Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique jeunesse

Livre blanc sur la jeunesse - Les mesures destinées à l'amélioration des conditions de travail sont l'angle mort du livre blanc sur la jeunesse (CSN)

MONTRÉAL, le 4 févr. 2014 - Le comité national des jeunes de la CSN (CNJ-CSN) reste sur sa faim quant à la sortie du livre blanc sur la jeunesse. Bien qu’il salue le renouvellement des orientations gouvernementales en matière jeunesse, le CNJ-CSN demeure déçu du manque de propositions pour améliorer les conditions de travail des jeunes du Québec, principalement sur trois dossiers. De fait, les mesures incitatives sur la conciliation famille-travail-études (CFTÉ) sont insuffisantes. Celles visant l’annulation des disparités de traitement sur la base des statuts d’emploi et de la date d’embauche sont absentes. Finalement, le CNJ-CSN désire que la confiance gouvernementale à l’égard des Carrefours Jeunesse-Emploi (CJE) soit réaffirmée.

« La CFTÉ sur une base volontaire, ça ne peut que donner des résultats limités et inégaux, même dans un contexte de vieillissement de la population et de rareté croissante de la main-d’œuvre, affirme d’entrée de jeu Alexandre Roy, du CNJ-CSN. Pour contrer cette rareté de main-d’œuvre dans plusieurs entreprises, et en particulier là où les conditions de travail sont moins bonnes, on a recours à des agences de placement, on intensifie le travail et on embauche parfois même des travailleurs migrants temporaires, plutôt que de tenter de retenir les jeunes employé-es avec des mesures de CFTÉ ».

Le CNJ-CSN demande donc que la prochaine politique jeunesse soit bonifiée de manière à instaurer une loi cadre qui baliserait et rendrait obligatoire des démarches travailleurs et syndicats-employeurs pour établir des mesures formelles de CFTÉ adaptées aux besoins spécifiques de chaque milieu de travail. Cette bonification comprendrait également l’ajout de mesures de CFTÉ dans la Loi des normes du travail, en particulier en ce qui concerne le nombre de vacances et de congés familiaux payés.

S’attaquer aux disparités de traitement est incontournable

« Par ailleurs, nous dénonçons, à l’instar d’autres groupes jeunes mobilisés sur la question, l’absence d’annonce concernant la fin des clauses de disparité de traitement (CDT ou « clauses orphelin ») sur la base de la date d’embauche que vivent plusieurs jeunes en milieu de travail, poursuit Alexandre Roy.

Le gouvernement doit également mieux protéger les travailleurs atypiques (temps partiels, temporaires, etc.). Ils vivent d’importantes disparités par rapport à leurs collègues réguliers, que ce soit des salaires, des avantages sociaux ou des protections inférieures (comme les mécanismes de rappel). Selon une étude réalisée en 2007 dans le secteur privé où se trouvent des travailleurs atypiques, de telles disparités se vivent dans plus de 90 % de ces milieux de travail, souvent sur le dos des plus jeunes. Ça touche également une grande partie des salarié-es d’agence de placement. Ils ne reçoivent pas les mêmes conditions de travail que leurs collègues travaillant dans l’entreprise cliente. C’est carrément inacceptable.

Pour contrer l’ensemble de ces formes de disparité de traitement et protéger les jeunes travailleurs qui vivent dans la précarité, une réforme de la Loi sur les normes du travail est essentielle.

Alors que les jeunes sont surreprésentés au chapitre des accidents de travail et des lésions professionnelles, il est regrettable que les enjeux de santé et de sécurité au travail soient absents du livre blanc.

Finalement, les jeunes de la CSN interpellent le gouvernement quant à l’importance qu’occupent les CJE dans les services destinés à favoriser l’employabilité de la clientèle jeunesse. Les expertises développées par les professionnels qui y travaillent sont inestimables pour bien des jeunes, particulièrement ceux éloignés du marché du travail. Un financement adéquat des CJE devra donc être assuré à l’intérieur du cadre budgétaire qui soutiendra la prochaine politique jeunesse.

Le CNJ-CSN peut compter sur l’appui de l’ensemble du mouvement CSN pour faire valoir ses positions. « Soyons clairs : les enjeux soulevés par le comité des jeunes sont prioritaires. Notre mouvement exige que l’équité intergénérationnelle soit davantage qu’un vœu pieux, insiste Jean Lortie, secrétaire général et responsable politique du dossier jeunes au comité exécutif. En ce sens, nous entendons intervenir en commission parlementaire pour commenter le livre blanc sur la jeunesse et défendre l’élaboration de propositions pour améliorer les conditions de travail des jeunes du Québec ».


À propos du comité national des jeunes de la CSN

Le comité national des jeunes CSN a pour mandat principal de conseiller la CSN sur l’ensemble des questions pouvant toucher de près ou de loin les conditions de vie et de travail des jeunes, qu’ils soient syndiqués ou non. Il se fait également l’ambassadeur de la CSN auprès des jeunes dans la société québécoise.

Sur le même thème : Politique jeunesse

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...