêchera, quel qu’en soit le prix !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...