Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Justice après trois ans

On dit que la violence conjugale est une sous-catégorie de « misère noire » dont l’intensité, la durée et l’évolution sont difficiles à démontrer. Comment y arriver quand les victimes sont forcément peu collaboratives  ? Qui, d’emblée, va avouer avoir connu la violence, la dégradation, le renforcement négatif, cela pendant des années, en toute soumission, avec les enfants parfois en danger ? Pour y arriver, pour casser cette situation de pouvoir, il faudra à la victime beaucoup de courage, surtout face à la société et ses banquettes à ne plus finir de « Jos-connaissants » et à la famille où les défenseurs de l’agresseur et autres « avocats de baraque » pourront se manifester.

Dans le présent vidéo, Gisèle Dupuis, ancienne présidente de la section locale 578 du SEPB (FTQ) se remémore, dans la sobriété narrative qui s’imposait, le sort d’une de ses syndiquées qui fut congédiée faute d’avoir invoqué son invivable quotidien devant son employeur. Mais heureusement pour elle, le concept de solidarité étant sous-jacent au monde syndical, elle fut réintégrée... trois ans plus tard.

Chapeau, Mme Dupuis !

Bon visionnement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...