Édition du 1er décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La demande européenne d’huile de soja pourrait quadrupler et entraîner la déforestation des forêts et des zones humides dans le monde entier

Ecologistas en Acción publie la version espagnole de « Le soja nouvelle huile de palme ? », une étude de Cerulogy sur le transport et l’environnement qui analyse les données les plus récentes sur l’expansion de la production de soja, avec une attention particulière pour les pays d’Amérique latine.

photo et article tirés de NPA 29

Selon l’étude, la consommation européenne d’huile de soja pourrait augmenter de deux à quatre fois d’ici 2030 par rapport à ce qui est utilisé actuellement. Et causer une extension de la zone déboisée des forêts tropicales et des zones humides.

Jusqu’à 38 millions de tonnes de CO2 supplémentaires pourraient être émises d’ici 2030 si des mesures réglementaires ne sont pas prises en Europe pour classer l’huile de soja comme une matière première non durable.

La demande d’huile de soja pourrait quadrupler en Europe en raison de la politique de l’Union européenne (UE) en matière de biocarburants, selon une nouvelle étude publiée par Transport & Environment (T&E). La monoculture du soja est l’une des principales causes de la déforestation de biomes importants comme l’Amazonie, le Cerrado et le Chaco en Amérique latine.

Le biodiesel de soja est le deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre après le biodiesel d’huile de palme.

Maintenant que l’on s’attend à un déclin progressif de l’utilisation du biodiesel de palme en Europe à la suite de la réglementation appliquée par l’UE, il y a un risque que le soja prenne le relais.

Selon l’étude, la consommation d’huile de soja en Europe pourrait augmenter de deux à quatre fois d’ici 2030, ce qui entraînerait une déforestation plus importante des forêts tropicales et des zones humides.

En effet, la législation européenne oblige les compagnies pétrolières à mélanger des biocarbu-rants soi-disant « durables » avec des combustibles fossiles pour rendre les voitures plus propres et réduire ainsi les émissions du secteur des transports.

La promotion et l’utilisation de biocarburants à base de cultures entraînent l’élargissement de la frontière agricole, car il faut davantage de terres agricoles pour satisfaire les deux principaux marchés : l’alimentation et les carburants. Outre l’impact sur les prix des denrées alimentaires, une expansion des terres agricoles peut se produire au détriment des zones naturelles riches en stocks de carbone.

Rosalía Soley, porte-parole d’Ecologistas en Acción, a déclaré : «  La réglementation européenne ne tient pas compte de l’expansion indirecte et de ses effets. En tenant compte de ces effets, la plupart des biocarburants utilisés en Europe ont des émissions de gaz à effet de serre très élevées, principalement les huiles de palme, de soja et de colza ».

Plus d’un dixième de la récente expansion du soja pourrait être lié à la destruction des forêts et d’autres puits de carbone. Ce chiffre est plus élevé que ce que l’on pensait et dépasse le seuil au-delà duquel la Commission européenne considère qu’une culture de biocarburants n’est pas durable.

Selon Cristina Mestre, coordinatrice des biocarburants à Transport & Environnement : «  Les importations de soja vont provoquer une déforestation à une échelle épique si la réglementation européenne sur les carburants verts n’est pas modifiée.

Cependant, il existe une solution très simple. La Commission européenne doit étiqueter le biodiesel de soja comme non durable, tout comme elle l’a fait pour le biodiesel de palme. Sinon, le soja risque de briser les plans de l’Europe en matière de climat.

Jusqu’à 38 millions de tonnes de CO2 supplémentaires pourraient être émises d’ici 2030 si des mesures réglementaires ne sont pas prises en Europe pour classer l’huile de soja comme une matière première non durable, selon l’étude.

Bien que la Commission européenne ait décidé de ne supprimer progressivement l’utilisation du biodiesel de palme qu’entre 2023 et 2030. La France et l’Italie ont indiqué qu’elles mettront fin plus tôt au soutien au biodiesel de palme et de soja.

9 novembre 2020

Source

https://www.nuevatribuna.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...