Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique internationale

La perte par le Canada du siège au Conseil de sécurité est l'occasion d'élaborer une politique étrangère plus juste

« L’échec du Canada à obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies constitue un coup dur pour le gouvernement de Justin Trudeau », a déclaré Bianca Mugyenyi, coordonnatrice de l’Institut canadien de politique étrangère. « Mais cette perte est une victoire pour les personnes qui recherchent une politique étrangère canadienne plus juste. »

« Le Canada a perdu face à l’Irlande et à la Norvège en partie à cause de son militarisme, de son appui à des compagnies minières controversées, de son indifférence envers les traités internationaux, de ses positions anti-palestiniennes et de ses politiques climatiques », a souligné Mugyenyi.

« Le rejet mondial de la candidature du Canada à un siège au Conseil de sécurité est une occasion propice pour réévaluer complètement la politique étrangère du pays », a souligné Mugyenyi. « Il y a dix ans, le gouvernement de Stephen Harper avait subi une défaite similaire, qui avait été perçue comme étant une réprimande pour son appui à Washington, aux sociétés minières et pétrolières et aux politiques anti-palestiniennes. Les libéraux avaient alors promis des changements, mais ceux-ci n’avaient été que cosmétiques. Les Canadiens veulent-ils vraiment des politiques étrangères dirigées par Washington et en fonction des intérêts des entreprises ? »

Le Canada a perdu sa candidature au Conseil de sécurité malgré ses nombreux avantages. Il est membre du G7, et il siège au conseil d’administration du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Membre du Commonwealth et de la Francophonie, le Canada utilise les deux principales langues coloniales de ces communautés, et son appareil diplomatique est beaucoup plus vaste que celui de l’Irlande ou que celui de la Norvège.

L’Institut canadien de politique étrangère a participé à une campagne bien médiatisée d’opposition à la candidature du Canada à un siège au Conseil de sécurité. Celle-ci comprenait la remise d’une lettre ouverte à tous les ambassadeurs des Nations Unies, signée par plus de 30 organisations et plus de 3 500 personnes, dont David Suzuki, Noam Chomsky, Pam Palmater et Roger Waters.

Avec notre partenaire Just Peace Advocates, la campagne a incité 1 300 personnes à remettre des lettres à chacun des ambassadeurs des Nations Unies pour exhorter ceux-ci à voter contre la candidature du Canada à un siège au Conseil de sécurité en raison de son bilan anti-palestinien. De plus, 500 personnes ont envoyé par courriel à tous les ambassadeurs des Nations Unies la lettre ouverte générale, 170 personnes ont envoyé par courriel aux ambassadeurs des Caraïbes une déclaration critiquant le rôle du Canada aux Caraïbes, et 120 personnes ont envoyé des lettres à tous les ambassadeurs africains critiquant le rôle du Canada dans ce continent.

Le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne ont été interrogés directement sur la campagne, tandis que l’ambassadeur du Canada aux Nations Unies, Marc-André Blanchard, a remis une lettre aux missions permanentes de tous les pays représentés à l’ONU en réponse à la campagne axée sur les positions anti-palestiniennes du Canada.

Pour plus d’informations :

Bianca Mugyenyi, coordonnatrice de l’Institut canadien de politique étrangère

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Politique internationale

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...