Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

La liberté d'expression et l'Holocauste

Si quelqu’un divulgue dans les médias que les noirs doivent être tués, que les gays doivent être exterminés, que les juifs doivent être détruits, que les gitans méritent de brûler dans le four, ce quelqu’un - en l’absence d’une qualification plus appropriée pour une catégorie inférieure aux animaux - deviendra célèbre, au plus grand mépris de ce qu’ils appellent la célébrité en ces jours infernaux et qui s’appelle Bolsonaro.

C’est la raison pour laquelle un individu brandissant un vélo a fait l’objet d’une telle attention cette semaine. Il passera, ou est passé, mais il a laissé le triste écho d’une chose quand il a sonné qu’"il devrait y avoir un parti nazi légalisé au Brésil" et que "si le type est anti-juif, il a le droit d’être anti-juif". À la même occasion, un autre député a beuglé que le nazisme n’aurait pas dû être criminalisé en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale.

Face à cela, l’ambassade d’Allemagne au Brésil a publié une déclaration affirmant que "défendre le nazisme n’est pas la liberté d’expression". C’était parfait. D’un point de vue juridique, les juristes ont déjà démontré jusqu’à épuisement que la Constitution fédérale n’abrite pas les agressions, les insultes à l’être humain sous le couvert de la liberté d’opinion ou d’expression. Dans son article 5, alinéa XLI, il est déterminé que la loi sanctionne toute discrimination à l’encontre des droits et libertés fondamentaux.

Et plus encore : au Brésil, la Constitution fédérale est alignée sur les pactes internationaux afin de protéger la liberté d’expression et la dignité humaine, en défendant toujours l’idée qu’il n’existe pas de droit absolu. La Constitution prévoit, dans son article 3, point IV, que "les objectifs fondamentaux de la République fédérative du Brésil sont de promouvoir le bien-être de tous, sans préjudice de l’origine, de la race, du sexe, de la couleur, de l’âge et de toute autre forme de discrimination".

Ce qui importe le plus ici, au-delà de sa sanction légale, c’est le caractère anti-civilisant de ceux qui ouvrent leur mâchoire pour soutenir ou applaudir le nazisme. Karl Marx, en défendant la liberté de la presse, a écrit que les fleurs poussent même dans les marécages. Mais ici, nous le savons tous, le jeune Marx ne défendait pas le marécage du 20ème siècle, dont le nom politique et idéologique est le nazisme, qui enterre toutes les libertés démocratiques. Ce marécage, qui extermine les réalisations de l’humanité, a fait l’objet de l’opposition absolue de Karl Marx, même si, à son époque, le monstre ne montrait pas son visage.

Je pense que la relation entre une "personne" défendant le nazisme et nous
arrivons une semaine plus tard à la Journée internationale de
commémoration de l’Holocauste

C’est la raison pour laquelle on se souvient du grand écrivain Primo Levi,
l’un des survivants de l’Holocauste. Et, bien sûr, on ne rappellera jamais
assez que l’Armée rouge a libéré le camp de la mort d’Auschwitz. La destruction de la machine de guerre nazie que l’Armée rouge a accomplie, avec un sacrifice humain de foules et de soldats soviétiques jamais vu auparavant, trouve l’un de ses plus grands souvenirs dans l’un de ceux qui ont été libérés par l’Armée rouge du camp de la mort d’Auschwitz.

Primo Levi, un de ces hommes rendus libres, nous a légué à jamais dans "Is This a Man ?" ces lignes ;

"Éviter la sélection pour la mort, pour le gaz, est assez difficile. Ceux qui ne le peuvent pas essaient de se défendre par d’autres moyens. Dans les latrines, dans les toilettes, nous nous montrons mutuellement nos poitrines, nos fesses, nos cuisses, et nos compagnons nous encouragent : " Ne t’inquiète pas, ce ne sera pas ton tour... Personne ne refuse cette aumône aux autres ; personne n’est si sûr de son sort qu’il puisse s’encourager à condamner les autres... ". J’ai aussi menti sans vergogne au vieux Wertheimer ; je lui ai dit que si on l’interrogeait, il devait répondre qu’il avait 45 ans et qu’il ne devait pas manquer de se raser la veille, même si cela lui coûtait un quart de sa ration de pain. (Un petit morceau de lame de rasoir échangé contre un morceau de pain)...

Pannwitz est grand, mince, blond ; il a les yeux, les cheveux, le nez comme tous les Allemands devraient les avoir, et il est assis, formidable, derrière un bureau rempli de papiers. Moi, Häftling 174517, je me trouve dans son bureau, qui est vraiment un bureau, brillant, propre, soigné ; j’ai l’impression que si je touchais quelque chose, cela laisserait une trace de saleté.

Le Dr Pannwitz finit d’écrire et me regarde. ....

Lorsque je suis redevenu un homme libre, j’ai eu envie de le rencontrer à nouveau, non pas par vengeance, mais par curiosité pour l’âme humaine. Parce que ce regard n’a pas été croisé entre deux hommes. Si je pouvais expliquer en profondeur la nature de ce regard, échangé comme à travers la vitre d’un aquarium entre deux êtres habitant deux milieux différents, je pourrais expliquer l’essence de la grande folie du Troisième Reich".

Face à une telle grandeur et vérité de la littérature, toute la boue est silence.

*Ecrivain et journaliste, auteur de "La plus longue durée de la jeunesse".

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...