Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

L'effet d'une bombe.

Des députés du PQ démissionnent… Ça l’effet d’une bombe ! On démissionne par conviction. Démissionner, ne pas dire comme les suiveux, ça prend un certain courage pour ne pas dire un courage certain. Bravo aux démissionnaires ! Ça donne l’impression qu’il existe encore des politiciens qui ont de la colonne vertébrale et qui peuvent défendre avec conviction des points qu’ils jugent importants.

Oui, ces démissions ont l’effet d’une bombe !

Une bombe médiatique, une bombe politique locale, une bombe dans notre population réduite, mais une bombe tout de même sans grande gravité. C’est bien loin de l’effet réel d’une bombe. Une vraie bombe.

Ça nous manque grandement l’effet réel d’une bombe, d’une vraie. J’ai déjà écrit que nous devrions tous avoir la chance de recevoir une bombe dans notre jardin. La chance de voir un de nos enfants éventré par ces engins de la mort, la chance de perdre un parent, un ami, un voisin tué par une bombe. Cette expérience éprouvante nous humaniserait sans doute.

Depuis 4 mois, on attise la haine. La haine d’un dirigeant que les dirigeants néolibéraux occidentaux ont décidé de se débarrasser. Depuis 3 longs mois, on bombarde quotidiennement la Libye et on assassine des gens en toute impunité, et ce, avec nos impôts.

L’effet d’une bombe, les Libyens pourraient nous en parler. Eux, savent ce que c’est que l’effet d’une bombe, une vraie ! Ils ont cette "chance". Ils savent de quelle couleur est le sang qui sèche dans les rues et le sang qui coule des membres arrachés. Ils ont la chance de savoir ce qu’est l’odeur du cadavre, comme ces Ivoiriens à qui la France et la guerrière ONU ont donné la chance de connaître toutes ces choses qui font l’humanité.

En Libye, nous en sommes à environ 4000 frappes aériennes, ce qui représente sans doute environ 20000 missiles, bombes et munitions de tout calibre, largués sur la population libyenne, afin d’assassiner leur dirigeant qui déplait à l’Occident.

On massacre la Libye.

On n’en parle pas trop. On nous fait répéter le mantra médiatique hypnotique : « Kadhafi tire sur son peuple sans défense » Voyez-le le peuple libyen. On le voit ici sur ces images, voyez-le bien. Regardez-le bien. Prenez un peu de votre temps pour le voir ce peuple.

http://www.youtube.com/user/Rayyisse#p/u/4/ysh8oDCYxVo

C’est de la télé libyenne, celle que l’OTAN vient de bombarder les installations. On dira que c’est de la propagande.

Prenez le temps de les regarder ces images. Une image vaut mille mots. Propagande ? Qu’est-ce qu’elles nous montrent ces images ?

Une population manifestant massivement contre son président comme en Égypte ou en Tunisie, ou en Algérie, ou au Bahreïn ?

L’OTAN assassine une population pour tuer son dirigeant qui lui déplait.

La Libye, est-ce le "Printemps arabe" ?

Où donc avez-vous vu en 4 mois de propagande haineuse envers Kadhafi, des foules massives en Libye manifestant contre leur Président ?

Sauf à Benghazi au tout début seulement, une manif importante dont on ne sait pas trop ce qui l’a clairement provoqué. Par la suite, rien. Même dans toutes ces villes dites "libérées" par les rebelles bien armés. Rien, aucune manif de jouissance d’être libéré, aucune manif importante nulle part. Que des photos, des rebelles désorganisés et courageux comme pas un qui délivrent leur pays du joug d’un dictateur régnant depuis 42 ans !

( Notre guide suprême, Élisabeth deux, règne bien depuis près de 60 ans et on la vénère toujours cette guide bien-aimée ! )

Le 26 février on pouvait lire :

« Il s’agit d’une guerre d’invasion. La Libye devient, peu à peu, le nouvel Afghanistan de l’Afrique. »

http://www.vigile.net/Le-cas-libyen

On pouvait aussi lire :
« « Nous sommes au summum de la diabolisation d’un personnage politique à abattre. »

C’était la description du lavage de cerveau nous conduisant vers cet assassinat.

Un lavage de cerveau flagrant et mené de main de maître par ces soldats de l’information (information ??? Propagande haineuse serait un qualificatif plus adéquat).

On va bombarder en sauvage la Libye tant que ce déplaisant ne sera pas tué. Pour bombarder, l’argent ne fait jamais défaut. Il n’y a pas de plans d’austérité, on ne doit pas diminuer le nombre de bombes, ni les effectifs militaires. Notre bon gouvernement Harper qui sauve « beaucoup d’argent » en éliminant les subventions aux partis politiques « qui-ne-servent-pas-vraiment » (sic), dépense nos impôts sans aucune retenue pour aider à éliminer par les bombes ce dirigeant qui lui déplait.

Il est clair que les médias officiels se livrent à de la propagande la plus abjecte. Il est clair qu’on se fout royalement de la vie humaine. Imaginez on bombarde une ville ayant la densité de la population de Montréal. Il y en a du monde à Montréal ! À Tripoli, il y en a autant.

Imaginez que l’on bombarde Montréal !

C’est ce que l’on fait à Tripoli.

Allez répétez les mantras médiatiques hypnotiques :

« Saddam a des armes de destruction massive »
« Saddam tue des bébés dans les couveuses du Koweït »
« Chávez tire sur son peuple sans défense sur le pont Llaguno »
« Kadhafi tire sur son peuple sans défense avec des avions de chasse »

Qui donc tire sur le peuple libyen sans défense avec des avions de chasse ?

QUI ?

Un moment donné, il faut s’ouvrir grand les yeux ! Cette guerre sale, injuste et inhumaine est une honte.

Je vous invite à relire, question de voir le massacre annoncé avec un certain recul et avec cette réalité qui s’impose comme de la mauvaise herbe (on a beau tenter de l’éliminer, elle revient au galop), ces textes publiés il y a presque 4 mois :

Le 3 mars :

Après avoir été magnifiquement conditionné :
Une autre guerre juste
Applaudissons le massacre à venir !

http://www.vigile.net/Une-autre-guerre-juste

Le 9 mars :
Libye
Est-ce la révolution comme partout ailleurs ?

S’efforcer de distinguer la « rumeur » et les faits véritables et vérifiables.

http://www.vigile.net/Est-ce-la-revolution-comme-partout

Le 20 mars :

Lettre ouverte à la SRC et à tous ses journalistes
Des mots durs et très sentis
La guerre « humanitaire » (sic) de Libye

http://www.vigile.net/Des-mots-durs-et-tres-sentis

Notre bombe n’est rien en comparaison aux milliers de bombes qui s’abattent sur la population libyenne.

On va tuer Kadhafi, mais la chose que l’on oublie, c’est que celui que l’on va tuer représente peut-être plus qu’un simple pion.

Ce personnage que l’on va tuer, représente pour beaucoup d’Africains, bien plus qu’un simple pion qu’on oubliera rapidement.

Cette tuerie hypothèque la sécurité du monde pour des années à venir. Nous arrosons avec des bombes le jardin du terrorisme.

Serge Charbonneau

Québec

Serge Charbonneau

De Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...