Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Anti-syndicalisme

Pratiques antisyndicales chez Mine Raglan (Glencore) - Des syndiqués sont licenciés après leur refus unanime des offres patronales (Syndicat des Métallos)

KATINNIQ, QC, le 11 mars 2021 - Le Syndicat des Métallos a déposé aujourd’hui une plainte pour ingérence et négociation de mauvaise foi contre Glencore Canada. L’employeur a licencié tous les agents de sûreté de son site de Mine Raglan au Nunavik après que ces derniers eurent refusé unanimement les offres patronales dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leur convention collective.

« Licencier des travailleurs parce qu’ils ont refusé la proposition patronale, c’est complètement inadmissible, ça s’apparente à un lockout. Ce genre de pratique antisyndicale est illégale et immorale. Glencore doit comprendre que ce syndicat est là pour rester. Les lois du Québec protègent le droit à la syndicalisation et à la négociation. Glencore doit cesser de se comporter en cow-boy », fait valoir le coordonnateur du Syndicat des Métallos pour la région Nord-Nord-Ouest, Benoit Locas.

Les agents de sûreté, membres de la section locale 9449 des Métallos, ont rejeté à l’unanimité les propositions patronales le 18 février dernier. Plutôt que de reprendre les négociations, l’employeur a licencié ces derniers le 7 mars, sans préavis. Depuis, le travail est fait illégalement par des personnes extérieures à l’accréditation syndicale.

Dans sa requête au Tribunal administratif du travail, les procureurs des Métallos font valoir que l’employeur s’ingère dans les affaires syndicales et qu’il a entravé ses activités en licenciant ainsi les 5 agents de sûreté. De plus, l’employeur manque à son obligation de négocier de bonne foi balisée par le Code du travail. « Le syndicat conteste vigoureusement cette manœuvre antisyndicale qui est faite en représailles suite au rejet des dernières offres patronales », peut-on lire dans la requête.

Le président de la section locale composée 9449, Éric Savard, qui représente les agents de sûreté, observe que cette dernière décision s’inscrit dans la lignée de toute une série de contestations patronales depuis la syndicalisation en 2014. « L’employeur n’a jamais vraiment collaboré. La première convention collective a été obtenue à la suite d’un arbitrage et l’employeur en conteste encore des aspects devant les tribunaux. Il conteste même le nombre de personnes dans l’accréditation syndicale. Ces manœuvres de mauvaise foi doivent cesser pour qu’on négocie ensemble une convention dans le respect des lois en vigueur au Québec », insiste Éric Savard.

Syndicat des Métallos (FTQ)

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Anti-syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...