Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Chine et coronavirus : Relance par le charbon

Le plan chinois pour relancer l’économie en raison de la crise des coronavirus parie sur la construction de nouvelles centrales au charbon.

La stratégie de relance économique pour surmonter l’impact de la pandémie combine des investissements dans des technologies innovantes telles que la 5G ou la construction de routes. D’autres initiatives telles que les énergies renouvelables ou d’autres programmes durables ne sont pas mentionnées.

article et photo tirés de NPA 29

La Chine a annoncé la construction de dizaines de nouvelles centrales au charbon dans le cadre d’un plan de relance pour son économie de 50 billions de yuans (6,5 milliards d’euros). L’ouverture de ces centrales, qui auraient une plus grande capacité que l’ensemble du secteur du charbon en Pologne, constituerait l’une des plus grandes menaces de réduction des émissions et, selon des organisations telles que le Global Energy Monitor, empêcherait toute tentative mondiale de maintenir la température de la planète en en dessous de 2 ° CLe quatorzième plan quinquennal, qui comprend les mesures pour la période 2021-2025, a été anticipé dans une circulaire fin février et semble être loin de l’engagement que le pays a pris dans l’accord de Paris. Le gouvernement chinois, qui depuis des mois assouplit le contrôle de l’ouverture de nouvelles usines, semble désormais consolider cette impulsion à la croissance économique sous l’influence de certains lobbies et des ravages du coronavirus.

La crainte que le charbon et les autres combustibles fossiles n’apparaissent plus forts dans les plans de relance économique qui devront être adoptés après la crise sanitaire mondiale, est toutefois apparue dans de nombreux autres pays.

Aux États-Unis, plusieurs sociétés pétrolières et mines de charbon demandent de l’aide en raison de l’impact qu’elles subissent, et des politiciens tels que le président de la République tchèque demandent que le pacte européen vert récemment approuvé soit reporté.
.
Dans une récente interview, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, a expliqué que, contrairement à ce que ces grandes entreprises demandent, les gouvernements devraient plutôt saisir cette opportunité pour promouvoir un changement vers une énergie durable. « Nous avons deux courbes que nous devons aplatir dès que possible », a-t-il déclaré. « L’un est l’infection à coronavirus et l’autre les émissions mondiales. Et aucun d’eux ne sera facile. « Le cas de la Chine est paradigmatique. Dans le plan de relance économique pour surmonter la crise des coronavirus qu’il a présenté, les investissements dans les technologies innovantes telles que la 5G, l’intelligence artificielle ou l’Internet des objets sont combinés avec des mesures plus traditionnelles telles que la construction de routes, d’infrastructures ferroviaires ou centrales charbon. Mais aucune initiative favorisant les énergies renouvelables ou d’autres programmes durables n’est mentionnée.

Cependant, comme le souligne un rapport publié cette semaine dans Carbon Brief, les raisons derrière les nouvelles centrales au charbon sont probablement plus politiques qu’économiques. Malgré le fait qu’à court terme, les centrales peuvent contribuer à la croissance du PIB des régions, elles ne devraient bientôt plus être rentables en raison de la compétitivité croissante des énergies renouvelables et de la situation énergétique du pays.

La Chine a actuellement une capacité bien supérieure à sa demande, et bon nombre de ses usines ont des pertes et fonctionnent en dessous de 50% de leur capacité. Les mesures de relance mises en place pour la reprise économique après la crise financière de 2008 ont entraîné une expansion excessive des mines de charbon et la production d’énergie à partir de cette source.

Cependant, la concession de la construction de nouvelles usines aux gouvernements locaux a empêché un contrôle plus strict de la part du gouvernement central. L’effort modéré de réduction de la pollution de l’air dans les villes ne semble pas non plus avoir réussi à remplacer cette stratégie.

En janvier 2020, la Chine construisait 105 centrales au charbon et en avait 101 autres en phase préliminaire, selon l’organisation non gouvernementale Global Energy Monitor. Le nouveau plan quinquennal en ajouterait de nombreux nouveaux qui ajouteraient 34 gigawatts (GW) supplémentaires à sa capacité.

La pression exercée par des sociétés telles que le Réseau électrique de l’État ou la Commission chinoise de l’électricité, ainsi que la facilité de générer une croissance rapide, ont diminué le contrôle de la capacité énergétique du pays. Cependant, certains experts avertissent que s’il manque cette opportunité, le pays pourrait être piégé dans des plans énergétiques pendant des décennies qui entraveront la lutte contre le changement climatique.
.
Laura Rodriguez 25/03/2020
.
https://www.eldiario.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...