Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

La guerre de Washington en Afghanistan est terminée. Que se passe-t-il maintenant ?

Phyllis Bennis va participer à un webinaire organisé par la Plateforme altermondialiste et Dialogue Global, jeudi le 2 septembre, à 11h45. cet article fut publié d’abord en anglais dans The Nation. Le président Biden a eu raison de retirer les troupes américaines. Mais il ne faut pas se faire d’illusion que cela mettra fin à la guerre pour les Afghans.

Tiré de Plateforme altermondialiste.

Nous ne savons pas encore quelles seront les conséquences des événements en Afghanistan. Nous savons qu’il y a plus de 250 000 Afghans déplacés à l’intérieur du pays depuis la fin mai, des milliers d’autres ces derniers jours vivant dans des tentes de fortune, dans des parcs et dans les rues de Kaboul. Nous savons que les frontières de l’Afghanistan sont presque toutes fermées et que les gens sont terrifiés. Les gens ont peur de la montée de la violence, peur de l’arrivée au pouvoir des talibans, peur des bombardements américains en cours à travers le pays toute la semaine.

Les questions sont partout. Comment les talibans, avec environ 75 000 forces dispersées, ont-ils vaincu les 300 000 soldats du gouvernement afghan entraînés, armés et soutenus par les États-Unis ? Pourquoi ces militaires entraînés par les États-Unis n’ont-ils pas combattu ? Pourquoi les États-Unis ont-ils retiré la plupart de leurs troupes et Biden ne devrait-il pas renvoyer des troupes pour protéger les femmes afghanes du contrôle des talibans ?

Premièrement, la plupart des soldats afghans n’ont pas du tout été vaincus militairement par les talibans. Certains soldats ont simplement déposé leurs armes et se sont enfuis. Plus fréquemment, les commandants locaux ont négocié avec les talibans pour se rendre en masse avec des troupes et des armes, rejetant directement le gouvernement corrompu de Kaboul.

Malgré 20 ans d’occupation, les États-Unis ne pouvaient pas « gagner » militairement, car il n’y a pas de solution militaire au terrorisme. Après que les États-Unis et leurs alliés aient renversé le gouvernement taliban en 2001, ils ont créé un tout nouveau gouvernement. Composé en grande partie d’exilés afghans pro-occidentaux, il s’inspirait des systèmes parlementaires occidentaux, le pouvoir étant concentré sur le président et le parlement d’un gouvernement central à Kaboul. C’était complètement en contradiction avec les traditions culturelles et politiques de longue date de l’Afghanistan, où le pouvoir émane du niveau familial et tribal, et non de la capitale nationale d’un État-nation moderne. Pour la plupart des Afghans (dont 75 % vivent dans des villages dispersés et des zones rurales, pas dans des villes), ce qui se passe à Kaboul s’étend rarement au-delà de Kaboul.

Ainsi, l’armée créée par le Pentagone était censée se battre pour – et rendre des comptes – à un gouvernement que la plupart de ses soldats n’ont jamais soutenu en premier lieu. Le président Biden avait raison lorsqu’il a déclaré : « Un an ou cinq ans de plus de présence militaire américaine n’aurait fait aucune différence si l’armée afghane ne pouvait pas ou ne voulait pas tenir son propre pays. Bien sûr, il n’a pas reconnu que ce n’était pas leur pays que les troupes étaient invitées à protéger, mais un gouvernement corrompu et extrêmement impopulaire imposé par une armée d’occupation.

Des négociations sont toujours en cours pour déterminer s’il y aura une sorte d’arrangement de partage du pouvoir, mais les talibans sont désormais clairement la force dominante en Afghanistan.

Près de 80 % des personnes déplacées qui inondent Kaboul et d’autres villes sont des femmes et des enfants. L’héritage de misogynie et de violence à l’égard des femmes des talibans continue d’alimenter la peur du retour du groupe au pouvoir, en particulier de la part des femmes urbaines de Kaboul et de Kandahar, où les lois imposées par les États-Unis protégeant l’éducation, l’emploi, l’engagement public, etc. ont eu un impact significatif sur la vie des femmes. D

Tout au long des 20 années d’occupation américaine, les talibans se sont battus pour étendre leur contrôle sur de vastes étendues de territoire rural. Des négociations ont été possibles dans bon nombre de ces domaines entre les commandants talibans et les représentants locaux—généralement des anciens de la communauté ou des chefs religieux—y compris des arrangements pour l’éducation des filles, les soins de santé, etc. Ces interactions locales peuvent présager certaines possibilités futures.

Les talibans de 2021 sont confrontés à des défis différents de ceux de leurs homologues précédents. Au cours de leurs cinq années au pouvoir et de leurs 20 années de lutte pour revenir au pouvoir, leur pays et sa position dans le monde ont changé de manière significative. Bien que l’impact des idées imposées par les États-Unis ait rarement atteint au-delà des grandes villes, des choses comme l’accès aux téléphones portables et à Internet ont accru la conscience des Afghans du monde en dehors de leurs villages isolés. Alors que certains des talibans d’aujourd’hui s’en tiennent à la même version ou à une version encore plus extrême de la loi religieuse, en particulier en ce qui concerne le rôle des femmes, certains de leurs dirigeants sont certainement plus conscients de la nécessité de s’engager avec le reste du monde, en particulier pour l’aide économique. – et de ce que le monde peut exiger d’eux.

Il n’y a aucune raison de croire que la misogynie historique des talibans a été écartée. Mais avec l’Iran, la Russie et la Chine s’engageant tous diplomatiquement et publiquement avec les talibans, le groupe arrive au pouvoir beaucoup moins isolé qu’en 1996 – et le prix du maintien de cet engagement régional et mondial peut éventuellement inclure l’allègement de certaines des pires formes de répression. favorisée par les éléments talibans les plus extrêmes.

Comme auparavant, les femmes afghanes seront confrontées non seulement à la répression des talibans, mais aussi au manque de soutien aux droits des femmes de la part des restes du gouvernement afghan et des nombreux chefs de guerre et milices alliés au gouvernement, dont la plupart n’ont guère plus d’intérêt ou de soutien pour pour les droits des femmes que les talibans eux-mêmes.

Le président Biden a eu raison de retirer les troupes américaines, mettant ainsi fin à une guerre américaine de 20 ans qui n’aurait jamais dû être menée. Mais il ne faut pas se faire d’illusion que cela mettra fin à la guerre pour les Afghans. Comme nous le rappelle Malalai Joya, militante des droits des femmes et ancienne parlementaire afghane, les femmes et la société civile en Afghanistan ont trois ennemis : les talibans, les chefs de guerre déguisés en gouvernement et l’occupation militaire américaine. Si vous pouviez vous débarrasser de l’un d’eux, dit-elle, nous n’en aurions que deux.

Ce ne sera pas facile pour les Afghans à l’avenir, mais le retrait des troupes américaines est une condition préalable nécessaire, voire insuffisante, pour mettre fin à cette guerre.

Pour ceux d’entre nous qui travaillent pour faire pression, il faut exiger :

- Mettre fin aux bombardements / raids de drones et des activités des escadrons de la mort de la CIA.

- Soutenir l’ONU et d’autres efforts internationaux pour créer un couloir humanitaire et des garanties de passage pour les travailleurs humanitaires afghans et internationaux.

- Financer un programme international massif d’assistance Covid pour l’Afghanistan.

- Élargir les catégories de qualification pour les réfugiés afghans et les demandeurs d’asile, réduire la paperasse requise pour se qualifier et ouvrir la porte aux milliers de personnes qui craignent pour leur vie.

- Reconnaître le rôle terrible des États-Unis et de ses alliés dans une guerre atroce qui a mené le pays à la ruine.

Phyllis Bennis

Phyllis Bennis est une intellectuelle de l’Institute for Policy Studies à Washington, auteur, journaliste et diplomate à l’ONU1 ; spécialiste des guerres en Irak et Palestine.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Phyllis_Bennis

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...