Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Les responsables de service de garde en milieu familial (CSN) demandent la suspension des négociations

MONTRÉAL, le 23 avril 2020 - Les responsables de service de garde en milieu familial(RSG) affiliées à la CSN ont officiellement déposé, mercredi, une demande de suspension de la négociation auprès du ministère de la Famille. La conjoncture et les préoccupations en matière de sécurité, couplées au manque significatif d’avancement depuis les treize mois que dure la négociation, ont incité les RSG à déposer cette requête.

« Nous traversons une crise sans précédent et nos énergies doivent converger vers une reprise des activités qui respectent la santé et la sécurité de nos RSG. C’est actuellement notre priorité et nous invitons le gouvernement à en faire la sienne. Nos services de garde seront en première ligne pour permettre à des dizaines de milliers de parents de retourner au travail, alors nous proposons aux autorités de nous concentrer mutuellement là-dessus en instaurant des mesures de protection adéquates. Nous adoptons cette position pour rassurer tous les parents qui nous confient leurs enfants et pour assurer la sécurité de nos milieux pour les RSG. C’est une question de responsabilité et de cohérence », explique Karine Morisseau, porte-parole et représentante des RSG-CSN.

Des offres d’appauvrissement

Outre l’imminente question de santé et de sécurité, les RSG de la CSN déplorent le maintien d’offres salariales qui n’aideront en rien l’avenir et la santé du réseau de services de garde en milieu familial. Rappelons qu’avec ce réseau, près de 100 000 enfants sont accueillis dans des milieux familiaux régis et subventionnés qui les font grandir et qui permettent aux parents de concilier le travail et la famille.

« La nature de notre profession fait en sorte que nous travaillons toutes plus de 55 heures par semaine. Lorsqu’on tient compte de l’ensemble des dépenses nécessaires pour assurer le service de qualité que nous offrons, nous obtenons une rémunération sous le salaire minimum. Il n’est donc pas étonnant que, depuis le début de l’année, près de 600 milieux familiaux aient fermé. Avec ses offres, le gouvernement, notamment durant la pandémie, ne fera qu’accentuer la pénurie de places. On ne demande pas un privilège, on demande une pleine reconnaissance de notre travail. On ne pourra pas éternellement exiger de ces femmes qu’elles s’appauvrissent pour garder le réseau en place », commente Karine Morisseau.

Une suspension de la négociation bien encadrée

Les RSG-CSN proposent ainsi de suspendre les négociations pour une période maximale de 18 mois afin de permettre une reprise des activités progressive et d’assurer que cela se fasse en tout respect de la sécurité des enfants, des familles et des RSG.

« Nous proposons cette suspension, car nous estimons qu’il y a un effort collectif à faire. L’heure n’est pas à la négociation ni à la mobilisation, mais à la solidarité, et ce, afin de permettre un retour aux activités courantes dans les meilleures conditions pour tous. Les RSG devront composer avec une réalité très complexe et nous en appelons à la bienveillance du gouvernement pour qu’il accepte notre proposition. Cela permettrait à toutes nos RSG d’entamer cette nouvelle phase dans de meilleures dispositions, elles qui ont déjà beaucoup à faire pour préparer la suite des choses », ajoute Lucie Longchamps, vice-présidente responsable du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSS-CSN).

Les RSG-CSN sont donc prêtes à soumettre à leurs membres l’offre du ministère de la Famille, soit une augmentation de 1,5 % rétroactive au mois d’avril 2019. « La conjoncture bouscule énormément de choses et invite à la prudence. Nous avions entamé cette ronde de négociations en faisant valoir que notre travail était sous-rémunéré ; la fermeture des milieux familiaux le démontre assez bien et nous estimons que nos demandes légitimes méritent d’être entendues par notre gouvernement dans un contexte plus favorable. Pour l’instant, occupons-nous de nos enfants et assurons un service sécuritaire à nos familles », conclut Karine Morisseau.

Les RSG de la CSN ont également déposé une demande de prime applicable dès la réouverture progressive des services de garde et la relance de l’économie québécoise, et ce, afin de couvrir la surcharge de travail et de dépenses qui sera occasionnée par la fin du confinement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...