Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Pour en finir avec les trous de service pour les victimes de violence conjugale, l’Alliance MH2 dépose son mémoire pré-budgétaaire

L’Alliance des maisons d’hébergement de deuxième étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) dépose cette semaine son mémoire prébudgétaire à l’attention du gouvernement du Québec.

Les revendications de l’Alliance MH2 sont claires : 1) le déblocage de 106 unités en MH2 nécessaires pour assurer la sécurité des femmes à haut risque d’être victime d’un homicide conjugale 2) une meilleure cohérence gouvernementale en matière de violence conjugale 3) une gestion plus efficiente des fonds COVID 4) la mise sur pied de recommandations urgentes des comités d’expertes à savoir le déploiement de services d’échanges de garde supervisés et des services d’accompagnement des victimes de violence conjugale dans l’appareil judiciaire. Mais LA revendication principale de l’Alliance pour le prochain budget demeure le déblocage urgent de nouvelles unités en 2^e étape.

Des besoins criants en maison d’hébergement de deuxième étape

Le plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale 2018-2023 reconnaissait les maisons d’hébergement de 2^e étape comme une ressource essentielle pour garantir la sécurité des femmes et des enfants victimes de violence conjugale et y dédiait des mesures spécifiques (mesures 18 et 19). Or, l’Alliance MH2 attend depuis 1 an et demi le déblocage de 106 nouvelles unités en 2^e étape. Ces délais se présentent en contradiction totale avec les besoins urgent du milieu ; pour l’année 2019-2020, le taux de refus des demandes admissibles était de 75% à Montréal, et 37% dans les régions où le service existe !

Plus encore, ce sont plus de 800 000 femmes adultes (soit le ¼ de la population québécoise de femmes adultes) privées d’un logement transitoire essentiel pour garantir leur sécurité dans le processus de séparation avec leur ex-partenaire violent. Il y a effectivement un trou de service dans toute la région Nord-Ouest du Québec alors que les régions administratives de la Mauricie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais et de l’Abitibi-Témiscamingue à ce jour n’ont toujours aucune unité en maison d’hébergement de deuxième étape.

«  Ça fait des années que nous disons qu’il faut au moins doubler le nombre de place en MH2. Les besoins ne vont qu’augmenter après la COVID. Il est urgent que le gouvernement se mette en action sur ce dossier. » – Gaelle Fedida, coordonatrice politique, Alliance MH2

Les MH2 un bouclier essentiel contre la violence conjugale postséparation (VCPS)

La VCPS est une forme méconnue de violence conjugale qui passe souvent inaperçue parce qu’elle est mal interprétée comme un conflit parental ou une chicane entre ex-conjoints. De plus, les gens ont souvent le mauvais réflexe de croire qu’une fois que la victime quitte son partenaire violent, la problématique de violence conjugale prend fin, alors que dans une dynamique toxique la rupture est le moment où le risque homicidaire est le plus élevé. La problématique de violence conjugale postséparation n’est effectivement pas à prendre à la légère quand on sait qu’une femme séparée court un risque de subir des violences 30 fois plus élevé qu’une femme mariée. De plus, une étude de statistique canada sur les victimes de VCPS révèle que près de 40% d’entre elles ont vu ces violences apparaitre pour la première fois dans leur relation à la suite d’une rupture. Aussi, lors d’une campagne de sensibilisation réalisée cet automne par l’Alliance, 88% des 400 répondantes à un questionnaire d’autodépistage ont affirmé vivre une forme grave de violence conjugale postséparation (VCPS). Enfin, en décembre 2020, le Comité d’examen des décès liés à la violence conjugale du bureau du Coroner publiait son premier rapport. On y apprenait notamment que des 10 événements meurtriers analysés, 8 se sont déroulés dans un contexte de séparation.

On évalue que 8% des femmes victimes de violence conjugale sont toujours en grave danger d’homicide à la sortie d’un hébergement d’urgence et ont besoin de passer en maison d’hébergement de deuxième étape ! Une MH2 offre aux femmes, avec ou sans enfants, des services spécialisés en violence conjugale postséparation par l’entremise de logements transitoires sécuritaires. Contrairement à la MH1 qui se situe comme une réponse dans l’urgence à court terme, la maison de deuxième étape propose un hébergement de moyen terme visant à garantir la sécurité des femmes et des enfants hébergés face à la dangerosité de l’ex-partenaire intime qui perdure bien au-delà de la rupture. Les maisons d’hébergement de 2e étape (MH2) ont une expertise spécialisée en violence postséparation, au regard de la dévictimisation, de l’analyse de la dangerosité du conjoint, des impacts sur les enfants exposés à la violence conjugale, de la réinsertion sociale des victimes et de l’autonomisation des femmes hébergées. Elles offrent un panier de service diversifié permettant d’assurer un filet de sécurité en développant avec la femme des moyens concrets, accessibles et évolutifs pour assurer sa protection pendant et après le séjour. De nombreuses MH2 offrent aussi des services à l’externe.

*note : ci-joint le mémoire de l’Alliance adressé au gouvernement dans le cadre des consultations prébudgétaires

À propos de l’Alliance :

Les maisons d’hébergement de 2e étape (MH2) ont une expertise spécialisée en violence postséparation, au regard de la dévictimisation, de l’analyse de la dangerosité du conjoint, des impacts sur les enfants exposés à la violence conjugale, de la réinsertion sociale des victimes et de l’autonomisation des femmes hébergées. En 2019, les 24 membres de l’Alliance ont hébergé 512 personnes (223 femmes et 289 enfants) en danger de violence conjugale postséparation dans un parc total de 119 logements et 21 chambres.

Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale regroupe 20 maisons réparties dans 10 régions du Québec.

www.alliance2e.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...