Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie canadienne

Litige sur l'aluminium - Les Métallos demandent plus de rigueur avec l'argent des contre-mesures et plus de sérieux de la part des aluminiers

MONTRÉAL, le 7 août 2020 - Alors que le gouvernement canadien prépare des contre-mesures pour répliquer aux tarifs sur l’aluminium de l’administration Trump, les Métallos réclament une plus grande rigueur dans la gestion des fonds ainsi reccueillis. Ils demandent aussi aux aluminiers un examen de conscience sur les volumes d’exportation de certains produits en pleine pandémie.

« Lors de la dernière période de litige commercial sur l’aluminium, le gouvernement canadien a reccueilli plus d’un milliard de dollars en prélevant des tarifs douaniers sur des produits américains. Or, on n’a pas vu la couleur de cet argent revenir pour des investissements dans le secteur de l’aluminium au Québec. Les fonds qui seront reccueillis cette fois-ci doivent servir à donner un nouveau souffle à l’aluminium québécois, déjà qu’il a été mal protégé dans l’Accord de libre-échange, en plus de l’actuelle crise des tarifs », fait valoir le directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux.

Du même souffle, les Métallos invitent les fabricants d’aluminium canadiens à un examen de conscience. « Invoquer la sécurité nationale pour taxer l’aluminium canadien, c’est clairement un abus de langage. On reconnaît toutefois que nos employeurs ont augmenté récemment les exportations vers les États-Unis pour certains produits bruts, alors qu’elles diminuaient pour d’autre produits à valeur ajoutée. Nos employeurs ont joué avec le feu, ils se brûlent maintenant. C’est déplorable qu’aujourd’hui, les travailleurs risquent d’en payer le prix », constate le président de la section locale 9490 du Syndicat des Métallos, Sylvain Maltais, qui représente les 650 syndiqués de l’usine Alma de Rio Tinto.

Le président de la section locale 9700, à l’aluminerie de Bécancour, Éric Drolet, espère que le litige pourra s’apaiser rapidement des deux côtés de la frontières. « Nos employeurs ont des intérêts à la fois au Canada et aux États-Unis. On a parfois l’impression que les intérêts à court terme l’emportent sur les emplois. Nos produits sont essentiels à l’économie américaine, on sait très bien que les alumineries américaines ne peuvent prendre le relais de notre production », souligne Éric Drolet, qui représente près d’un millier de travailleurs à l’aluminerie de Bécancour.

Le Syndicat des Métallos, que ce soit à l’échelle du Québec, du Canada et à l’échelle nord-américaine « poursuivra ses efforts pour arriver à une résolution de ce litige et, surtout, assurer la perennité des emplois dans le secteur de l’alumium au Québec. C’est ce que nous faisons depuis plus de 2 ans, et nous ne lâcherons pas le morceau », conclut le directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux.

Syndicat des Métallos (FTQ)

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Economie canadienne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...