Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde

Grève mondiale des travailleurs/euses de la restauration rapide

Le 15 mai, les travailleurs/euses des établissements de restauration rapide organisent une grève générale de 24 heures dans 150 villes des Etats-Unis et dans une trentaine d’autres pays afin d’exiger des améliorations dans leurs conditions de travail.

Les organisateurs espèrent que les grèves vont toucher pour la première fois des villes comme Philadelphie, Miami, Orlando et Sacramento, et que de dizaines de milliers de travailleurs au total y participeront dans des villes comme St. Louis, Kansas City, Milwaukee, Oakland, Détroit, Chicago, Los Angeles et New York.

A l’extérieur des Etats-Unis aussi la grève sera suivie dans des villes telles que Karachi, Casablanca, Londres, Sao Paulo, Dublin, Bangkok, Buenos Aires, Genève et San Salvador, ainsi qu’en Inde, en Indonésie, au Nigéria, en Afrique du Sud et au Japon.

Les travailleurs/euses ont prévus de réaliser des rassemblements aux portes des établissements afin de rendre visible leur protestation.

Ces actions, qui ont été annoncées lors d’une conférence de presse mercredi dernier à Manhattan, ont été discutées cette semaine à New York dans une réunion internationale de dirigeants syndicaux et de travailleurs de fast-food de dizaines de pays, convoquée par la fédération syndicale internationale UITA (Union Internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du catering, du tabac et des branches connexes).

Le mois de décembre dernier avait eu lieu aux Etats-Unis une grève à l’échelle nationale qui fut probablement la plus grande grève des travailleurs de ce type d’établissements dans l’histoire du pays.

Les employés des chaînes de fast-food comme McDonald’s, Burger King, KFC, Subway, Taco Bell et autres exigent un salaire minimum de 15 dollars dans les restaurants où ils travaillent. La grève fut convoquée dans plus de 100 villes des Etats-Unis.

Le salaire moyen des employés de restaurants de ce type est de 8,90 dollars par heure, un peu plus que le salaire minimum fixé par le gouvernement des Etats-Unis à 7,25 dollars.

Un salaire tellement réduit qu’il n’est tout bonnement pas suffisant pour vivre selon les employés qui ont lancé leurs premières protestations au cours de l’été 2013.

Source : http://www.librered.net/ 
Traduction française pour Avanti4.be

Les travailleurs/euses de la restauration rapide du monde entier se rassemblent pour lutter ensemble pour leurs droits

Où que ce soit dans le monde, les travailleurs/euses de la restauration rapide rencontrent les mêmes problèmes : travail précaire, salaires insuffisants, et forte opposition à l’organisation des salariés/es en syndicats. Une poignée de sociétés transnationales géantes dominent le secteur.

Il est donc tout naturel que les travailleurs/euses et leurs syndicats s’organisent au niveau international pour que changent les conditions de millions de salariés/es de la restauration rapide dans le monde. L’UITA a organisé en ce sens une réunion internationale des salariés/es de la restauration rapide les 5 et 6 mai à New York, à laquelle ont participé plus de 80 travailleurs/euses et représentants syndicaux de 26 pays, premier pas vers la mise en place d’un réseau syndical international pour la restauration rapide.

Le 7 mai, les participants se sont joints à une manifestation en face d’un restaurant McDonald’s à Manhattan, et ont remis aux représentants de McDo un courrier à l’intention de la direction générale de la chaîne demandant clairement au géant de la restauration rapide qu’il augmente les salaires et qu’il respecte les droits des travailleurs/euses partout dans le monde. Ils ont dans le même temps annoncé une grève le 15 mai des établissements de restauration rapide aux Etats-Unis, en soutien à leur revendication de 15 USD par heure de travail, et le droit de créer un syndicat sans crainte de représailles. Les affiliées de l’UITA ont déjà programmé des actions de soutien et des protestations dans une douzaine de pays du monde.

« La campagne « Fight for 15 » aux Etats-Unis (campagne demandant un salaire horaire de USD 15) a attiré l’attention des travailleurs/euses du monde entier sur l’industrie mondiale de la restauration rapide dont les salariés/es se mobilisent maintenant » a déclaré le secrétaire général de l’UITA Ron Oswald. Cette campagne a été une source supplémentaire d’inspiration qui a conduit les travailleurs/euses à s’unir au niveau international dans un combat pour un salaire plus élevé et de meilleurs droits au travail. C’est juste le début d’un mouvement international de travailleurs/euses de la restauration rapide sans précédent- et cette très rentable industrie mondiale serait bien inspirée d’en prendre bonne note.

UITA

Source : http://www.iuf.org/w/?q=node%2F3344

Sur le même thème : Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...