Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

La nouvelle guerre civile : « Le pire scénario serait que le Mozambique devienne un nouvel Afghanistan »

Joseph Hanlon est un journaliste anti-impérialiste, chercheur et visiting senior fellow en développement international à la London School of Economics, au Royaume-Uni. Il est l’éditeur de Mozambique News Reports and Clippings, a été reporter de la BBC au Mozambique entre 1979 et 1985 et a écrit plusieurs livres et de nombreux articles sur ce pays, en anglais et portugais.

Inprecor no 687-688, juillet-août 2021

Entretien de Mariana Carneiro avec Joseph Hanlon*

Mariana Carneiro : La cupidité et la corruption des dirigeants du parti au pouvoir, le Frelimo (1), jouent un rôle central dans le conflit du Cabo Delgado. Mais ce rôle ne serait pas possible sans le soutien et l’encouragement de la communauté internationale, des institutions et des banques étrangères.

Joseph Hanlon  : Le Frelimo s’est imposé dans la période post-indépendance comme un gouvernement multiracial se réclamant socialiste et qui représentait une menace pour les États-Unis d’Amérique et l’Afrique du Sud de l’apartheid.

Lorsque Ronald Reagan est devenu président des États-Unis, il a intensifié la guerre froide et déclenché des guerres par procuration. L’une de ces guerres a eu lieu au Mozambique. Les États-Unis ont utilisé l’Afrique du Sud pour attaquer le pays, créer la Renamo (2), etc.

Chronologie du Mozambique

Avec la fin de la guerre froide, la guerre par procuration a pris fin. Les dégâts ont été énormes. Au moins un million de personnes sont mortes dans cette guerre. Les infrastructures ont été gravement touchées, la Renamo ayant détruit toutes les activités économiques dans les zones rurales. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) sont arrivés et ont dit : « Nous allons vous sauver ». Et ils ont exigé la même chose que ce qu’ils ont imposé en Europe de l’Est et en Asie centrale : une « thérapie de choc », qui consiste essentiellement à tenter de convertir rapidement les « communistes » en capitalistes. Et pour créer des oligarques et une corruption massive, ce qui est arrivé au Mozambique.

Ainsi, depuis 1995, de nouveaux capitalistes ont été créés au Mozambique (3). On leur donne des entreprises privatisées, on leur accorde des prêts de la Banque mondiale, sans avoir à se soucier de les rembourser… Et leurs entreprises dépendent entièrement de contrats avec l’État. Le fait qu’ils soient l’élite de l’État est donc le moyen de devenir des hommes d’affaires. La construction du Mozambique capitaliste passe par une fusion du parti et des affaires.

Il est important de mentionner qu’en 1995, le Mozambique était un pays extrêmement pauvre. À l’époque, les ressources naturelles n’étaient pas encore exploitées. Toutes les connexions pour faire de l’argent impliquaient des capitaux étrangers. Au cours des vingt années suivantes, un système a été développé que j’appelle « oligarques compradores » (4). Le plus grand oligarque est Armando Guebuza, possiblement déjà l’homme le plus riche du pays lorsqu’il est devenu président du Mozambique (5). Ce qui est important à propos d’Armando Guebuza, c’est qu’il avait été commandant du Frelimo pendant la guerre de libération nationale (6).

Sous la présidence de Guebuza (7), un système très complexe de clientélisme est créé. Le FMI et la Banque mondiale ont appris aux Mozambicains qu’il faut payer pour tout, même pour les services qui devraient être garantis par l’État. Ce fut le capitalisme.

Dans ce système clientéliste, toutes les personnes en dessous de vous font ce que vous leur dites de faire. Et vous faites ce que tout le monde au-dessus de vous vous dit de faire. Et la personne au milieu gagne de l’argent grâce à sa position. Ce système est connu localement sous le nom de « cabritismo » (8), d’après le dicton « la chèvre mange là où elle est attachée ». Au niveau du district, à un moment donné, le responsable local reçoit un appel téléphonique d’un ministre ou d’un gouverneur lui indiquant de céder des terres à une certaine personne. Tout le système fonctionne de cette manière, au point que l’éducation est capturée par la machine électorale. Les enseignants doivent satisfaire le directeur de l’école en travaillant activement [pour le Frelimo] lors des élections et, en contrepartie, ils peuvent demander des pots-de-vin aux élèves et aux parents, et ils ne sont pas tenus d’assister aux cours (9). Les enseignants de l’opposition (10), quant à eux, sont mutés dans une école de brousse.

Mariana Carneiro : Quand la vague de privatisations a-t-elle commencé au Mozambique ?

Joseph Hanlon : Pendant la guerre. Le Mozambique a littéralement privatisé des milliers d’entreprises. C’était une condition de la « thérapie de choc » imposée par le FMI et la Banque mondiale, qui exigeaient également la privatisation des banques commerciales publiques (Banco Comercial de Moçambique et Banco Popular de Desenvolvimento). Les entreprises les plus rentables ont été confiées à des multinationales étrangères. Et tout le reste est allé à l’élite mozambicaine. Le Frelimo lui-même voulait acheter les généraux pour la guerre, en leur donnant des entreprises, des terres, etc.

L’une des choses que nous savons maintenant, officiellement, est que la Banque mondiale a insisté pour que des prêts soient accordés aux Mozambicains pour qu’ils acquièrent les entreprises privatisées. Ce processus a été réalisé grâce à un fonds de la Banque mondiale. Les banques mozambicaines ont prévenu que ces entreprises ne seraient pas en mesure de rembourser les prêts. Un rapport d’évaluation interne officiel indique que la Banque mondiale leur a donné pour instruction de continuer à les leur accorder.

Mariana Carneiro : Entre-temps, les ressources minérales sont apparues…

Joseph Hanlon  : À partir de 2005, plusieurs ressources ont été découvertes et on a pris conscience que le Cabo Delgado (11) était riche en minéraux. Il y a du graphite, des rubis, des sables bitumineux…

La mine de rubis est contrôlée par l’oligarque Raimundo Pachinuapa, qui était un combattant de la guérilla dans la lutte de libération nationale (12).

Mariana Carneiro : C’est devenu un général…

Joseph Hanlon : Un général et membre du comité politique du Frelimo. Près de soixante ans plus tard, ce sont les mêmes personnes qui dirigent le parti.

Et le plus grand oligarque du Cabo Delgado est Alberto Chipande, celui qui aurait tiré le premier coup de feu pendant la guerre (13). Chipande est également toujours resté membre de la commission politique du Frelimo en tant que « parrain » de Cabo Delgado.

Mariana Carneiro : Pachinuapa s’est allié avec les Britanniques de Gemfields…

Joseph Hanlon
 : Il a utilisé sa position pour s’emparer des terres où se trouve la mine, a chassé des milliers de personnes et a confié à Gemfields 75 % de l’entreprise à condition de ne rien faire et de garder 25 % de l’argent récolté.

Le directeur de Gemfields au Mozambique est Samora Machel Júnior, Samito (14). Tout se fait en famille. Ces gens contrôlent l’économie du Cabo Delgado : le légal et l’illégal. Et ce qui est légal ou illégal change. Les habitants de la côte faisaient le commerce de ces produits – ivoire, bois, etc. – depuis des générations. C’est devenu, techniquement, illégal, mais personne au départ n’a pris cette interdiction très au sérieux. Entre-temps, les oligarques en sont venus à contrôler toutes ces transactions, en association avec les familles de commerçants asiatiques établies dans la province. Dans le sud de l’Italie, il existe un ensemble de familles mafieuses qui contrôlent le territoire. Au Cabo Delgado, il y a un groupe d’oligarques qui contrôle l’économie.

Ainsi, les investissements au Cabo Delgado n’ont pas profité et ne profitent toujours pas à la population car les oligarques gardent tout l’argent.

Mariana Carneiro : Les oligarques et les multinationales étrangères…

Joseph Hanlon : Attention, je parle ici de la période encore antérieure au gaz naturel. En ce moment, nous avons le commerce du bois qui va en Chine, le trafic de la drogue venue d’Afghanistan.

Lorsque le gaz est découvert, vers 2010, l’échelle devient différente. Il s’agit du deuxième plus grand champ gazier d’Afrique. Et cela arrive à un moment où le gaz naturel liquéfié (GNL) est transporté dans le monde entier. Un gaz qui, il y a vingt ans, n’aurait eu aucune viabilité marchande, peut maintenant être transporté sous forme de GNL.

Soudain, les gens se sont mis à parler d’énormes sommes d’argent : 100 milliards d’euros d’investissements, des revenus pour le Mozambique en vingt-cinq ans de 95 milliards d’euros. L’élite politique et économique pensait que le Mozambique serait « l’El Dorado », tout comme Abu Dhabi, le Qatar ou le Koweït.

Mariana Carneiro : Et puis le Crédit Suisse entre en scène…

Joseph Hanlon  : Le Crédit Suisse a établi des liens avec Guebuza, ou du moins avec la famille de Guebuza. Et il a proposé un accord formidable : un prêt de 2 milliards de dollars qui n’aurait pas à être remboursé, car l’argent du gaz le couvrirait, et un système de protection des côtes. De plus, les pots-de-vin perçus pourraient s’élever à 300 ou 400 millions de dollars. Le tout gratuitement. Et les Mozambicains ont dit oui, ça leur semblait être une bonne affaire. Le Crédit Suisse a toutefois prévenu que cet accord devait rester secret, car il violait les règles du FMI. Nous parlons d’une des plus grandes banques du monde qui dit : « Ne vous inquiétez pas, tout va bien, le gaz remboursera le prêt ». La banque a donc voulu augmenter la taille de la dette, augmenter le montant du prêt. La proposition secrète prévoyait la création d’une flotte de pêche au thon, d’une société de sécurité maritime et d’une société de réparation et d’entretien de navires.

Lorsque le prêt à Ematum – Empresa de Atum de Moçambique (15) – a été rendu public en 2013, le gouvernement mozambicain a garanti qu’il n’y avait plus de dettes, et le FMI a seulement demandé que le prêt soit inclus dans le budget de l’État. Cependant, en avril 2016, le Wall Street Journal a révélé une dette cachée de 622 millions de dollars au profit de ProIndicus (16) et une autre de 535 millions de dollars de MAM (17), toutes deux assorties de garanties de l’État mozambicain. Une fois de plus, le gouvernement mozambicain a affirmé à la face de Christine Lagarde que l’accord secret n’avait pas eu lieu, qu’il n’y avait pas de dette cachée (18).

Les prêts accordés aux trois sociétés – Ematum, ProIndicus et MAM – prévoyaient d’importants achats de bateaux, d’avions, d’équipements de communication et d’autres matériels en provenance de France, d’Allemagne, du Portugal, de Turquie, de Chine, d’Inde, d’Israël, de Suède, d’Autriche, de Roumanie et des États-Unis.

Deux autres crédits fournisseurs secrets de 221 millions de dollars contractés par le ministère de l’Intérieur entre 2009 et 2014, dont des voitures blindées pour répondre aux menaces d’émeutes à Maputo en avril 2016, ont également été rendus publics. Au total, le gouvernement a secrètement garanti 2 228 millions de dollars de dettes.

Christine Lagarde a considéré comme une offense personnelle le fait d’être trompée par des ministres du gouvernement du Mozambique. Le FMI a alors annulé les lignes de crédit et les donateurs d’aide budgétaire ont cessé leurs paiements. Mais ils ont continué à financer des projets (19).

Le Frelimo a réussi à survivre à cette situation, en cessant de payer ses factures, en abandonnant des projets…

Une étude récente du CIP (20) révèle que le coût réel des dettes cachées pour les Mozambicains s’élève à 11 milliards de dollars, essentiellement en raison des dommages que les donateurs ont causés à l’économie, pour punir le gouvernement. Et les sanctions fonctionnent rarement, car elles pénalisent les gens, pas les gouvernements.

Chronologie du Mozambique

Mariana Carneiro : Que s’est-il passé avec l’avancée de l’exploration gazière ?

Joseph Hanlon : Le projet gazier a avancé dans une première phase avec la compagnie pétrolière nord-américaine Anadarko (21) et la compagnie italienne Eni. À cette époque, plusieurs étrangers et personnes du Sud (22) ont commencé à venir au Cabo Delgado. La population locale a réalisé qu’elle ne bénéficierait pas de l’exploration gazière. Anadarko a déclaré aux banquiers que 15 000 travailleurs, principalement des Philippins, seraient amenés de l’étranger.

L’accord de prêt de 14,9 milliards de dollars, signé en juillet 2020 pour financer le projet gazier, prévoyait que UK Export Finance garantirait 1 milliard de dollars, soutenant la création de 2 000 emplois au Royaume-Uni, et que US Export-Import Bank interviendrait à hauteur de 4,7 milliards de dollars, ce qui garantirait 16 700 emplois aux États-Unis. Le projet de construction lui-même ne fournirait que 2 500 emplois aux Mozambicains. De plus, la plupart des emplois mozambicains ne seraient pas occupés par des personnes du Cabo Delgado, ce qui a alimenté les sentiments de marginalisation et d’injustice.

Mariana Carneiro : Et ce sentiment d’exclusion est finalement exploité par les insurgés, connus localement sous le nom de machababos.

Joseph Hanlon : Oui. Il y a un phénomène mondial de fondamentalistes, chrétiens comme muslmans. Dans le nord du Mozambique et en Tanzanie, nous avons les deux en même temps. La région côtière mwani (23) est musulmane. Et il y a là des prédicateurs fondamentalistes qui disent aux enfants et aux jeunes de la région que la charia apportera l’égalité, garantissant à chacun une part de cette richesse. Leur message est très simple : la charia est socialiste. C’est le message que les mouvements de libération nationale diffusaient à la fin des années 1960 : celui de l’indépendance et que le socialisme garantirait une redistribution équitable des richesses. Plus de cinquante ans plus tard, le message est le même, mais au lieu de l’indépendance, c’est la charia.

Il existe un autre phénomène qui est également à l’origine de la guerre à Cabo Delgado : la violence au long de la côte. Les habitants sont convaincus que les élites ne veulent pas seulement les exploiter, mais aussi les tuer (24). Et donc ils croient qu’ils doivent combattre et peut-être tuer les élites. La méfiance est totale. Parce qu’ils ont l’habitude de devoir payer pour avoir accès aux services de santé, si quelqu’un vient leur dire qu’il va mettre du chlore dans l’eau et ne leur demande pas d’argent, ils pensent qu’il va mettre le choléra dans l’eau et qu’il veut les empoisonner. Des professionnels de la santé et des élites ont été tués à coups de machette.

Si nous regardons les paysans mozambicains, ils n’ont que deux outils : les houes et les machettes. C’est un outil agricole. Lorsque les machababos (25) ont commencé à faire les premières incursions, avec une douzaine de personnes, ils n’avaient qu’une ou deux armes. Les attaques ont été faites avec des machettes.

Lorsque l’attaque de Mocímboa da Praia a eu lieu (26), le recrutement a commencé parmi les habitants locaux. La guerre s’est étendue. Depuis lors, nous avons vu l’utilisation de tactiques de guérilla. Si nous regardons la guerre de la Renamo, nous trouvons plusieurs similitudes. Et cela n’a rien à voir avec l’islamisme fondamentaliste. C’est ce que font les guérilleros. Il est possible qu’ils reçoivent une formation de l’extérieur. Le Cabo Delgado devient un point d’ancrage, et certainement des djihadistes sans liens organisationnels préalables sont attirés dans la province (27).

L’attaque de Mocímboa da Praia de 2020 était probablement mieux coordonnée. Toutes les armes, à l’exception peut-être des mortiers, avaient été volées à la police. Mais à Mocímboa da Praia, quelqu’un a coulé un bateau avec un lance-grenades RPG. Je pense que cela suggère que cette personne a été formée et a appris à le manier.

Les machababos ne transmettent pas un message islamique, mais un message anti-gouvernemental. À Palma (28), ils ont dit à la population [du bourg] qu’ils ne voulaient pas les toucher, pas plus que les paysans. La cible était l’administration du district. Ils n’ont même pas touché les intérêts internationaux. Ce sont les soldats du gouvernement qui ont passé dix jours à mettre Palma à sac (29).

Mariana Carneiro : … et à piller des banques.

Joseph Hanlon : C’est vrai.

Mariana Carneiro : Pendant ce temps, la guerre s’intensifie…

Joseph Hanlon : Lorsque le gouvernement a eu recours à des mercenaires, les insurgés ont cherché un soutien pour équilibrer les forces. Et il semble qu’ils aient pu vaincre les Russes [Groupe Wagner] très facilement. Mais ils n’ont pas pu vaincre le DAG [Dyck Advisory Group, d’Afrique du Sud].

Mariana Carneiro : Quelle est la meilleure façon de combattre cette guerre ?

Joseph Hanlon : La meilleure façon de résoudre cette guerre est de créer des emplois. La plupart des insurgés se battent parce qu’ils veulent un travail, un salaire. Si 10 000 emplois étaient créés, la guerre serait terminée, car il n’y aurait plus personne pour se battre. Et c’est facile à faire, nous savons comment le faire.

Je donne toujours l’exemple de Franklin D. Roosevelt aux États-Unis, président pendant la grande dépression des années 1930. La crainte était que les chômeurs deviennent communistes et renversent le gouvernement. Roosevelt a institué la Works Progress Administration (WPA), qui a créé très rapidement des millions d’emplois et assuré la scolarisation et la formation professionnelle des travailleurs.

Si nous le voulions, nous pourrions arrêter la guerre, mais il semble que personne ne soit intéressé à le faire.

Mariana Carneiro : À l’heure actuelle, plusieurs pays veulent participer à l’action.

Joseph Hanlon : Tout le monde veut jouer. Tout le monde veut envoyer ses soldats au Mozambique, pour différentes raisons.

Mariana Carneiro : Qu’est-ce que ces pays ont l’intention de défendre ?

Joseph Hanlon : S’ils envoient des troupes, même si ce n’est que pour une formation, ils ne peuvent pas dire qu’ils envoient l’armée pour aider les oligarques à tuer des paysans affamés. Ils doivent dire qu’ils vont aider à combattre « l’Empire du mal ». Et qui est le nouvel « Empire du mal » ? L’islam. La version doit donc être que toute cette situation est liée au terrorisme islamique et vient de l’extérieur.

Les États-Unis d’Amérique prennent la tête de ce processus. Le pays souhaite depuis longtemps disposer d’une base au Mozambique, à Nacala. C’est un endroit assez profond pour les sous-marins (30), et il y a un grand aéroport. Par conséquent, les États-Unis veulent faire du Mozambique le nouvel Afghanistan.

Le Portugal et l’Afrique du Sud ont tous deux perdu des guerres au Mozambique. L’Afrique du Sud a perdu la guerre de la Renamo, et le Portugal a perdu la guerre d’indépendance. Ils veulent absolument avoir des troupes sur le terrain pour des raisons psychologiques (31). Et les armées de ces pays ont besoin de soutien. L’Afrique du Sud réduit son budget militaire. Si l’Union européenne paie l’Afrique du Sud pour qu’elle envoie ses soldats, ce serait merveilleux. Le Portugal a encore la gueule de bois après avoir été battu par le Frelimo.

La France et l’Afrique du Sud veulent également continuer à contrôler le canal du Mozambique et la France est très intéressée par l’envoi de la Légion étrangère dans ce pays.

Il est intéressant de noter qu’aucun des pays qui veulent envoyer du personnel militaire au Mozambique n’a jamais gagné une guerre de guérilla. Ils envoient une bande de perdants pour aider le Mozambique.

Mariana Carneiro : C’est une bonne perspective…

Joseph Hanlon : Tous les perdants veulent réessayer.

La France a encore un autre problème. Le pays veut vraiment défendre Total et sécuriser l’exploration du gaz.

Il reste le Rwanda, qui a une armée très professionnelle. Ils sont l’un des principaux contributeurs aux forces de maintien de la paix en Afrique. Ils peuvent créer la zone de sécurité dont Total a besoin (32), si la France ou l’Union européenne paie. Plusieurs négociations sont encore en cours (33).

Mariana Carneiro : Mais l’avenir du gaz est également conditionné par la crise climatique.

Joseph Hanlon : Lorsque le gaz a été découvert il y a dix ans, c’était le carburant miracle. Il contient deux fois moins de carbone que le charbon, est excellent pour l’environnement, etc.

Deux objectifs différents en matière de réchauffement climatique sont utilisés – une augmentation de la température par rapport aux niveaux préindustriels de 1,5°C ou 2°C. La différence semblait minime jusqu’à ce que des scientifiques et des hommes d’affaires y regardent de plus près.

Pour le Mozambique, un réchauffement de 2 ºC entraînerait des cyclones beaucoup plus violents et des sécheresses plus graves qu’avec un réchauffement de 1,5ºC.

BP l’année dernière et, très récemment, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont réalisé des modèles sur ce que serait la consommation d’énergie à 1,5ºC et à 2ºC. À 1,5ºC, le pic de gaz a déjà été atteint. L’AIE a souligné que dans ce cas, il n’y a plus de marché pour le nouveau gaz.

Mariana Carneiro : En gros, il dit qu’il n’y a pas d’avenir pour le développement de projets gaziers au Mozambique ?

Joseph Hanlon : Si le monde s’accorde sur un objectif de 1,5°C, il n’y a pas de marché. Mais les compagnies gazières espèrent un objectif de 2°C, car cela signifiera un énorme marché pour le gaz, y compris celui du Mozambique.

Le Mozambique est invité à accepter l’argent du gaz en échange d’une aggravation des cyclones et des sécheresses. Une fois de plus, c’est le peuple qui souffrira.

Mais l’environnement change. Ces dernières semaines, ExxonMobil a subi une énorme pression de la part de ses actionnaires, qui affirment que l’entreprise deviendra plus rentable si elle cesse d’exploiter les combustibles fossiles. Il semble peu probable qu’ExxonMobil aille de l’avant avec sa part du gaz au Cabo Delgado.

La décision de Total devra tenir compte de la sécurité et du marché. Il faut comprendre que la seule fonction des PDG de ces entreprises est d’augmenter le prix des actions. Le PDG de Total aura disparu bien avant que le projet ne commence à produire du gaz.

Mariana Carneiro : Dans ce contexte, quels sont les meilleurs et les pires scénarios ?

Joseph Hanlon : Le meilleur scénario est de créer 10 000 emplois et de mettre fin à la guerre. Le pire scénario est que le Mozambique se transforme en un nouvel Afghanistan.

* Joseph Hanlon est un journaliste anti-impérialiste, chercheur et visiting senior fellow en développement international à la London School of Economics, au Royaume-Uni. Il est l’éditeur de Mozambique News Reports and Clippings, a été reporter de la BBC au Mozambique entre 1979 et 1985 et a écrit plusieurs livres et de nombreux articles sur ce pays, en anglais et portugais.
Mariana Carneiro est journaliste au site Esquerda.net, lié au Bloc de Gauche portugais.
Cet entretien a d’abord été publié le 20 juin 2020 sous le titre « Cabo Delgado : “Pior cenário é Moçambique transformar-se no Afeganistão” » par les site Esquerda.net (https://www.esquerda.net/artigo/cabo-delgado-pior-cenario-e-mocambique-transformar-se-no-afeganistao/75133).
Traduction du portugais et annotation de Michel Cahen.
Nous remercions J. Hanlon et M. Carneiro de l’autorisation pour sa publication dans Inprecor.

Notes

1. Le Frelimo (Front de libération du Mozambique) a mené la lutte armée anticoloniale contre le Portugal de 1964 à 1974. Il est au pouvoir depuis 1975, d’abord comme « parti unique marxiste-léniniste » de 1975 à 1990, puis comme parti hégémonique néolibéral. Il a gagné toutes les élections dans des conditions plus ou moins frauduleuses et est gangrené par une corruption massive. Les premières élections multipartisanes ont eu lieu sous l’égide de l’ONU en octobre 1994 et le premier gouvernement élu a été investi en janvier 1995.

2. La Renamo (Résistance Nationale du Mozambique), créée avec le soutien de la Rhodésie en 1976 puis soutenue par l’Afrique du Sud, a mené une révolte armée contre le régime du Frelimo de 1977 à 1992, date des accords de paix de Rome. Le débat a fait rage dans les milieux concernés pour savoir s’il s’agissait d’un mouvement fantoche (« bras régional armé de l’apartheid ») ou d’un mouvement certes créé avec l’appui des racistes blancs mais qui ensuite a réussi à créer une vraie base sociale, notamment auprès de paysans refusant la politique de modernisation autoritaire du Frelimo (regroupement obligatoire en « villages communaux », répression des religions traditionnelles, marginalisation des chefs communautaires, etc.). Ici, J. Hanlon penche plutôt pour la première de ces thèses.

3. Le premier tournant économiquement libéral au Mozambique a eu lieu encore en pleine période de « marxisme-léninisme » en 1983, avec l’adhésion du pays au FMI, à la Banque Mondiale et à la Convention de Lomé en 1985 et avec le plan d’ajustement structurel de 1987. Il s’agissait aussi de vider les revendications « pro-capitalistes » de la Renamo de leur bien-fondé puisque le Frelimo lui-même devenait capitaliste, et cela correspondait aussi à la mutation sociale de son élite dirigeante. Le tournant néolibéral s’est ensuite accentué continuement, malgré les émeutes de la faim de 2008 et 2010.

4. Oligarques [mozambicains] agissant en tant qu’agents d’organisations étrangères engagées dans l’investissement, le commerce ou l’exploitation économique ou politique.

5. Suite aux élections d’octobre 2004, il est investi en janvier 2005. Il avait été notamment ministre des Transports pendant la guerre civile et avait défendu au sein du parti la thèse de la transformation directe de l’élite politique du Frelimo en « bourgeoisie nationale », ce qu’il a pratiqué lui-même.

6. Il avait aussi été comissaire politique national lors de l’indépendance et était censé être proche de l’URSS, ce qui ne l’a pas empêché de développer ses affaires (un « élevage de canards », disait-il).

7. Il a été président pendant deux mandats (2005-2009, 2010-2014) mais n’a pas réussi à convaincre son propre parti de modifier la constitution pour lui permettre d’en briguer un troisième.

8. De cabrito (chèvre). Une traduction littérale serait « chevrisme ».

9. Les demandes de faveurs sexuelles sont également monnaie courante et très rarement réprimées. Les parents conseillent même souvent aux jeunes filles de ne pas se plaindre, afin d’obtenir le diplôme.

10. Un parti d’opposition autre que la Renamo, le MdM (Mouvement démocratique du Mozambique) est assez implanté auprès des enseignants.

11. Le Cabo Delgado est une vaste province au nord-est du Mozambique, frontalier de la Tanzanie, en face de l’archipel des Comores. Sa population multi-ethnique a une riche civilisation forgée par les siècles de son insertion à la sphère swahilie et de l’océan Indien. C’est une des zones de plus forte implantation de l’islam dans le pays, notamment sous la forme des confréries soufies.

12. Le rubis était déjà exploité depuis plusieurs années de manièrs artisanale, jusqu’à ce que l’entreprise de R. Pachinuapa en obtienne la concession et expulse les artisans mineurs – ce qui provoqua plusieurs assassinats. Certains de ces anciens mineurs ont ensuite rejoint la rébellion djihadiste.

13. Selon la version officielle de l’histoire, le premier coup de feu de la guerre de libération aurait eu lieu le 25 juin 1964, par un groupe commandé par Alberto Chipande.

14. Samora Machel Junior, dit Samito, est l’un des fils de Samora Machel, l’ancien président « marxiste-léniniste », et charismatique, du Mozambique depuis l’indépendance, mort dans un accident d’avion en 1986.

15. Prêt de 850 millions d’euros pour une flotte de thoniers et de sécurité maritime, détenu à 33 % par l’IGEPE (une holding d’État), à 33 % par Emopesca (société de pêche d’État) et à 33 % par le SISE (Service d’information et de sécurité de l’État, la toute-puissante police secrète dont le budget dépasse souvent celui du ministère de l’Agriculture). La commande a été passée aux chantiers navals de Cherbourg et l’inauguration du chantier a été faite en présence du président François Hollande en 2013.

16. Société créée pour assurer la sécurité maritime, notamment pour les opérations pétrolières et gazières en mer, détenue à 50 % par Monte Binga (ministère de la Défense et société du gouvernement central) et à 50 % par le SISE.

17. Mozambique Asset Management, société constituée pour la réparation et l’entretien maritime, détenue à 98 % par le SISE et à 1 % chacun par Ematum et Proindicus. Les montages pour les trois sociéts concernées y donnaient en fait tout le pouvoir aux services secrets.

18. Des prêts d’un tel montant auraient, selon la Constitution, dû être approuvés par l’Assemblée nationale, ce qui ne posait pas de problème politique (le Frelimo est majoritaire), mais aurait empêché le secret et alerté le FMI qui surveillait le niveau d’endettement maximum du pays. Ces prêts clandestins, garantis par l’État, ont donc été de surcroît illégaux.

19. C’est surtout l’aide étrangère directe au budget de l’État qui a été stoppée.

20. Centre pour l’intégrité publique, une courageuse ONG anti-corruption du pays.

21. Compagnie américaine ensuite rachetée par Total.

22. Historiquement, l’élite politique du Frelimo est surtout originaire de l’extrême sud, où se trouve la capitale, Maputo.

23. Les Mwani forment la population côtière majoritaire du Cabo Delgado, historiquement liés à l’aire swhahili et musulmans. Ils ont toujours été marginalisés par le Frelimo au profit des Maconde, groupe minoritaire plus dans l’intérieur, qui a été le fer de lance de la guérilla au début de la lutte armée anticoloniale (même si la direction politique était surtout du sud).

24. Cette conviction est ancienne, d’où, par exemple, le fréquent refus des vaccinations (prises pour une injection de poison), etc. Les confiscations de terres paysannes par des dirigeants pour des projets d’agro-négoce ou gaziers renforcent cette conviction.

25. Les gens appellent les insurgés Al-Shabaab, ce qui veut dire « les jeunes » (même nom qu’en Somalie, mais sans rapport organisationnel) car la rébellion a commencé sous la forme d’une dissidence salafiste menée notamment par des jeunes. En portugais local, avec la mention du pluriel bantou « Ma- » et la mention du pluriel en portugais « -os », cela donne Machababos.

26. En 2017. Cette ville a été reprise en août 2020 par les insurgés et jamais reconquise par le pouvoir.

27. Le groupe a officiellement adhéré à l’État islamique (région d’Afrique centrale), mais cela ne diminue en rien l’importance des facteurs locaux.

28. Bourgade au nord de Mocimboa da Praia, à six kilomètre d’Afungi où Total avait son camp de base, abandonné depuis.

29. Dès que les insurgés ont quitté le bourg (en restant dans les environs), les détachements militaires gouvernementaux ont pillé la ville (y compris les banques et l’église catholique que les insurgés n’avaient pas touchée).

30. Nacala, principal port de la province de Moçambique (avec un « ç », à distinguer du Mozambique avec un « z », le pays), située au sud de celle du Cabo Delgado, dispose d’un formidable port naturel qui a toujours intéressé l’OTAN.

31. Le Portugal a utilisé sa position de présidence de l’Union européenne de janvier à juin 2021 pour pousser à une intervention militaire.

32. Après l’attaque de Palma (mars 2021), Total a (provisoirement) cessé ses opérations, retiré tout son personnel et gelé les accords de sous-traitance avec des entreprises mozambicaines.

33. Depuis cet entretien, l’armée rwandaise a commencé à intervenir au Cabo Delgado. L’actuel président mozambicain, Felipe Nyusi, a joué sur la concurrence entre le Rwanda et la SADC (communauté de l’Afrique australe, qui inclut l’Afrique du Sud et le Zimbabwe) pour diminuer l’importance de la seconde dans l’intervention. Il préfère une intervention d’un pays plus lointain plutôt que celle de ses voisins. Un journaliste rwandais d’opposition réfugié au Mozambique a été arrêté, juste après l’accord de Nyusi avec P. Kagamé, par des inconnus et n’a pas réapparu depuis. Certaines analyses pointent aussi le fait que F. Nyusi a peur que ces interventions étrangères ne déstabilisent le trafic de drogue dans lequel de hauts dirigeants du parti sont investis, la drogue arrivant du Pakistan sur la côte des provinces septentrionales du Cabo Delgado et de Moçambique et étant convoyée avec toutes les complicités nécessaires vers la capitale et, de là, vers l’Afrique du Sud et l’Europe.


Chronologie du Mozambique

800.000 kilomètres carrés.

Les eaux territoriales du canal de Mozambique sont riches en hydrocarbures.

Littoral de 2.500 kilomètres sur l’océan Indien.

Le Mozambique regorge de richesses naturelles.

Les fleuves, le Limpopo et surtout le Zambèze, fournissent d’importantes ressources hydrauliques (barrage de Cabora Bassa).

Le sous-sol contient en abondance des phosphates, du graphite, du charbon, des minerais métalliques, de l’or et des pierres précieuses.

Fruit de la longue histoire du pays, la société mozambicaine est une mosaïque de groupes ethniques et religieux. Le catholicisme, la religion de l’ancienne puissance coloniale, rassemble autour de 30 % de la population, autant que les nombreuses églises protestantes. La religion musulmane représente à peu près 20 % de la population, soit 4 millions de fidèles. Les musulmans mozambicains, majoritairement sunnites, sont concentrés dans les provinces du nord du pays (Niassa, Cabo Delgado).

1498

Le 2 mars, dans le sillage des grandes découvertes, le navigateur portugais Vasco de Gama débarque au Mozambique alors qu’il fait route vers les Indes (Goa).

XVIe siècle

Les Portugais s’installent dans la baie Delagoa (la baie du lagon) au Mozambique. Elle constitue une étape importante sur la route de Goa en Inde.

Ils établissent ensuite une série de comptoirs tout le long du canal de Mozambique, de Lourenço Marques (future Maputo) au sud, jusqu’à Plma au nord.

La progression des Portugais, sur la côte d’une part et dans la vallée du Zambèze d’autre part, évince les marchands arabes, perses et indiens qui commercialisent l’ivoire et les esclaves en collaboration avec certains chefs indigènes.

Le territoire pourvoit les Portugais en or et en denrées alimentaires.

1951

Le Mozambique devient une province ultramarine à part entière du Portugal.

Le régime d’Antonio de Oliveira Salazar encourage l’implantation massive des Portugais de la métropole pour développer les grands domaines agricoles ainsi que le secteur industriel et minier.

Années 1960

Tandis que le reste du continent africain rentre dans l’ère des décolonisations, le Portugal de Salazar s’accroche à ses possessions africaines (Mozambique, Angola, Sao Tomé-et-Principe, Guinée portugaise, Cap-Vert).

1962

Création à Dar-es-Salam en Tanzanie du Frelimo (Front de libération du Mozambique).

1964

Les indépendantistes du Mozambique prennent les armes pour obtenir leur indépendance.

Le 25 juin, premières actions de guérilla anti-portugaises.

La guerre d’indépendance est menée par le Frelimo.

La guerre va durer plus de dix ans.

Le message des mouvements de libération nationale est celui de l’indépendance socialiste qui garantira une redistribution équitable des richesses.

1975

10,5 millions d’habitants.

Le 25 juin, proclamation de l’indépendance par Samora Machel.

Fin de la colonisation portugaise.

Le Mozambique sort de la guerre de libération nationale ruiné. Il choisit de s’allier à l’Union soviétique pour se relever.

1976

Création du Renamo (Résistance nationale du Mozambique) avec le soutien de la Rhodésie et de l’Afrique du Sud.

1977

Sur fond de guerre froide, le Mozambique s’enfonce dans la guerre civile. Elle oppose le Frelimo à la Renamo (Résistance nationale du Mozambique) qui fédère toutes les oppositions au président Machel.

En quinze ans, la guerre civile va faire près d’un million de morts et 4 à 5 millions de déplacés, bien plus que la guerre d’indépendance.

1983

Premier tournant économiquement libéral au Mozambique, en pleine période de « marxisme-léninisme », avec l’adhésion du pays au FMI et à la Banque Mondial.

1985

Adhésion à la Convention de Lomé.

1986

Mort dans un accident d’avion de Samora Machel.

1987

Plan d’ajustement structurel.

1992

Signature à Rome d’un accord de paix entre Joachim Chissano (Frelimo) et Alfonso Dhlakama (Renamo).

Le pays est exangue et dévasté.

Une nouvelle génération de prédicateurs fondamentalistes, formés au Soudan, en Egypte et en Arabie Saoudite, arrivent au Mozambique.

1995

Le Mozambique est un pays extrêmement pauvre. Les ressources naturelles ne sont pas encore exploitées.

De nouveaux capitalistes se constituent au Mozambique. On leur donne des entreprises privatisées, on leur accorde des prêts de la Banque mondiale, sans avoir à se soucier de les rembourser. Leurs entreprises dépendent entièrement de contrats avec l’État. La construction du Mozambique capitaliste passe par une fusion du parti et des affaires.

2015

Ansar al Sunna, une secte fondamentaliste musulmane, prend les armes à Kibiti, dans le sud de la Tanzanie.

Élection du président Filipe Nyusi.

2017

Ansar al Sunna sème la terreur au Mozambique à partir de la Tanzanie.

Insurrection djihadiste dans la région de Cabo Delgado. Un enclave pilotée par Daech s’y installe.

Ma contrôlée par le pouvoir central, mal reliée au reste du pays, la province de Cabo Delgado est aussi l’une des plus pauvres, régulièrement frappée par des cyclones dévastateurs.

Les 2,3 millions d’habitants de la province de Cabo Delgado se répartissent en trois groupes ethniques antagonistes : les Makondé (chrétiens), les Makua (musulmans) et les Mwani (musulmans).

2019

Le PIB n’atteint pas 500 dollars par habitant.

Le groupe djihadiste Al-Shabab porte allégeance à l’Etat islamique et ne cesse de monter en puissance.

Des cyclones dévastent tout le nord du pays, jusqu’à la ville de Beira au centre du pays.

Réélection du président Filipe Nyusi. Il est régulièrement accusé de corruption.

2020

Le nombre d’attaques de Al-Shabab est multiplié par trois par rapport à 2019. Il a fait plus de 2.800 morts. Les insurgés sont au nombre de 2.000. Ils kidnappent les femmes et les enfants. Les femmes sont mariées de force alors que les enfants sont formés pour devenir des soldats. Quant aux hommes et aux personnes âgées, la plupart sont massacrés.

Découverte des plus importantes mines de rubis de la planète.

Découverte dans la province de Cabo Delgado de gisements de gaz parmi les plus importants au monde. L’Italie (ENI) et la France (Total) sont les principaux investisseurs d’un méga projet gazier. Les Etats-Unis sont également présents avec Anadarko et Exxon Mobil, la Chine via son géant énergétique CNPC, la Russie et son fleuron Rosnet, l’Inde, le Brésil, le Japon, la Thailande.

Le 24 mars, offensive meurtrière de Al-Shabab à Palma. 56.000 déplacés fuient la ville de Palma.

Le 24 mars, les shabbabs islamistes attaquent le port stratégique de Mocimboa da Praia dans la province de Cabo Delgado. Ils mettent à sac la ville de Quissanga deux jours plus tard.

En octobre, un immense gisement de gaz offshore est découvert à 40 kilomètres au large des côtes septentrionales du pays. Ce gisement, estimé à près de 5.000 milliards de mètres cubes, pourrait faire du Mozambique le quatrième exportateur au monde de gaz liquéfié dans dix ans, derrière les Etats-Unis, le Qatar et l’Australie.

Le pays demeure un des plus pauvres au monde.

2021

Population de 30 millions d’habitants, en forte croissance. Elle a triplé en moins de cinquante ans. Elle pourrait doubler encore d’ici 2050.

La moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le pays se classe au 180e rang mondial sur 188 par son indice de développement humain (IDH).

La Chine est le premier créancier du Mozambique.

Fin mars, le groupe Total est contraint de suspendre ses opérations après l’attaque par les groupes djihadistes de la ville de Palma, au nord de la province de Cabo Delgado. Cette ville est abandonnée par les troupes gouvernementales.

Massacres et attentats pèsent de plus en plus fortement sur l’avenir de la province de Cabo Delgado, eldorado gazier, et du pays tout entier.

Des forces spéciales américaines sont envoyées au Mozambique.

Joseph Hanlon

Journaliste

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...