Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les profits record des banques révèlent les gagnants et les perdants économiques de la pandémie

Aujourd’hui, la RBC et la Banque nationale ont publié leurs profits du troisième trimestre, qui étaient respectivement de 4,3 et 2,3 milliards de dollars, soit 3,2 milliards et 2,0 milliards de plus que l’année dernière. Ces profits énormes réalisés par les institutions financières les plus grandes du Canada sont un exemple supplémentaire de la façon dont la pandémie a profité aux particuliers et aux entreprises les plus riches du pays alors que de si nombreux travailleurs et travailleuses continuent d’avoir du mal à joindre les deux bouts et sont laissés pour compte.

Bon nombre des entreprises les plus grandes du Canada ont continué à verser des dividendes à leurs actionnaires même si elles recevaient de l’aide du gouvernement et cinq des six banques les plus grandes du Canada ont réduit leurs effectifs de 4,4 % depuis un an en même temps qu’elles haussaient leurs frais de service.

« Il est clair que la pandémie a fait des gagnants comme des perdants. Bien que les grandes entreprises et les banques ainsi que leurs PDG et leurs actionnaires aient profité de la pandémie, elles ont librement procédé à des mises à pied et maintenu les salaires bas », dit Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada.

« Aux prochaines élections, les partis doivent proposer un plan de relance qui ne laisse pas pour compte les familles travailleuses et qui prévoit d’importants nouveaux investissements dans la mise de notre filet de sécurité social à l’abri des désastres. »

Madame Bruske ajoute que, plutôt que de permettre à la pandémie d’élargir les inégalités existantes et de creuser le fossé entre les riches et les pauvres, le Canada devrait s’assurer que les particuliers riches et les grandes entreprises qui ont réalisé des profits sans précédent pendant la pandémie paient leur juste part. Les fonds ainsi obtenus devraient aider le Canada à se rétablir et à nous maintenir tous en sécurité.

Les Canadiens pour une fiscalité équitable calculent que le gouvernement fédéral pourrait tirer 90 milliards de dollars de recettes par année et réduire les inégalités en :

- supprimant les échappatoires fiscales (26 milliards) ;

- frappant les riches d’impôts équitables (24 milliards) ;

- voyant à ce que les entreprises paient leur juste part (25 milliards) ;

- s’attaquant aux paradis fiscaux (14 milliards) ;

- s’assurant que les pollueurs paient le prix de la pollution (3 milliards).

« L’augmentation de l’équité fiscale pourrait rapporter des milliards de dollars qui pourraient être investis dans le filet de sécurité social et des programmes dont de si nombreux Canadiens et Canadiennes ont besoin et sur lesquels ils comptent – comme les services universels de garde d’enfants, les soins de longue durée, l’assurance-médicaments et des programmes de formation professionnelle qui aideront les gens à passer à des emplois verts et à faibles émissions de carbone », conclut madame Bruske.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...