Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Histoire

Un entretien avec Noam Chomsky

L'approche américaine (et par définition canadienne) de l'Ukraine et de la Russie a quitté le domaine du discours rationnel

La question d’une expansion de l’OTAN est plus complexe. Le problème remonte à plus de trente ans, à l’époque où l’URSS s’effondrait. Il y a eu de longues négociations entre la Russie, les États-Unis et l’Allemagne. La question centrale était l’unification allemande. Deux visions ont été présentées. Le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a proposé un système de sécurité eurasien de Lisbonne à Vladivostok sans blocs militaires. Les États-Unis l’ont rejeté : l’OTAN reste, le Pacte de Varsovie de la Russie disparaît.

Truthout

C.J.P. : Les tensions entre la Russie et l’Ukraine montent, et il y a peu de place à l’optimisme. L’offre américaine de désescalade ne répond à aucune des exigences de sécurité de la Russie. Peut-on dire que la crise frontalière russo-ukrainienne découle en réalité de la position intransigeante des États-Unis sur l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN ? Après tout, qu’elle sera la réponse de Washington si le Mexique voulait rejoindre une alliance militaire dirigée par Moscou ?

N.C. : Nous n’avons guère besoin de nous attarder sur cette dernière question. Aucun pays n’oserait faire une telle démarche dans ce que le Secrétaire à la guerre de l’ancien président Franklin Delano Roosevelt, Henry Stimson, appelait « Notre petite région ici », alors qu’il condamnait toutes les sphères d’influence (à l’exception de celle des É-U - qui, en réalité, n’est guère limitée à l’hémisphère occidental). L’actuel secrétaire d’État, Antony Blinken, n’est pas moins catégorique aujourd’hui lorsqu’il attribue à la Russie la prétention à une « sphère d’influence », un concept que les E-U rejettent fermement (mais avec la même réserve).

Il y a eu bien sûr le cas célèbre d’un pays de « notre petite région » qui a frôlé une alliance militaire avec la Russie, la crise des missiles de 1962. Les circonstances, cependant, étaient tout à fait différentes de l’Ukraine. Le président John F. Kennedy intensifiait sa guerre terroriste contre Cuba en menace d’invasion ; L’Ukraine, à l’opposé, fait face à des menaces en raison de son éventuelle adhésion à une alliance militaire hostile. La décision imprudente du dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev de fournir à Cuba des missiles était également un effort pour rectifier légèrement l’énorme prépondérance américaine de force militaire après que Kennedy eut répondu à l’offre de l’URSS d’une réduction mutuelle des armes offensives avec le plus grand renforcement militaire de l’histoire en temps de paix, cela même si les États-Unis étaient déjà loin devant. On sait à quoi cela a mené.

Les tensions autour de l’Ukraine sont extrêmement graves, avec la concentration des forces militaires russes aux frontières de l’Ukraine. La position russe est assez explicite depuis un certain temps. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov l’a clairement déclaré lors de sa conférence de presse aux Nations unies : « La question principale est notre position claire sur l’inadmissibilité d’une nouvelle expansion de l’OTAN à l’Est et le déploiement d’armes de frappe qui pourraient menacer le territoire de la Fédération Russe." La même chose a été réitérée peu de temps après par Poutine, comme il l’avait souvent dit auparavant.

Il existe un moyen simple de gérer le déploiement des armes : ne les déployez pas. Il n’y a aucune raison de le faire. Les États-Unis peuvent prétendre qu’ils sont sur la défensive, mais la Russie ne le voit sûrement pas de cette façon, et avec raison.

La question d’une expansion de l’OTAN est plus complexe. Le problème remonte à plus de trente ans, à l’époque où l’URSS s’effondrait. Il y a eu de longues négociations entre la Russie, les États-Unis et l’Allemagne. La question centrale était l’unification allemande. Deux visions ont été présentées. Le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a proposé un système de sécurité eurasien de Lisbonne à Vladivostok sans blocs militaires. Les États-Unis l’ont rejeté : l’OTAN reste, le Pacte de Varsovie de la Russie disparaît.

Pour des raisons évidentes, la réunification allemande au sein d’une alliance militaire hostile n’était pas une mince affaire pour l’URSS. Néanmoins, Gorbatchev l’a accepté, avec un quid pro quo : Pas d’expansion de l’OTAN vers l’Est. Le président George H. W. Bush et le secrétaire d’État James Baker ont accepté. Dans leurs mots à Gorbatchev : « Non seulement pour l’Union soviétique, mais aussi pour les autres pays européens, il est important d’avoir des garanties que si les États-Unis maintiennent leur présence en Allemagne dans le cadre de l’OTAN, pas un pouce de l’armée actuelle de la juridiction militaire de l’OTAN ne s’étendra vers l’est. »

« Est » signifiait l’Allemagne de l’Est. Personne n’avait pensé à quoi que ce soit au-delà, du moins pas en public. Cela est convenu de toutes parts. Les dirigeants allemands étaient encore plus explicites à ce sujet. Ils étaient ravis du simple fait que la Russie accepte l’unification, et la dernière chose qu’ils voulaient, c’était de nouveaux problèmes.

Il existe de nombreuses études sur la question - Mary Sarotte, Joshua Shifrinson, et d’autres, qui débattent exactement de qui a dit quoi, de ce qu’ils voulaient dire, de son statut, etc. Ce sont des études intéressantes et éclairantes, mais ce qui en ressort, une fois la poussière retombée, c’est ce que je viens de citer du dossier déclassifié.

Le président H. W. Bush a à peu près respecté ces engagements, tout comme le président Bill Clinton. Au moins dans un premier temps, jusqu’en 1999, le 50e anniversaire de l’OTAN. Certain.e.s ont spéculé qu’il avait un œil sur le vote polonais lors des prochaines élections. Il a admis la Pologne, la Hongrie et la République tchèque à l’OTAN. Le président George W. Bush – l’adorable grand-père maladroit qui a été célébré dans la presse à l’occasion du 20e anniversaire de son invasion de l’Afghanistan – a laissé tomber toutes les barrières. Il a amené les États baltes et d’autres. En 2008, il a invité l’Ukraine à rejoindre l’OTAN, piquant l’ours dans les yeux.

L’Ukraine se trouve dans le cœur géostratégique de la Russie, sans parler des relations historiques intimes entre les deux pays et de l’importante population de l’Ukraine tournée vers la Russie. L’Allemagne et la France ont opposé leur veto à l’invitation imprudente de Bush. Mais elle est toujours sur la table. Aucun dirigeant russe n’accepterait cela, certainement pas Gorbatchev, comme il l’a clairement indiqué.

Comme dans le cas du déploiement d’armes offensives à la frontière russe, il existe une réponse simple : l’Ukraine peut avoir le même statut que l’Autriche et deux pays nordiques tout au long de la guerre froide : neutre, mais étroitement liée à l’Occident et assez sûre, faisant partie de l’Union européenne dans la mesure où ils ont choisi de l’être.

Mais les États-Unis rejettent catégoriquement ce résultat, proclamant haut et fort leur dévouement passionné à la souveraineté des nations, principe qui ne peut être enfreinte : le droit de l’Ukraine à rejoindre l’OTAN doit être honoré. Cette position de principe peut être louée aux États-Unis, mais elle suscite certainement de grands éclats de rire dans une grande partie du monde, y compris au Kremlin. Le monde n’ignore guère notre inspirant attachement à la souveraineté, notamment dans les trois cas qui ont particulièrement enragé la Russie : l’Irak, la Libye et le Kosovo-Serbie.

On n’a pas besoin de discuter : l’agression américaine a enragé presque tout le monde. Les attaques de l’OTAN contre la Libye et la Serbie, toutes deux une gifle au visage de la Russie pendant sa période de déclin brutal dans les années 90, ont été habillées en termes humanitaires dans la propagande américaine. Tout se dissout rapidement sous examen, et cela est amplement documenté. Le bilan plus riche du respect des États-Unis pour la souveraineté des nations n’a vraiment pas besoin d’être revu.

On prétend parfois que l’adhésion à l’OTAN augmente la sécurité de la Pologne et des autres pays de l’Est. Dans les faits, on peut affirmer avec plus de force que l’adhésion à l’OTAN menace leur sécurité en exacerbant les tensions. L’historien Richard Sakwa, spécialiste de l’Europe de l’Est, a observé que « l’existence de l’OTAN s’est justifiée par la nécessité de gérer les menaces provoquées par son élargissement » - un jugement très plausible.

Il y a beaucoup plus à dire sur l’Ukraine et sur la façon de gérer la crise très dangereuse qui s’y intensifie, mais cela suffit peut-être pour suggérer qu’il n’y aucun besoin d’envenimer la situation et de passer à ce qui pourrait bien s’avérer être une guerre catastrophique.

Il y a, en fait, une qualité surréaliste dans le rejet américain de la neutralité à l’autrichienne pour l’Ukraine. Les décideurs politiques américains savent parfaitement que l’admission de l’Ukraine à l’OTAN n’est pas une option dans un avenir prévisible. Nous pouvons, bien sûr, mettre de côté la position américaine profondément hypocrite sur le caractère sacré de la souveraineté. Ainsi, au nom d’un principe auquel ils ne croient pas un instant, et dans la poursuite d’un objectif qu’ils savent hors de portée, les États-Unis risquent ce qui pourrait se transformer en une catastrophe choquante. En surface, cela semble incompréhensible. Mais il existe des calculs impériaux plausibles.

Nous pouvons nous demander pourquoi Poutine a adopté une position aussi belliqueuse sur le terrain. Il y toute une industrie artisanale qui cherche à résoudre ce mystère : est-ce un fou ? Envisage-t-il de forcer l’Europe à devenir un satellite russe ? Que cherche-t-il ?

On pourrait simplement écouter ce qu’il dit : pendant des années, Poutine a tenté d’inciter les États-Unis à prêter une certaine attention aux demandes que lui et son ministre des Affaires étrangères Lavrov ont répétées, en vain. Une possibilité est que la démonstration de force par la Russie soit un moyen d’atteindre cet objectif. Cela a été suggéré par des analystes bien informés. Si tel est le cas, il semble avoir réussi, du moins de manière limitée.

C.J.P. L’Allemagne et la France ont déjà opposé leur veto aux efforts américains visant à proposer l’adhésion à l’Ukraine. Alors pourquoi les États-Unis tiennent-ils tant à l’expansion de l’OTAN vers l’est au point de considérer une invasion russe de l’Ukraine comme imminente, même lorsque les dirigeants ukrainiens eux-mêmes ne semblent pas le penser ? Et depuis quand l’Ukraine est-elle devenue un phare de la démocratie ?

N.C. lI est en effet curieux de regarder ce qui se déroule. Les États-Unis attisent vigoureusement les flammes, tandis que l’Ukraine lui demande d’atténuer la rhétorique. Bien qu’il y ait beaucoup d’agitation quant à la raison pour laquelle le démon Poutine agit comme il le fait, les motifs américains sont rarement soumis à un examen minutieux. La raison est familière : par définition, les motivations américaines sont nobles, même si leurs efforts pour les mettre en œuvre sont peut-être malavisés.

Néanmoins, la question mériterait peut-être réflexion, du moins de la part des "hommes sauvages en coulisses", pour reprendre l’expression de l’ancien conseiller à la sécurité nationale McGeorge Bundy, faisant référence à ces personnages incorrigibles qui osent soumettre Washington aux normes appliquées dans le reste du monde.

Une réponse possible est suggérée par un célèbre slogan sur l’objectif de l’OTAN : garder la Russie à l’écart, garder l’Allemagne à terre, et garder les États-Unis à l’intérieur. La Russie est loin, loin. L’Allemagne est en baisse. La question qui reste est à savoir si les États-Unis seront en Europe - plus précisément, s’ils devraient être en charge. Ce n’est pas tous qui ont tranquillement accepté ce principe des affaires du monde, parmi eux : Charles de Gaulle, qui a avancé son concept de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural ; l’Ostpolitik de l’ancien chancelier allemand Willy Brandt ; et le président français Emmanuel Macron, avec ses initiatives diplomatiques actuelles, qui suscitent beaucoup de mécontentement à Washington.

Si la crise ukrainienne est résolue pacifiquement, ce sera une affaire européenne, en rupture avec la conception « atlantiste » de l’après-Seconde Guerre mondiale, qui place fermement les États-Unis aux commandes. Cela pourrait même être un précédent pour de nouvelles avancées vers l’indépendance européenne, peut-être même vers la vision de Gorbatchev. Avec l’initiative chinoise « Belt-and-Road » qui empiète depuis l’Est, des problèmes beaucoup plus importants d’ordre mondial se posent.

Noam Chomsky

prof. MIT

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Histoire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...